Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 15:30

 

J’ai le plaisir de vous communiquer la date, les horaires et les informations pratiques qui vous permettront, si vous en avez le loisir, d’assister à ma prochaine conférence prévue pour les Journées du Patrimoine sur le thème :

 

Populations, société et paysages entre Cher et  Marmande :

la région de Charenton des Mérovingiens aux Croisades.

 

Répondant à l’invitation de l’association « Coust, notre village », organisatrice de l’ensemble de l’animation, j’aurai le privilège de vous accueillir, si le temps le permet, au pied du donjon du château du Creuzet, sur la commune de Coust (18). Ce site, daté de la Guerre de 100 ans, propriété privée, n’est accessible qu’exceptionnellement à des groupes de chercheurs ou de spécialistes du patrimoine militaire médiéval. La confiance dont nous témoigne les propriétaires en ouvrant au public leur parc nous comble particulièrement, en nous offrant un cadre remarquable pour faire le point sur une partie de mes recherches sur le Berry du Sud à l’époque médiévale.

Pratiquement, le château du Creuzet est accessible à partir de la route qui mène de Charenton à Coust (entrée et parking fléchés). Un espace sera réservé pour les véhicules de personnes à mobilité réduite. Le comité des fêtes de Coust, que je remercie, prête pour l’occasion des bancs pour que les auditeurs puissent s’asseoir s’ils le souhaitent. Il est possible de venir, pour encore plus de confort, avec ses propres sièges.

L’animation aura lieu en deux temps séparés. La conférence proprement dite est prévue le samedi 16 septembre à partir de 17h, jusqu’à 18h30 environ. Comme rien, ou presque, ne concerne dans son contenu le site qui nous accueille, après une pause d’environ un quart d’heure, je donnerai, à celles et ceux qui le souhaite, quelques informations sur le château et la Guerre de 100 ans en Berry et Bourbonnais. Nous en profiterons pour faire le tour du monument et observer les vestiges défensifs d’un modèle rare pour la région. L’intérieur du donjon est inaccessible.

Cette conférence, gratuite, est conçue pour un public sensibilisé à l’histoire de son terroir et à celle du Moyen-âge, mais aucune connaissance spécifique n’est requise pour la suivre. A l’issue de l’après-midi, une urne sera mise à votre disposition par l’association « Coust, notre village », pour recevoir vos dons et enregistrer de nouvelles adhésions.

Cet été 2017 ayant été plus de capricieux, nous avons du envisager une base de repli en cas d’intempéries. La municipalité ouvre donc, à cet effet, l’église paroissiale, où la conférence pourrait se tenir à partir de 17h.

J’adresse ici tous mes remerciements aux propriétaires du domaine du Creuzet, qui, en accordant leur permission de disposer des abords de leur donjon, ont grandement favorisé l’organisation de ma conférence..

Au plaisir de vous y retrouver.

 

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 16:32

 

Après plusieurs mois de silence, le blog Berry médiéval semble à nouveau en état de fonctionner (presque) comme avant. J'en profite pour vous faire part d'un projet très avancé de conférence prévue pour le samedi 16 septembre 2017 sur le site du château du Creuzet, à Coust ou, en cas de mauvais temps, à l'intérieur de l'église romane du village. Le thème, à affiner, portera sur l'occupation humaine, les paysages, les modèles politiques et les ordres religieux de la fin de l'Empire romain à la Guerre de 100 ans, dans les vallées du Cher et de la Marmande. Dès que projet sera prêt à être annoncé officiellement, tous les détails sur cette animation seront à lire sur ce blog.

Merci de votre fidélité!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 06:35

promo Vernet

 

La restriction des budgets régionaux alloués aux projets pédagogiques n'étant pas une légende, je vous invite à venir soutenir un collectif d'élèves du Lycée Jean Moulin de Saint-Amand-Montrond et les enseignants qui les encadrent par votre présence à la conférence, la dernière de l'année, que je donnerai jeudi 04 décembre, à partir de 20 heures, salle Louis Gallas, au Lycée Jean Moulin. Cette conférence aura pour thème:

Enquête sur la disparition du château du Vernet

Solidement ancrée dans la culture locale, la légende de l'existence d'un château saint-amandois reconstruit aux Etats-Unis entretient depuis un siècle le mystère de la disparition d'une des plus belles constructions médiévales de Saint-Amand-Montrond.
S'appuyant sur cinq siècles de documentation archéologique et iconographique, la recherche historique apporte sur cette affaire un éclairage inédit.

