Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 09:37



Il faut avoir l’œil rompu à la recherche archéologique pour reconnaître dans l’amas de végétation et de ruines visible de la départementale le souvenir de l’ancien château de Chaudenay, non loin du village de Faverdines, dans le Cher.

Nous sommes là bien loin de ce patrimoine médiéval somptueux propre à souligner la vocation touristique de la région. De la petite seigneurie de Chaudenay ne demeurent aujourd’hui que des traces indistinctes tellement submergées par les lierres qu’on peine à y distinguer les formes d’un ancien petit château élevé sur une probable plate-forme de terre -ce qui laisse entrevoir une origine antérieure à la Guerre de 100 ans- et défendu par deux tours aujourd’hui tronquées qui protégeaient un logis seigneurial transformé en maison de maître au XVIIIe, si on en juge de la forme des ouvertures. Les encadrements de pierre sur la seule tour qu’on peut approcher avec difficulté (le chemin d’accès est privé et la bâtisse n’est accessible que par les prés) sont proches de ce qui se réalisait dans le pays à la fin du Moyen-âge.

L’objet de cet article n’est pas de déplorer la ruine annoncée d’un monument médiéval de plus dans une région qui continue à voir son patrimoine s’appauvrir par négligence ou abandon. Les ruines de Chaudenay sont un lieu privé, sis dans une région où les moyens financiers sont rares, et la remise en état du bâtiment serait un gouffre que peu de propriétaires sont en mesure d’assumer, surtout à quelques dizaines de mètres d’une autoroute qui dénature complètement le site. La Roche-Guillebaud, pourtant propriété publique et bien plus symbolique de l’histoire régionale, est dans un état encore pire. Je voulais simplement attirer l’attention du lecteur sur une petite parcelle d’histoire humaine dont le souvenir donne à ce lieu un aspect moins désolé.

L’histoire est consignée dans la copie conservée dans les archives du prieuré d’Orsan et déposée aux archives du Cher du procès en canonisation du Bienheureux Robert d’Arbrissel, datant du XVIIe siècle. Alerté par des rumeurs de miracles attribués au fondateur du prieuré fontevriste d’Orsan, un prélat vint enquêter sur place et recueillit un certain nombre de témoignages d’habitants dont ceux du seigneur de Chaudenay et de sa femme. Le récit nous apprend que le fils aîné du couple était atteint d’une malformation faciale déjà désignée à l’époque sous le surnom de “bec-de-lièvre”. Ayant décidé de réduire cette infirmité, les parents convoquèrent un médecin qui vint à Chaudenay opérer le garçon. Maladresse du chirurgien? Hémophilie? L’opération tourna au drame quand une hémorragie, que le médecin fut incapable de contenir, se produisit. Ne cédant pas à la panique, une vieille servante présente sur le lieu de l’opération proposa de demander le secours du Bienheureux Robert, ce qui eut pour effet de stopper la perte de sang et de sauver la vie de l’enfant après que fut dite la prière.

Ne demandez pas à un historien laïc comment il explique cet événement. Chacun est libre d’interprèter l’histoire selon sa conscience mais personne ne contestera l’aspect émouvant de cette anecdote datée et située dans un lieu qui n’abrite plus aujourd’hui que des animaux de champs.


note: le miracle de Chaudenay fait partie du corpus de sources que j’exploite dans ma conférence: “Médecine et miracles en Berry”.

Chaudenay est un site privé qu’on ne peut approcher que de l’extérieur. Il bien entendu que cet article n’est pas un encouragement à outrepasser les interdictions du propriétaire à accéder à son bien, mais seulement le fruit du soucis de sortir cette petite fortification de l’oubli.

