Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 22:04

oiseau-Bourges

 

C’est un peu par hasard que j’ai réalisé, il y a quelques jours, que Berry médiéval avait déjà quatre ans, quatre ans d’une expérience positive que je poursuis bien évidemment pour au moins une année supplémentaire. Plus que des statistiques qui n’auraient de sens que pour comparer ce blog à d’autres espaces similaires ou concurrents, c’est sur la promotion de mon activité de médiéviste indépendant qui a été rendue possible par Berry médiéval que je voudrais revenir.
Il y a encore quelques années, mes initiatives de production d’articles et de conférences étaient limitées à quelques revues locales que je dépannais d’une page de temps en temps et de quelques exposés destinés à un public très fidèle issu d’un terroir peu étendu. Avec Berry médiéval, j’ai pu faire connaître mes recherches sur une échelle bien plus vaste pour rencontrer de nouveaux auditeurs, et croiser de nouvelles expériences avec des gens de terrain. Ceci a eu aussi pour effet de décevoir encore plus de monde, trop de gens ayant une vision des chercheurs locaux assez décalée de la réalité. J’ai une famille, un métier, une maison et des animaux à entretenir, il m’est impossible de répondre à toutes les demandes, de rencontrer tous les gens qui me sollicitent. Comme dans toute profession ou activité manuelle ou intellectuelle, le “tout pour rien” n’existe pas ici. Je suis historien, pas philanthrope.
Dans les mois à venir, les lecteurs du blog ne devraient voir aucune évolution significative se produire. Les contenus littéraires et illustrations garderont leurs imperfections. Ma demande de subvention au titre du projet “ID en campagne” pour l’achat d’un bon appareil photo et d’un nouvel ordinateur pour prendre la suite de mon matériel qui a plus de 15 ans n’a reçu aucune réponse de la part de la Région Centre.
Mes activités en direction du public local et régional restent aussi, dans l’ensemble, inspirées par les mêmes priorités: présentation de conférences, contributions trimestrielles à la revue Berry magazine, poursuite et bientôt achèvement de ma collaboration avec le musée Saint-Vic pour l’inventaire des collections numismatiques et de petits objets - plusieurs centaines recensés à ce jour.
Les lecteurs du Berry républicain ne retrouveront pas à la rentrée d’article inspiré de mes recherches dans la série du mardi intitulée “Colum Boischaut”. Après avoir très largement participé à son alimentation par des sujets tirés de mes blogs, avoir confié des adresses de contacts et surtout été disponible à chaque fois que la rédaction du journal me sollicitait, j’ai eu la désagréable surprise de ne trouver dans les pages locales aucune annonce de ma conférence au profit de la Croix-Rouge, ce qui a largement diminué la portée de l’initiative. De même, nul reporter n’a jugé utile de se déplacer pour passer même cinq minutes en compagnie de la soixante d’auditeurs présents, malgré tout.
Que le Berry républicain continue donc de m’oublier.
Je souhaite aux lectrices et lecteurs habitués ou de passage un excellent été et de belles découvertes. N’hésitez pas à me signaler des endroits qui pourraient mériter un article ou des manifestations s’inscrivant dans l’esprit du blog, pour d’éventuels articles à venir.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 10:10

voleur

 