Le but de la manœuvre est triple:
-animer une action culturelle;
-présenter à des futurs étudiants en Histoire une démarche de recherche à partir de sources historiques mineures,
-collecter des fonds pour réduire la participation financière de chaque lycéen pour une sortie culturelle, linguistique et sportive à Barcelone, au printemps 2015.
Les élèves présents tiendront à votre disposition une corbeille à la sortie de la conférence.
Il est possible que j'appelle plus tard ceux d'entre mes lectrices et lecteurs qui ne pourront pas se déplacer à faire un geste pour ce voyage, si nous pouvons organiser une collecte par un site de financement participatif sur internet (en cours d'étude).
L'entrée est libre et gratuite, des parkings sont accessibles à quelques dizaines de mètres du lycée et la salle est aménagée pour l'accueil des personnes à mobilité réduite.

Merci d'avance de votre soutien et de votre générosité, et à très bientôt!
Merci également à m. Martinat, proviseur du lycée Jean Moulin, qui a mis la salle Gallas à disposition de ce projet.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 13:50

Odilon

 

J'achèverai une année riche en conférences par une ultime animation sur un thème qui attire toujours d'importantes audiences:


"Médecine, saints guérisseurs et miracles en Berry-Bourbonnais au Moyen-âge"

A l'invitation de la Coordination des Associations du Technique, j'espère vous retrouver ou vous rencontrer le
Jeudi 13 novembre 2014, à partir de 18h
IUT de l'Allier, Amphi GLT
allée J.J. Soulier, à Montluçon

l'activité (conférence et questions) ne dépassera pas les 20h; l'entrée est libre et gratuite. Par respect envers les organisateurs et le public ponctuel, l'exposé commencera à 18h précises (ouverture des portes un quart d'heure avant).
Aucune connaissance en histoire n'est requise mais trois précisions doivent être clairement signalées à votre attention:
* il ne sera pas fait état de la question des guérisseurs et rebouteux, qui ne laissent presque aucune trace dans nos sources;
* le conférencier est un enseignant qui applique les principes de la laïcité dans ses cours comme dans ses conférences: les récits de miracles sont des sources précieuses d'information, chacun reste libre d'y croire ou non;
* le conférencier est un chercheur en histoire, pas un simili-druide, gourou, chaman ou autre marchand de gris-gris ou de prières: inutile donc de faire le déplacement dans l'espoir de trouver dans ses propos quelque soulagement moral ou physique. Seuls les membres diplômés du corps médical sont compétents pour tout ce qui touche de près ou de loin à la santé des individus et des animaux. Ce principe ne souffre d'aucune exception.

Je profite de cette annonce pour vous rappeler que les conférences sont une de mes activités de médiéviste, au même titre que la rédaction de ce blog. Il ne s'agit pas de services produits par un prestataire professionnel. Leur conception est longue et soumise à de multiples modifications en fonction du secteur géographique où elles sont prévues et du public attendu. Si l'une d'entre elles vous tente, pensez à me contacter plusieurs mois à l'avance.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 12:02

conf-Vesvre

 

L’univers de la reconstitution médiévale est un monde avec lequel j’ai toujours pris une certaine distance, tant que je n’ai pu mesurer le sérieux des intervenants.
Certains jugeront peut-être mon point de vue trop rigide, mais moult prestations publiques sont de véritables défilés de carnaval truffés d’anachronismes animés par des prestataires qui sont imprégnés de postures d’acteurs de films hollywoodiens ou pire encore, de héros de jeux vidéo.
Et puis il y a les autres, qui cherchent à s’approcher au plus près des civilisations du Moyen-âge par de longs travaux d’observation, de recherche documentaire, d’expériences techniques et qui exposent parfois leurs résultats au public, sans donner la priorité au spectacle.
C’est dans cet esprit que nous aurons, samedi 19 juillet, la joie d’accueillir à la Tour de Vesvre mon camarade Olivier Morel, membre des Compagnons du Sarment d’Hypocras, qui viendra (peut-être avec un ou deux de ses complices) présenter du matériel militaire et domestique conforme à la période couverte par ma conférence (Xe-XIIIe siècle). Ce moment peut être pour vous l’occasion de prendre contact avec une troupe, réputée pour le sérieux de ses prestations, pour de futures animations.
Rendez-vous donc ce samedi à partir de 17 heures sur le site de la Tour de Vesvre pour une fin d’après-midi dédiée à la chevalerie berrichonne du premier âge féodal.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 10:21