 

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 09:45


église de Braize (03)

Les passionnés se perdent en superlatifs lorsqu’il s’agit d’évoquer les quelques 10.000 hectares d’une des plus belles forêts de France, et l’historien peine à rester insensible au charme de ses ravins désolés et de ses étangs d’eau calme. Cet espace forestier, qui semble immuable, a pourtant une histoire dont l’observation du paysage, l’archéologie et la recherche documentaire livrent quelques clés.
De nombreux chercheurs se sont penchés sur la question. A chaque fois, une certitude: Tronçais est une forêt qui prend racine à la période médiévale, même s’il est impossible pour l’instant d’ébaucher la chronologie de sa genèse. Une certitude: la zone était peuplée dans l’Antiquité, et la liste des parcelles dans lesquelles on constate la présence de vestiges gallo-romain est importante. Villae, modestes forges ou espaces cultuels, dont Viljo fournit le plus bel exemple, fleurissent dans son périmètre. Dans l’Antiquité tardive, sur les bords de la Marmande, on soupçonne, sans preuves concrètes, une abbaye colombaniste d’être fondée près d’une grande villa.
La suite est obscure. Comme pour le reste de la région, le vide documentaire est abyssal et les liens qui unissent la famille de Bourbon à l’Ordre de Cluny oriente l’essentiel de l’activité diplomatique autour du prieuré de Souvigny, qui laisse peu d’archives. Cette influence clunisienne très marquée sur la terre de Bourbon éloigne de la zone étudiée les autres ordres monastiques, dont les cisterciens, accentuant le mutisme documentaire. Dans cette situation, l’historien ne peut progresser que par hypothèses fondées sur l’observation du terrain et des rares textes exploitables.
Ainsi peut-on au moins avoir la certitude que la forêt de Tronçais existe au début du XIIIe siècle. Un accord de 1216 entre le chevalier Pierre des Barres et son seigneur Archambaud de Bourbon cite deux fois la forêt: nemoris de Truncia et nemus quod vocatum Trossa. Le massif, quelque soit son étendue exacte à l’époque, est déjà clairement identifié dans les possessions bourbonnaises. Le même acte ne mentionne que des lieux périphériques, qu’on ne peut situer dans la géographie forestière de l’époque, mais qui on tous comme point commun de ne pas aujourd’hui appartenir à l’espace forestier, à savoir la ville et châtellenie de Cérilly, Coust, Ainay (le-Château) et Meaulnes.
L’observation des monuments et vestiges médiévaux confirme l’existence d’un désert forestier: toutes les églises médiévales et fortifications du premier âge féodal -comme le tureau de Chatelus- du secteur sont bâties en périphérie de Tronçais. On ne signale aucun aménagement ancien tels que des digues d’étang dans l’étendue du massif ce qui exclue, comme c’est le cas en forêt de Meillant, des périodes de défrichements et de reconquête forestière de l’espace considéré. Seul le minuscule prieuré Saint-Mayeul, de tradition clunisienne, semble avoir maintenu une clairière permanente.
On peut donc proposer une brève ébauche de l’histoire de la forêt de Tronçais. La forêt primaire est défrichée à l’époque gallo-romaine et à sa place se fixe comme ailleurs une population faiblement urbanisée. Les différents reculs démographiques enregistrés à partir du haut Moyen-âge conduisent à une désertification de cet espace, aux sols ingrats, au profit des vallées voisines plus passagères et plus favorables à l’agriculture. Les anciens chemins antiques sont certainement utilisés et entretenus. Les seigneurs de Bourbon respectent l’intégrité de la forêt, peut-être pour se garantir une ressource en bois d’œuvre et de chauffage, et alimentaire grâce à la chasse et à la pâture, aux portes de leur grande ville-forte d’Ainay-le-Château, point essentiel de la défense du nord-est de leurs domaines. Cette protection seigneuriale met Tronçais à l’abri des grands défrichements qui éclaircissent le paysage européen à partir du XIIIe siècle. La suite appartient à la sagacité de mes collègues modernistes et aux spécialistes d’histoire forestière.
Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 21:31

Sceau d'Ebe de Charenton (vers 1180)


Louis Raynal, l'un des pères fondateurs de l'histoire du Berry, relevait vers 1845 dans une chronique médiévale un étrange fait-divers survenu dans la région de Charenton-du-Cher impliquant une bande de mercenaires et le seigneur du lieu. Partant de ce récit aux accents épiques très marqué par la sensibilité romantique de l'ancien historien de la région, nous proposons une relecture de cet événement dans un environnement historique plus conforme au contexte humain de la cette fin de XIIe siècle en Berry.