Il a quelques semaines, je rapportai  le cas d’un couple de pilleurs de sites archéologiques pris une main dans le sac et l’autre sur la poignée d’un détecteur de métaux par les gendarmes de Saint-Amand près d’un prieuré très connu par ici.
Permettez moi de vous présenter des malfaisants d’une autre espèce, qui hantent non pas les champs labourés mais les blogs en quête de pages entières à dérober à l’insu de leurs auteurs.
Le profil général est plutôt masculin et adulte, qui dissimule son identité derrière des pseudonymes navrants type grand seigneur du temps jadis. Le pilleur nouvelle vague gère des sites internet ou forums consacrés à la reconstitution médiévale. Bercé, je suppose, dans un fantasme de guerrier invincible et surtout bien au dessus des misérables contingences humaines, ce noble chevalier (au minimum, mais certains se proclament comtes, ducs ou rois) se conduit comme un vulgaire voleur à la roulotte, en copiant des articles complets pour les reproduire, illustrations comprises, sans aucune autorisation, sur leur propres espaces internet. J’ai été délesté de plusieurs pages depuis quelques mois et ai découvert qu’un de mes contacts les plus sûrs, dont le blog apparaît dans les liens à droite de votre écran, avait lui aussi fait les frais de ces raids de pillards informatiques.
Que les choses soient claires. J’ai de bons contacts avec des membres de groupes de reconstitution historique. Je ne partage pas leur passion, mais je les reconnais comme des amateurs sérieux avec lesquels on peut échanger dans des conditions normales. Quand ceux-ci se servent d’un article, ils y ajoutent le lien indispensable qui relie le billet à sa source. A chaque fois qu’un administrateur de site internet - mairie, office de tourisme, blog spécialisé... - m’a demandé à se servir de mes écrits, j’ai toujours accepté, sous réserve que sa démarche serve bien l’intérêt public et pas celui de groupuscules extrémistes.
Là, il s’agit de tout à fait autre chose. Parler de propriété intellectuelle à quelqu’un qui n’a ni la capacité ni le courage de faire des recherches et d’écrire peut sembler ambitieux, mais ce n’est pas un statut virtuel de pillard normand ou de templier qui impressionnera la Justice si d’aventure je portais plainte pour vol.
J’invite donc tous les gestionnaires de sites et forum qui se serraient servis dans mes blogs (Berry médiéval, le Livre de Meslon ou âne G N B) à se mettre en règle soit en mettant un lien bien visible à chaque notice “empruntée”, soit en l’effaçant, soit en en achetant les droits, comme pour la Presse.
Je recommande également à vous tous, auteurs de contenus sur Internet, à chercher votre nom ou le titre de vos pages sur un bon moteur de recherche. Des surprises vous y attendent!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 22:22

Souages1

 

Voici une information qui devrait satisfaire les amateurs éclairés de petit patrimoine ancien: un de mes correspondants m’a signalé, voici peu, l’évolution de la situation de la pierre à la dîme de l’ancien prieuré de Souages, dont nous avons parlé à plusieurs reprise dans ces pages.
Cette très rare pierre de capacité, mal datée (médiévale ou post-médiévale), était en effet dans une position délicate: sise sur une propriété privée, sans protection particulière, ses bassins à mesurer le grain étaient exposés à tous vents, et menacés par la pluie et le gel.
Plusieurs personnes s’étaient émues de cette situation de péril. Le Berry Républicain avait même, il y a plusieurs mois, consacré un grand article à ce vestige.
L’excellente nouvelle que m’a rapportée mon contact est la mise hors d’eau de la pierre. Quelqu’un s’est en effet chargé d’aménager un petit abri métallique qui isole l’objet de la rigueur des éléments.
Est-ce là l’aménagement le plus adapté qu’on aurait pu souhaiter pour la pierre à la dîme? Peu importe. Il faut, sincèrement, saluer l’initiateur de ce sauvetage et l’assurer de toute la gratitude d’un public attentif à la protection du patrimoine historique et archéologique régional.
Un bel objet à découvrir.

 

Souages2

 

 

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 08:49

monstre-Charente

 

Ça commence à devenir une habitude: la municipalité de Saint-Amand-Montrond a encore tiré un trait rouge sur une de mes activités. Comme je l’avais annoncé ici il y a un mois, et de vive voix à plusieurs personnes intéressées par le sujet, mon projet de conférence “Dieux et religions antiques en Boischaut” pour la nuit européenne des musées a été rejeté, sans explication, par le service culturel de la mairie. Cette délicate attention s’ajoute à plusieurs autres: organisation d’une “conférence” sur une personnalité locale à la même heure et à quelques dizaines de mètres du petit théâtre où j’étais venu, pour les Journées du Patrimoine 2010, soutenir un association culturelle locale, absence de représentant officiel de la municipalité lors de l’inauguration de la série de conférences “Une heure, une œuvre”, début 2011, censure de mes photographies illustrant le scandale des antennes de vidéo surveillance dans le bulletin municipal...
Je le sais, j’ai des défauts. Je ne porte pas de cravate, j’ai des mauvaises fréquentations (artistes, pacifistes, inspecteur Columb Boischaut...), je préfère le Rock à l’opérette, je ne suis membre d’aucune association ou obédience influente,  et, le pire de tout, je ne respecte qu’une seule hiérarchie, celle du ministère qui m’emploie.
Cette énième mésaventure ne m’inspire ni tristesse ni amusement, juste l’envie de relire Ubu roi, d’Alfred Jarry.
J’aurai bien, à l’avenir, le loisir de présenter cette conférence dans un cadre plus ouvert, ce ne sont pas les lieux pour travailler qui manquent dans la région.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 14:05

musée-de-Saintes

 