Vesvre

 

J'ai le grand plaisir de vous inviter à ma prochaine animation:


              être seigneur en Berry de l'an 1000 à la fin des Croisades
                                 politique - économie - spiritualité

le samedi 19 juillet, à partir de 17 heures, grange de la Tour de Vesvre, à Neuvy-deux-clochers, en Sancerrois.
Je répond ainsi à l'invitation de l'association des Amis de la Tour de Vesvre, qui entretient et anime ce site féodal remarquable. En remerciement de la confiance que ces passionnés m'accordent, j'ai décidé d'écrire une conférence inédite dans laquelle il est prévu que j'introduise des éléments tirés de ma thèse.
A la fin de l'exposé, une corbeille sera mise à votre disposition en soutien aux initiatives des Amis de la Tour.

 

vesvre

 

L'accès du site est fléché. Le local dans lequel se tient la conférence est de plein-pied et est accessible aux personnes à mobilité réduite.
Si d'autres nouvelles me parvenaient d'ici le 19, je modifierai ce billet en conséquence.
Au plaisir de vous retrouver, ou de faire votre connaissance, sous les murs pluriséculaires de la Tour de Vesvre!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 15:16

manoir du Vernet

 

Le temps est venu de vous informer de la date retenue pour ma prochaine conférence publique, organisée par la section saint-amandoise de la Croix-Rouge française, et à son profit.
J'aurai donc le plaisir d'animer une soirée sur un thème que les lecteur de Berry médiéval connaissent bien:

                                   Le mystère du château du Vernet

enquête sur la disparition d’un manoir du Moyen-âge dans les faubourgs de Saint-Amand-Montrond
par Olivier Trotignon, chercheur en histoire médiévale

Important vestige de la période médiévale en Saint-amandois, le château du Vernet, démoli après la première guerre mondiale, continue, presque un siècle après sa déconstruction, à susciter beaucoup d’interrogations sur son histoire et sur la destination prise par ses plus beaux éléments architecturaux.
A partir d’un riche dossier documentaire et photographique, l’historien tentera de faire revivre ce monument avant d’exposer les différentes hypothèses sur la localisation actuelle des pierres du manoir disparu.

L'animation aura lieu le samedi 28 juin, à  20h30, dans la belle salle des Carmes, hôtel de ville de Saint-Amand-Montrond, en centre ville.
Plusieurs parkings sont situés dans le proche périmètre de la mairie. La salle est accessible aux personnes handicapées. Aucune connaissance particulière en histoire n'est requise pour suivre l'exposé.
Cette soirée est ouverte à tous, l'entrée est libre et gratuite. Le projet est double: à la fois participer à l'animation culturelle locale en proposant une conférence inédite, et recueillir des fonds pour les actions de mon partenaire, la Croix-Rouge. Comme les deux dernières fois, une corbeille sera disposée à l'entrée de la salle et votre générosité sera, en plus de votre présence, une des garanties du succès de la soirée.
Je compte bien sûr sur vous pour faire circuler l'information auprès de vos contacts et réseaux : c'est vraiment pour une bonne cause!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 21:17

Gisant de Pierre Pèlerin XVe siècle

 

Voici presque deux ans et demi, j'avais le redoutable honneur d'inaugurer la série de conférences "Une heure, une œuvre", initiée par l'ancienne conservatrice du musée de Saint-Amand-Montrond, Marie-Christine Planchart, aujourd'hui en poste au musée d'Issoudun.
La proposition de Marie-Christine s'appuyait sur la promesse de l'édition d'une plaquette réunissant toutes les contributions des conférenciers, sous forme d'articles illustrés destinés à garder une trace de ce cycle de conférence. Sa hiérarchie d'alors s'était engagée à faire imprimer la somme des articles remis par les intervenants. Comme on pouvait hélas s'y attendre, cet engagement s'est dilué au fil des saisons, me libérant du coup de ma propre promesse de garder inédit l'article que j'avais rédigé à cette occasion.
Cet article, je le dédie à Marie-Christine Planchart et à toutes les personnes de bonne volonté qui œuvrent pour l'indépendance d'une Culture de qualité, et je l'offre à tous les lecteurs de Berry médiéval.