Selon Raynal, le point de départ de l'aventure des Brabançons se situerait vers Sancerre, lors d'un conflit entre le comte local et le roi Philippe Auguste, qui aurait recruté une armée de routiers pour compléter ses effectifs. A la fin de cet épisode armé, le roi de France aurait envoyé ses mercenaires en Limousin pour les mettre au service d'une autre cause, résolue avant l'arrivée sur place de la troupe. Les hommes du roi, privés d'engagement et donc nécessairement de ressources, auraient alors décidé de revenir sur leurs pas, et de se diriger vers la Bourgogne à la recherche d'un nouveau contrat. L'itinéraire suivi par ces routiers aurait été marqué par des pillages et des meurtres dont la longue liste ne devait prendre fin qu'avec leur massacre autour de Dun-sur-Auron et Châteauneuf-sur-Cher.  Dans le trésor de guerre de ces proscrits fut retrouvé nombre d'objets sacerdotaux raflés dans des églises et de monastères, ainsi que des vêtements cérémoniels portés par les femmes qui les accompagnaient. Au cours de son errance, la troupe aurait fait une étape dans le château de Charenton, où elle aurait reçu l'assurance du seigneur du lieu de la soutenir dans la bataille prévue le lendemain, promesse vite trahie par le chevalier qui aurait avec ses hommes uni ses forces avec celles des adversaires des Branbançons venus à leur rencontre sous les murs de Dun.

Le récit de Raynal doit être manipulé avec prudence. Cet auteur, excellent narrateur, travaille à une époque qui fait peu de cas de la lecture critique des sources. Son exposé ignore la part d'exagération dont les chroniqueurs médiévaux, pour frapper l'imagination de leurs lecteurs, faisaient usage et reprend sans sourciller des chiffres largement surestimés. Quand Raynal cite entre 7000 et 17000 morts dans la bataille de Dun-le-Roi, le médiéviste ne verra tout au plus que quelques dizaines de victimes, ce qui est déjà considérable pour l'époque. Quand aux profanations d'églises, tortures et meurtres de prêtres, les détails donnés sont révélateurs de la culture des lettrés de l'époque, tous clercs et certainement absents lors des faits, rapportant à public conquis d'avance l'horreur de l'événement.

Il n'y a pas de raison de douter de l'authenticité des faits rapportés par les chroniques anciennes, mais on peu en proposer une lecture plus mesurée. 

A l'occasion d'une guerre avec le comte de Sancerre, et pour éviter de mettre la zizanie féodale dans une région dans laquelle son pouvoir était loin d'être  largement établi, ou peut-être dépassé par le temps qui ne lui permettait de ne garder son ost en ordre de bataille que quarante jours, Philippe Auguste a  recruté une troupe de mercenaires payés le temps de sa campagne en Sancerrois. Sitôt la paix revenue, il a orienté les chefs des routiers vers un autre conflit régional qui pouvait présenter le même profil que sa guerre avec Sancerre. Arrivés sur place, les Branbançons se retrouvent sans engagement et reprennent la route du nord-est, vers les domaines des Blois-Champagne, pour y proposer leurs services. A cours d'argent sur le chemin du retour, la petite armée n'a d'autre solution que le pillage des lieux de vie se trouvant sur sa route, les monastères et églises isolées étant de loin les moins fortifiés. Elle y vole nourriture, objets précieux à revendre ou à troquer en chemin, et vêtements qui échouent sur les épaules des inévitables filles à soldats qui accompagnent ce genre de contingent. Suivant les grandes routes, les Branbançons parviennent en vallée du Cher, qu'ils coupent à un des points de passage habituels - plusieurs péages sont attestés fin XIIe - manœuvre favorisée par les basses-eaux estivales de la rivière. Leur étape par Charenton n'est certainement pas le fait du hasard. Cette seigneurie est une des plus riches du secteur, et les routiers y voient certainement un espoir d'y reprendre du service. Devant la menace, et connaissant la valeur militaire des hommes parvenus devant les fossés de sa ville, Ebe de Charenton a peu de solutions à opposer au danger que représentent les mercenaires. Un combat à l'issue incertaine aurait mis en péril l'agglomération et ses alentours. Le choix de les recevoir dans les murs de sa cité de la vallée de la Marmande permet de temporiser et d'évaluer la puissance de l'adversaire, qui ne tente pas de prendre possession de la ville, ce qui tends à prouver que les routiers ne se sentaient pas au abois la veille de leur défaite devant Dun.