Curieux destin que celui de ce petit blog conçu à l’origine pour mettre à disposition des auditeurs de mes conférences des traces écrites sur les sujets développés: en quelques années, il est devenu un des supports les plus consultés par les amateurs de culture médiévale dans les pays du Centre, dépassant largement l’objectif de départ. Le compteur de fréquentation d’Overblog a recensé plus de 41000 visites et 70000 pages ouvertes (sont-elles lues jusqu’au bout?) en un an, signes, pour moi, que dans cette époque où le crétinisme ambiant semble s’amplifier d’heure en heure, la résistance des gens de Lettres et des esthètes n’est pas un combat d’arrière-garde!

 

3477435

lecteurs de Berry médiéval à travers le monde

 

 

D’autres sites et blogs, recensés dans la colonne de droite, vous donneront un plus large panorama de l’amplitude de ce qui se fait sur internet pour faire connaître le patrimoine du Berry et, bien entendu, des autres régions.
Ce blog a aussi ses détracteurs et on me rapporte, par-ci par-là, des remarques très désagréables me concernant personnellement ou concernant mes travaux. A ces grincheux plusieurs points communs; outre un orgueil parfois largement surdimentionné, l’oubli de deux règles cardinales: l’Histoire est une science, et elle est vivante. Même s’il doit être confortable de s’imaginer le Moyen-âge conforme à ce qu’on en voit dans les films européens ou californiens, c’est une période, comme l’Antiquité ou la Renaissance d’une immense richesse intellectuelle et d’une complexité dont l’ensemble ne peut être apprécié que par d’éminents universitaires. J’ai eu la chance d’en croiser quelques uns lors de mes études, et Berry médiéval n’est qu’une expression du goût pour le travail que ces gens savaient communiquer à leurs étudiants. Aucun n'aurait souffert autour de lui la moindre médiocrité. Je ne vois pas pourquoi il devrait en être autrement pour moi, à un échelon bien inférieur au leur.
L’Histoire est vivante et, encore au risque de déplaire à une poignée d’irréductibles, toujours en cours d’écriture, avec l’aide indispensable des archéologues, des paléographes, des numismates... Hurler à la trahison parce qu’on remet en question des chapitres du passé local écrit il y a sept ou huit générations, c’est là encore s’installer dans des pantoufles étriquées de rentier de la Culture, portes et fenêtres closes, et râler lorsqu’un voisin déplace un meuble. Berry médiéval n’a pas la prétention d’offrir la moindre vérité à ses lecteurs, juste présenter des angles de vue différents, appuyés sur une documentation consultable par n’importe quel chercheur qui veuille bien s’en donner la peine.
Donc, je poursuis l’expérience, toujours gratuite, toujours sans publicité et toujours sans autre aide extérieure que les retours de mes lecteurs. De temps en temps, je sors des frontières de l’ancien évêché de Bourges pour proposer à la découverte des sites extra-régionaux, à retrouver dans la catégorie “pages”.

Sur le plan rédactionnel, vous continuerez à trouver des articles sur des sujets parfois éloignés de la période médiévale dans le trimestriel Berry magazine.

Pour le programme de mes conférences, sachez dès aujourd’hui que trois projets sont envisagés:
- un exposé sur les dieux antiques et les religions en Boischaut autour de la plaque votive de Vernais, dans le cadre de la "nuit européenne des musées," au musée Saint-Vic de Saint-Vic de Saint-Amand-Montrond, le 19 mai;
- une conférence sur le thème: “médecine et miracles en Berry au Moyen-âge”, au printemps à Saint-Céols;
- une rétrospective de l’histoire de l’âne en Berry à l’asinerie de Dampierre-sur-Boutonne, en Saintonge, à l’automne.
Chaque activité fera l’objet d’une annonce ici même.