Pierre Pèlerin et les mutations de la société saint-amandoise à la fin du Moyen-âge

Les épreuves qui ont marqué le Berry au cours du très long conflit avec les Anglais n'est plus qu'un souvenir. Partout, dans une ville de Saint-amand longtemps repliée sur elle même par crainte d'une invasion et appauvrie par les troubles de la Guerre de cent ans résonnent les bruits des chantiers de construction. Dans son hôtel particulier, Pierre Pèlerin, riche bourgeois anobli, vient de décéder. Sa dépouille est prête à rejoindre le sépulcre qu'il s'est lui-même choisi, dans l'abbatiale des Carmes de la ville, où elle reposera sous une des plus curieuses dalles funéraires de France.

Une œuvre exceptionnelle
La mode des gisants a fait son apparition au cours du XIIe siècle et s'est étendue dans toute la Chrétienté. Des plus modestes églises de campagne aux plus grandes cathédrales apparaissent des statues représentant des membres éminents de la société sur leur lit de mort. Rois, princes, femmes de la noblesse, grands seigneurs et plus modestes chevaliers, évêques, abbés, maîtres de commanderie sont figurés en haut-relief, couchés sur leur lit de mort, avec des détails de leur anatomie ou de leur fonction reproduits avec minutie dans des roches locales, des calcaires ou des marbres d'importation, parfois dans de la tôle de bronze. Comparé à l'immense majorité des modèles régionaux ou européens, le gisant de Pierre Pèlerin présente des singularités étonnantes.
La statue est, en effet, sculptée au fond d'une cuve de pierre. La surface externe du monument, plate, est occupée par l'épitaphe, fortement usée et porte la marque d'une profonde feuillure avec des trous de chevilles, comme si l'effigie du défunt avait été primitivement dissimulée sous un volet ou un couvercle de bois. Contrairement aux autres dalles funéraires régionales -gisants ou plates-tombes- protégées par des enfeus ou placées hors-sol sur des socles, il est possible que celle du saint-amandois est été disposée au ras du sol de l'ancienne abbatiale, ce qui expliquerait les marques d'usure constatées.
Tout aussi singulier est le commanditaire du gisant, un bourgeois saint-amandois, qui a choisi de se faire représenter vêtu de l'habit des pèlerins de Compostelle, les pieds reposant sur un couple de chiens, symbole de son appartenance à la noblesse. Ce détail n'a pas échappé aux iconoclastes révolutionnaires, qui ont mutilé cette partie de l'œuvre ainsi que le visage de l'homme, mais qui on épargné l'écusson du dais. Alors que la plupart des commentaires ne s'attachent qu'à l'aspect superficiel de la tenue vestimentaire de Pierre Pèlerin et décrivent le gisant comme celui d'un pèlerin de saint Jacques, un examen plus approfondi de la dalle funéraire délivre les indices d'une réalité beaucoup plus complexe.

Le triomphe de la bourgeoisie d'affaire
Pèlerin est un homme dont l'histoire personnelle, en l'absence de dépouillement complet des archives de son temps, demeure obscure. Nous savons que ce bourgeois contribua à la construction de la nouvelle abbaye des Carmes de Saint-Amand par don d'une partie de sa fortune, ce qui lui valu en retour le droit de se faire inhumer dans le sanctuaire abbatial, comme c'était l'usage dans les monastères depuis le Haut Moyen-âge, privilège réservé aux abbés et aux protecteurs de leurs communautés. Nous connaissons l'année de sa mort, inscrite sur l'épitaphe, mais rien de plus. Ses origines, ses alliances, sa descendance éventuelle, l'origine de sa fortune et l'emplacement de sa résidence demeurent un mystère, mais son gisant donne au moins une information exacte bien que souvent ignorée: Pierre Pèlerin est un bourgeois anobli. Comme son contemporain le berruyer Jacques Cœur, il s'est certainement servi du produit de sa réussite financière pour s'élever dans l'échelle sociale en achetant des terres anoblissantes. En ce début de Renaissance, le Boischaut abrite une multitude de petites seigneuries dont la possession donne des quartiers de noblesse à leur titulaire. Beaucoup de gens riches, complexés par la modicité de leurs origines, cherchent en ces temps à s'élever au dessus de leur condition alors que la petite et moyenne noblesse, ruinée par les désordres de la Guerre de cent ans, n'arrive plus a entretenir tous ses domaines. Une étude fine des mutations de fiefs à cette époque confirmera peut-être un jour cette hypothèse. Le changement de strate sociale s'affirme aussi, mais moins nettement, par l'écusson gravé sur dais au dessus de la tête du défunt, trois coquilles saint Jacques percées de dagues. La possession d'armoiries personnelles, quoi qu'on en pense généralement, n'est pas un privilège de la noblesse.