Les chroniques précisent qu'Ebe aurait promis de s'allier aux Brabançons dans la bataille finale, pour mieux les prendre à revers ensuite. Cette trahison, selon les codes moraux de la société féodale, n'a rien de déshonorant pour le seigneur de Charenton, qui mélange la ruse et la bravoure pour parvenir à la victoire.

Le faible nombre de documents écrits contemporains des événements ne permet pas de mesurer l'éventuel impact du passage de cet ancêtre des futures grandes compagnies que fut la troupe des Brabançons sur le sud du Berry, aussi ne peut-on se livrer qu'à des suppositions, mais il existe au moins une situation qui reste inexpliquée. Vers 1188, soit quatre ans après les faits, la petite abbaye cistercienne de Bussière abandonna le site primitif de sa fondation pour être reconstruite dans la vallée de la Queugne à quelques kilomètres de la seigneurie de Fleuriel, aujourd'hui Saint-Vitte. Il est permis de s'interroger sur les raisons qui ont conduit les premières moniales à émigrer, surtout quand on se souvient que la région de Bussière se trouve située sur une route possible entre le Limousin et le château de Charenton, et que la chronique exploitée par Louis Raynal fait explicitement référence à des pillages de biens du clergé. La coïncidence, bien que vague, est assez troublante pour être soulignée.


 
Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 09:36


fossés de la motte de Rutherre

A l’occasion de ma dernière conférence consacrée aux berrichons et au voyage au Moyen-âge a été évoquée la situation assez énigmatique d’un homme d’armes parti à la fin du XIe siècle pour l’Angleterre. Décrite brièvement dans un acte du cartulaire de la Chapelaude daté du règne du roi Philippe 1er et de l’épiscopat de Richard, archevêque de Bourges, en fait entre les années 1071 et 1093, la démarche de Guillaume de Ruterre est un cas unique pour la période et la région.

 

Guillaume de Ruterre (Guillelmus de Ruaterra), se préparant à partir pour l’Angleterre, s’est rendu au prieuré de la Chapelaude pour se confesser. En présence de plusieurs clercs, sans doute des moines dionysiens, il a concédé au prieuré une rente dont le détail est inconnu à cause d’une lacune sur l’acte d’origine. Cette discrète mention de ce voyage dans une direction assez inhabituelle surprend d’autant plus que le but de l’expédition n’est pas précisé.

On hésite à situer avec exactitude le fief d’origine de ce chevalier car le toponyme s’applique à deux lieux bien distincts. Reterre, proche de la chapelle Sainte-Agathe, sur la commune de Saint-Désiré, où il existerait des vestiges d’une fortification médiévale primitive -ce que je n’ai pas vérifié- et Rutherre, sur la commune de Louroux-Bourbonnais, ferme située à quelques centaines de mètres d’une forteresse de terre entourée de fossés humides. 

Les raisons qui ont poussé Guillaume à entreprendre ce voyage sont inconnues et ne peuvent être qu’abordées sous forme d’hypothèses, l’acte étant incomplet et l’original perdu avec l’ensemble du cartulaire.