Des apparences qui peuvent se révéler trompeuses
Reste l'essentiel, le plus spectaculaire et d'apparence le plus évident: l'affirmation, par le costume, du statut de pèlerin. Le gisant des Carmes est vêtu d'une chemise lacée sur la poitrine et d'un long manteau de peau retournée. Sa main droite serre un long bâton, le bourdon de pèlerin et son flanc gauche porte une besace marquée d'une coquille. La valeur instructive de cette figure est incontestable et mérite amplement la place qui lui est réservée dans l'iconographie des pèlerinages médiévaux. Affirmer comme une certitude que le bienfaiteur des Carmes a lui-même fait la route de Compostelle est un raccourci tentant que n'ont pas hésité à emprunter la majorité des auteurs sur la question. Une autre approche mérite d'être envisagée.
Depuis des siècles, les croyants ont accordé une très grande valeur rédemptrice aux pèlerinages lointains. Partir sur de longues distances et affronter les obstacles pour aller prier sur les reliques d'un martyr rachetait les fautes terrestres du pèlerin dans l'attente du Jugement dernier. D'autres attitudes salvatrices étaient reconnues comme le don aux établissements religieux, l'inhumation en terre consacrée avec récitation de prières pour le remède de l'âme du défunt, la participation, physique ou financière, à une croisade....
Pour la majorité des Grands, une, voire deux de ces initiatives, étaient suffisantes pour s'assurer d'une mort sereine. Dans le cas qui nous occupe, Pierre Pèlerin aurait accumulé trois actes rédempteurs, dont deux seulement sont prouvés: la participation à la fondation des Carmes et la fondation de sa sépulture dans l'abbatiale du couvent. Une question, dans cette perspective, ne trouve pas de réponse: un bourgeois, à la tête d'une entreprise prospère, avait-il le temps de s'absenter des mois durant, pour accomplir un vœu? Contrairement à toute attente, c'est peut-être les symboles les plus évidents gravés dans la pierre qui sont les plus subtils à interpréter, ce qui n'est pas inhabituel pour l'époque.

Un rébus de pierre grandeur nature
Arrêtons nous un instant sur les valeurs de la bourgeoisie au moment où le Moyen-âge cède, lentement dans nos régions, la place aux aspirations nouvelles de la Renaissance. Comme dans toutes les périodes de transition, les gens sont partagés entre une ancienne culture, chargée de repères immuables, comme l'obsession et la crainte de l'enfer, et des attitudes beaucoup moins modestes que par le passé. L'apparence vestimentaire et physique, l'étalage de sa fortune, l'orgueil de sa réussite font leur place, et pour longtemps, dans les codes de reconnaissance des individus. L'angoisse de tomber un jour dans l'oubli conduit les uns et les autres à laisser des traces concrètes de leur séjour terrestre. C'est là qu'intervient une coïncidence trop flagrante pour être due au hasard: Pierre Pèlerin se fait représenter dans la pierre dans une tenue de pèlerin. A la même époque, un autre berrichon, Jacques Cœur, adopte comme blason une coquille saint Jacques et un cœur. Jean, duc de Berry, joue sur l'analogie entre le mot ours en anglais, et la première syllabe du nom de son duché et la traduit dans sa célèbre devise "Ursine le temps venra". Le temps est aux jeux de mots. Le gisant du musée Saint-Vic pourrait s'ajouter à la liste de ces messages sibyllins destinés à ces êtres futurs que nous sommes. Message particulièrement efficace si l'on songe que des milliers de saint-amandois qui vécurent à son époque, Pierre Pèlerin est un des rares dont l'Histoire ait conservé le souvenir.

O. Trotignon, août 2011

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 23:07

 

affiche-Ainay

 

J’ai le plaisir de vous convier à deux de mes prochaines conférences dont les dates sont fixées et, hasard du calendrier, très rapprochées.