La première piste à laquelle on pense inévitablement est la conquête du royaume d’Angleterre entreprise en 1066 par le duc Guillaume de Normandie. Guillaume de Ruterre pourrait avoir rejoint les troupes normandes dans l’espoir de rendre hommage au futur roi d’Angleterre et de fonder ou conquérir un fief outre-Manche. Nous savons que la démographie nobiliaire de ce temps a précipité de nombreux jeunes nobles vers des destinations lointaines -on pense à la conquête du sud de l’Italie et de la Sicile par des normands à cette même époque- dans l’espoir d’y assurer leur avenir. Rien n’empêche de penser que l’expédition de 1066 a pu attirer des féodaux étrangers à la Normandie et prêts à tenter leur chance dans l’espace insulaire. Malheureusement, sauf erreur de transcription du nom de l’archevêque de Bourges, le départ de Guillaume est postérieur à la conquête normande.

Si on peut difficilement affirmer la présence de ce chevalier berrichon dans les rangs des combattants d’Hasting, il est fort possible en revanche que Guillaume de Ruterre ait pris la route de l’Angleterre pour se mettre au service des nouveaux seigneurs de Grande Bretagne plusieurs années après l’expédition du duc de Normandie, attiré par la perspective de trouver sa place dans cette nouvelle société féodale en pleine genèse. Les dates proposées par la copie de l’acte primitif sont conformes à un tel cas de figure.

Reste une piste qui n’a jamais été évoquée, celle d’un départ pour un pèlerinage et on pense au sanctuaire marial de Walshingham, en Angleterre, dont la réputation s’étend en Europe à cette époque. Le début des travaux de construction du lieu de culte en 1061 est chronologiquement cohérent avec le voyage de Guillaume de Ruterre. Cette hypothèse expliquerait de plus la confession initiale de cet homme à la veille de son départ et le don d’une rente aux moines de la Chapelaude, pratique très courante dans d’autres monastères et dans les mêmes circonstances.

Je m’avoue dans l’incapacité de trancher entre ces trois hypothèses mais je confesse au lecteur la séduction qu’exerce sur moi la perspective de la trace d’une voie de pèlerinage vers l’Europe du Nord-Ouest en plein Berry du Sud.


 église de Louroux-Bourbonnais
Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 09:25


Unique à notre connaissance dans le sud du Berry, la pierre de la dîme visible sur le site de l'ancien prieuré de Souages, commune de Morlac, dans le Cher, est peu connue du grand public. Taillée dans un bloc de calcaire, cette pierre de mesure demeure le dernier vestige d'un prieuré connu dès le XIe siècle, dépendant de l'abbaye bénédictine de Chezal-Benoît. Reconstruite à la fin du Moyen-âge, la chapelle du prieuré était encore debout il y a quelques années jusqu'à ce que son état de ruine avancé décide les propriétaires à la faire abattre. 

 

Les différentes étapes de l'occupation de la petite fondation bénédictine ne permet pas de savoir si la pierre visible actuellement sur place est d'origine médiévale, ou s'il s'agit d'une copie moderne d'une ancienne pierre à capacité datant des premières années du prieuré. L'excellent état de conservation de l'objet peut aussi s'expliquer par une disposition primitive sous un abri couvert aujourd'hui disparu.

On ne peut légitimement qu'être attentif à la sauvegarde de ce souvenir du système fiscal féodal. La pierre est exposée aux intempéries, et les bassins retiennent l'eau. Une très forte gelée hivernale pourrait provoquer des dégâts regrettables sur l'alvéole principale, un simple auvent de bois couvert de tuiles de pays semblerait une solution peu onéreuse pour mettre à l'abri ce vestige sans le soustraire à l'intérêt des visiteurs.
 

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 08:57

Il est utile de compléter l'observation faite à Ineuil par celle d'une cimetière médiéval complètement inséré dans le tissu urbain, celui de la place du Marché à Saint-Amand-Montrond. Contrairement à celui d'Ineuil, isolé à la périphérie du village ou de celui de Drevant, groupé autour de l'ancien prieuré, celui de Saint-Amand était assez éloigné de l'église paroissiale, en limite d'agglomération, mais a fixé comme dans d'autres endroits assez d'activités économiques ou artisanales pour devenir un champ de foire et fixer un habitat permanent au moins à la fin du Moyen-âge. Cette zone sépulcrale a été abandonnée au profit d'une place de marché bordée de demeures à vocation probablement marchande dès l'origine. 

On peut regretter que le site ait été bouleversé à maintes reprises par des aménagements successifs et qu'aucune fouille d'ensemble n'ait permis d'évaluer la fonction du site et la chronologie de son occupation. Lors des derniers travaux, dans les années 80, une certaine anarchie a régné autour du chantier, où se sont multipliés les vols de matériel funéraire et de crânes humains.

La bouteille à eau bénite présentée en illustration a été trouvée lors d'une campagne de travaux antérieure, peut-être dans les années 60. Elle présente l'intéressante particularité d'avoir été brisée à l'origine, certainement pour la transformer en brûle-encens. Plusieurs autres sont accessibles dans une vitrine du musée Saint-Vic, de Saint-Amand. On ignore leur lieu de fabrication.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 10:11

L'affaire commence tout à fait par hasard en 1982. Lors d'une conversation avec un agriculteur résidant sur la commune d'Ineuil, dans le Cher, il apparaît que des ossements auraient été mis au jour par des travaux de curage de fossés, au lieu-dit la Guillotterie, à quelques centaines de mètres à l'ouest de l'église au centre du bourg. Une vérification sur place permet de vérifier la présence de restes humains visiblement très anciens. Le maire de la commune prévenu pour les éventuelles constatations légale, une demande de sondage de sauvetage fut accordée par la direction des Antiquités historiques d'Orléans.

Le sondage permit de relever une sépulture en cours de destruction, à une cinquantaine de centimètres de profondeur par rapport au sol actuel. Le squelette était déposé selon une orientation est/ouest et était accompagné à hauteur de la poitrine d'une bouteille à eau bénite en terre blanche tel qu'on en observe dans de nombreux cimetières médiévaux à partir du XIIe siècle. L'inhumation avait donc été réalisée avec soin, ce qui semble à priori exclure un événement exécuté dans l'urgence. Faute de moyens, et en présence d'une situation sur le terrain qui ne devait pas évoluer - les travaux étant terminés - il n'a pas été possible de sonder le jardin et le champ voisin pour mesurer l'importance de la zone funéraire. 

Cette sépulture n'était pas isolée, si on prend en compte les nombreux fragments d'ossements observés au sol et s'inscrit dans la tradition des champs funéraires périphériques aux communautés villageoises.

 

 

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 18:22

Un ensemble remarquable, quoique peu connu, de sépultures médiévales fut découvert dans le jardin du prieuré de Drevant dans les années soixante-dix, à l'occasion des travaux d'aménagement de l'ancien bâtiment médiéval en résidence. Cette fouille de sauvetage, opérée sous la direction de Jacques Gourverst, chercheur antiquisant alors en charge de la conservation du musée de Châteaumeillant, ne permit pas à l'époque de conclure sur l'origine des inhumations mises au jour.

De nouvelles données méritent qu'on s'attarde sur ce qui pourrait être une des premières nécropoles seigneuriales du Berry.

Nous savons que le seigneur Ebe de Charenton, seigneur de Saint-Amand au milieu du XIe siècle et probable constructeur des châteaux de Charenton, Saint-Amand et Drevant, offrit au monastère creusois du Moûtier-d'Ahun la terre qui devait voir s'élever le futur prieuré. Considérant que toutes les familles féodales de cette époque eurent soin de se faire enterrer près de monastères pour assurer le salut de leur âme, on trouve des nécropoles seigneuriales à Déols - pour les seigneurs du même nom, Orsan, pour les Culan et les Lignières, la Chapelaude, pour les Huriel et Souvigny, pour les Bourbons. On sait par ailleurs qu'à partir de la fondation de Noirlac, les successeurs du premier Ebe de Charenton se firent enterrer, ou emmurer, dans le cloître cistercien, mais on ignore tout des pratiques de leurs prédécesseurs. Or, le prieuré de Drevant était le seul établissement monastique d'importance suffisante, avec l'abbaye bénédictine de Charenton, de toute la région de Charenton, et plusieurs cas locaux montrent que les bénédictins refusaient - ce fut le cas de Chezal-Benoît - les sépultures laïques parmi celles des moines. Nous retrouvons là une pratique funéraire remontant à l'époque mérovingienne, qui conférait une grande importance au fait de se faire inhumer dans l'espace où s'égouttaient les toits des monastères.