Le dimanche 16 mars, c’est en pays bourbonnais que j’espère vous retrouver à l’invitation de la médiathèque d’Ainay-le-Château, qui a réservé la belle chapelle Saint Roch pour que j’y expose une nouvelle version de ma conférence “Médecine, lieux de soin, saints guérisseurs et miracles en Berry”. La principale nouveauté sera l’emploi d’un vidéo-projecteur (version modernisée de nos anciens et toujours vaillants projecteurs de diapositives...) pour illustrer mon propos.
Merci à Nathalie Pasquier, animatrice de la Culture et du Patrimoine à Ainay, ainsi qu’à la municipalité, pour leur accueil.
Le nombre de places étant limité dans la chapelle, il est vivement conseillé d’être sur le site à 15h. Il est recommandé de stationner au pied des remparts et de se rendre à la chapelle par le petit pont.

 


 

Une fois n’est pas coutume pour un médiéviste, c’est un sujet d’histoire contemporaine que je viendrai soutenir le jeudi 13 mars, à 20h30, salle de conférence du Lycée Jean Guéhenno à Saint-Amand-Montrond.
Malgré le succès de mon animation sur l’ancienne maison close de Saint-Amand, présentée en juin dernier au profit de l’antenne locale de la Croix-Rouge, j’ai décidé de réécrire une partie de cette conférence pour élargir le sujet aux autres formes de prostitution (à domicile, hôtels borgnes, prostitution migrante et saisonnière) à partir de l’exploitation de nouvelles sources inédites. L’organisation de la soirée est assurée par les admirables bénévoles du CASA, association d’aide aux devoirs, d’alphabétisation et d’initiation à la langue française. Cette animation est le moins que je puisse faire pour leur témoigner mon soutien mais ne s’adresse pas au plus jeune public.

 

 

 

 
Plusieurs autres dates seront annoncées dans les semaines à venir.
Merci de relayer cette informations auprès de vos contacts, pour en assurer la diffusion la plus large.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 13:27

La-Prée

 

C'est toujours avec beaucoup de plaisir que j'annonce la date d'une de mes conférences. La prochaine s'insère dans un cycle particulier, celui des "rencontres du dernier mardi au CASA", collectif d'associations saint-amandoises qui œuvrent pour l'alphabétisation, l'acquisition du Français et l'aide aux devoirs avec un dévouement exemplaire et des moyens en constante réduction.
J'animerai donc, mardi 24 septembre, de 20h30 à 22h, salle L. Gallas, au lycée Jean-Moulin, à Saint-Amand-Montrond, une soirée consacrée à l'Ordre cistercien et le Berry du sud, à partir du produit de mes travaux sur la période XIe-XIIIe siècles.
La petite particularité de cette soirée est de s'organiser un jour compliqué pour l'enseignant que je suis, travaillant toute la journée et le lendemain matin. Je ne garantie donc pas que je sois efficace à 100%, aussi prévois-je de réduire le discours au profit de l'image, et de m'appuyer sur une base iconographique assez généreuse.
Aucun niveau de compétences ou connaissances n'est requis pour assister à cet exposé.
L'accès est libre et gratuit. Une corbeille sera à votre disposition à la sortie, pour permettre au CASA de récolter des dons nécessaires à sa mission.

Voici le communiqué qui a été envoyé aux adhérents et soutiens de ce collectif:

Les rencontres du dernier mardi au CASA


Mardi 24 septembre à 20h30



Olivier TROTIGNON nous présente :

L’ordre cistercien et le Berry du sud



Beaucoup d’idées reçues circulent sur les Cisterciens en général et en particulier sur l’abbaye de Noirlac. Ce monastère, souvent considéré comme l’illustration d’une pureté spirituelle incarnée par la qualité de son architecture, a eu une histoire qu’on ne peut détacher de son contexte économique, politique et religieux, souvent passés sous silence.

A partir d’une lecture des archives monastiques et féodales, de découvertes archéologiques et de l’observation de la société locale à l’époque des Croisades, l’exposé permettra aux auditeurs de replacer Noirlac et les autres communautés cisterciennes régionales dans leur environnement historique, de leur fondation à la Guerre de cent ans.



Au plaisir de vous retrouver le 24!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans conférences
commenter cet article

Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.