On ne s'est jamais interrogé sur les motivations d'Ebe de Charenton à aller chercher des moines marchois pour les fixer sur son fief, ni sur l'origine de la série de sarcophages exceptionnels pour la région observés au pied du prieuré de Drevant. Nous considérons comme tout à fait probable que les tombeaux découverts à Drevant puissent être ceux non seulement de moines desservants du prieuré mais aussi ceux des premiers Ebe de Charenton avant que Noirlac n'accueille les dépouilles mortelles de ces féodaux.

Un sarcophage particulier, fermé par deux dalles superposées dont la première était sculptée d'une grande croix en haut relief, dépassait en qualité les autres sépultures. On avait même pris soin d'y déposer une stèle funéraire gallo-romaine en grés local représentant un homme barbu. Peut-être est-ce la seule image que le temps aura bien voulu nous livrer du fondateur du prieuré...
 

Cet article voudrait saluer la mémoire de Jacques Gourverst, savant homme aux multiples qualités, et de  Maurice et Yvonne Alabergère, propriétaires du prieuré au moment des fouilles, couple d'une très grande gentillesse, qui supportèrent avec patience nos tranchés et notre remue-ménage dans leur propriété.

 

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 09:10


Le regain d'intérêt pour le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle conduit, depuis plusieurs années, de nombreuses personnes à hanter les routes et sentes du sud du Département du Cher, modernisant l'ancien chemin de Vézelay. En marge de cet engouement, certains points de vue se sont exprimés sur la légitimité de faire passer les pèlerins par tel ou tel itinéraire pour inscrire leur voyage au plus près de la tradition médiévale. Certains arguments reposaient, comme à Saint-Amand-Montrond, sur l'existence dans le patrimoine bâti de motifs décoratifs figurant des coquilles saint-Jacques, censées signifier une relation entre le lieu et le chemin des pèlerinages.

Si on fait objectivement le bilan pour les premiers siècles de cette migration de croyants vers les terres d'Espagne, on constate, sans surprise, que les routes des pèlerins n'ont laissé aucune trace dans la documentation médiévale, inadaptée à la conservation du souvenir du passage éphémère de voyageurs franchissant plusieurs lieues par jour. Il aurait fallu qu'une de ces personnes décide de se dépouiller de ses biens au profit d'un monastère régional - on a le cas d'un chevalier du Berry qui fait une donation à l'abbaye de Saint-Sever, en Gascogne - pour trouver sa trace, mais les fonds abbatiaux sont muets sur le sujet.

Le recensement des coquilles saint-Jacques figurées sur les armoiries ou les façades n'amène pas plus à conclure que la route de Compostelle passait à proximité. la coquille est un élément héraldique associé au nom "Jacques" - comme sur le blason de Jacques Cœur -  et décoratif très commun à la période moderne.

L'observation du l'organisation du territoire peut cependant livrer quelques indices. On sait que le chemin de Vézelay coupait la Loire à Nevers avec deux itinéraires possibles, un prenant la direction de Bourges et l'autre s'orientant plus au sud-ouest. Ce deuxième axe est particulièrement intéressant à étudier, car un de ses tracés possible passe par la région de Charenton et la vallée de la Marmande, seul passage sécurisé par une forte présence féodale et assuré d'éviter les grands rideaux forestiers du flanc est de la vallée du Cher, à savoir les forêts de Tronçais et de Meillant-Arpheuilles. L'obstacle du Cher pouvait être franchi à deux endroits, matérialisés par des péages prouvant l'existence de gués aménagés sur la rivière ou de barges fluviales pouvant transporter les voyageurs d'une rive à l'autre. Deux de ces péages sont connus dans le Charentonnais. L'un était prélevé au passage du Cher entre Saint-Amand-Montrond et Orval, ouvrant aux voyageurs la route de Déols par Lignières et du Limousin par Le Châtelet. L'autre péage était situé à Meslon; entre Charenton et Ainay-le-Vieil, et révèle une autre route possible pour diriger les pèlerins vers le Limousin.

On n'oubliera pas de noter l'existence d'un troisième péage sur une axe naturel tout aussi plausible que les deux précédents. Une taxe était perçue sur le Cher à Vallon-en-Sully,  point de contact essentiel entre les terres de Bourbon et le Berry du Sud, à l'ombre des forteresses d'Hérisson et de Vallon.

En l'absence de toute référence à la région dans le Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, premier itinéraire rédigé au cours du XIIe siècle, l'observation des conditions de circulation à l'époque des Croisades peut aider les spécialistes à affiner la reconstitution des itinéraires primitifs.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 09:14


Comme partout ailleurs en Europe occidentale, la lèpre a contaminé une partie de la population du Berry. Il est totalement impossible de chiffrer l'importance de cette contamination, mais on peut on mesurer l'étendue en relevant les mentions faites des léproseries dans la documentation. Il n'est pas toujours facile de retrouver la trace de ces structures hospitalières qui ont disparu ou évolué après la disparition du bacille sous nos latitudes à la Renaissance. Quelques établissements sont cités dans les actes médiévaux, surtout à l'occasion de donations testamentaires. D'autres ont laissé une trace dans la toponymie: des maladreries, champs de lépreux ou Saint-Lazare sont des indices sûrs. Quelques maisons de lépreux ont laissé un souvenir dans les traditions rurales, particulièrement lors de la découverte de petits cimetières isolés du bourg paroissial. Plus généralement, on peut estimer que toutes les villes et agglomérations d'une certaine importance situées sur des axes de communication -routes ou rivières- ont pu faire bâtir des léproseries. Celles-ci se situent hors les murs, mais à faible distance de l'entrée des bourgs -quelques centaines de mètres tout au plus. La liste qui suit est loin d'être close, et pourrait bénéficier d'une étude des micro-toponymes sur cadastres, qui révélerait certainement des lieux de soins méconnus.

Sont explicitement citées dans les actes-sans que ceux-ci n'indiquent le moment de leur fondation- les léproseries de Bourges (1297), Chârost (1236), Châteauneuf-sur-Cher ou plus précisément Venesmes (1220), Fougerolles (1230), Issoudun (1227), La Chapelle d'Angilon (1297), Orval et Saint-Amand (1266) - les deux léproseries sont citées dans le même acte, Sancerre (1251) et Villedieu-sur-Indre (1231). La Celle-Condé, Vierzon et Saint-Satur ont des lieux-dits placés sous le vocable de saint-Lazare (Sancerre et Saint-Satur sont si proches qu'on a peut-être qu'un seul établissement dans ce périmètre). Des Léproseries sont soupçonnées sur Charenton-du-Cher et Vesdun.

Le nombre de dates correspondant au XIIIe siècle n'illustre pas un pic de la contamination en Berry. Cette période est simplement très riche sur le plan documentaire. A plusieurs reprises sont cités les personnels soignants à savoir le maître, le recteur et les frères des maladreries. Les léproseries, comme les hôtels-Dieu (le pauvre et le lépreux sont, ne l'oublions pas, parfois perçus comme des transfigurations du Christ) sont dotés de sommes d'argent, de prés et de vignes par legs testamentaires. Il demeure dans le village de Bruère-Allichamps, rue de la Maladrerie, un mur épais complété de pierres de taille qui pourrait être un vestige de l'ancienne maison des lépreux.


        

 

 

 

Trędowatych w Berry

Lepers in Berry

Leprakranken in Berry

Los leprosos en Berry

Lebbrosi in Berry

Leprosos em Berry

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article

Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.