Excellente année à toutes et tous, merci de votre fidélité et au plaisir de vous lire et de vous rencontrer dans les 12 mois à venir!

 

ânes-noirs

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 08:54

antennes-2011-(2)

 

Certains d’entre vous s’en souviennent encore. L’été dernier fleurissait sur le toit de l’ancienne abbatiale des Carmes, classée Monument historique, de Saint-Amand-Montrond, dans le Cher, un invraissemblable bouquet de paraboles blanches, reliant des caméras de vidéo-surveillance urbaine au quartier-général de la police municipale locale. Cette découverte m’avait fait bondir, générant un article de protestation sur ce blog.

 

“Il est minuit, braves gens, dormez en paix...”

 

Outre le mécontentement de voir, et pour longtemps, la perspective sur un bâtiment d’une architecture assez peu fréquente dégradée, il m’avait paru curieux qu’une municipalité s’accorde des dérogations à des règles d’urbanisme imposées à ses contribuables. Le clocher de l’église paroissiale, également, subissait l’installation d’une antenne blanche sur son toit d’ardoise, selon des principes esthétiques assez éloignés du bon sens.

 

antenne-été-2010

été 2010

 

L’affaire était arrivée à un stade politique lorsque, à l’automne, les groupes d’opposition municipale avaient tenté, à leur tour, de raisonner les initiateurs de ce projet, inflexibles aux arguments que les uns et les autres avaient mis en avant.

 

Cachez ce blog que je ne saurais voir ...

 

Je m’étais donc résolu à attendre d’autes temps et d’autres mœurs pour voir ces horreurs disparaître du paysage. Le lecteur comprendra ma surprise, il y a quelques jours, en découvrant qu’une partie -une partie seulement- du dispositif de relais des images avait été déposé et remplacé par des parabolles noires fixées à l’intérieur, et non plus à l’extérieur du clocheton, ce qui prouve que l’assouplissement des postures les plus rigides est un exercice accessible à tous.
J’avoue ignorer totalement la nature de l’écueuil responsable de ce changement de cap, me réjouis de cette victoire partielle - le site n’a pas retrouvé son intégrité et l’antenne du clocher de l’église est toujours en place - et aimerais que ce dossier prouve la nécessité  que chacun d’entre nous reste vigilant sur les atteintes à la conservation du patrimoine, qu’il soit préhistorique, antique, médiéval ou beaucoup plus récent. On continue à reboucher des fossés de mottes castrales, on pose des volets roulants en PVC blanc sur des façades XVe... c’est un engagement de tous les jours ou presque, ingrat, qui attire plus d’inimitiés que de sympathies mais qui donne, comme c’est le cas aujourd’hui, quelques satisfactions.

 

antenne-2011-(1)mai 2011

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 09:37

Bourges-lumière

 

Je profite de ces temps de fêtes pour dresser un bref bilan de l’activité de l’année 2010 sur ce blog dédié à l’histoire et au patrimoine d’une région dont je suis natif et que j’essaie de promouvoir sans autre profit que le plaisir de la mieux faire connaître.
Mon premier sujet de satisfaction est la fréquentation enregistrée par les compteurs du serveur Overblog. 39000 visites, plus de 101000 pages ouvertes, environ 380 commentaires sans compter les dizaines de messages privés, ce blog a trouvé son public, principalement métropolitain et européen, avec des lecteurs réguliers dans des régions beaucoup plus éloignées de l’ancien diocèse de Bourges, comme la petite carte dans la colonne de droite le prouve avec éloquence.
Sur le terrain, après un premier semestre totalement inactif, j’ai été convié quatre fois à intervenir en public dans les derniers mois, dont une fois pour réaliser une conférence privée à public réservé. Je garde aussi un souvenir ému des Journées du Patrimoine qui m’ont permis d’organiser, en collaboration avec deux associations culturelles saint-amandoises, la venue de Guillaume Ledoux, chanteur du groupe Blankass, pour un concert qui, avec le recul et l’avis du public retrouvé sur d’autres spectacles de l’artiste, restera une, sinon la meilleure performance de sa tournée. Avoir partagé le temps d’un après-midi l’affiche avec lui a été pour moi un moment précieux dans ma carrière d’historien.
Plus en retrait, j’ai été aussi invité à donner mon avis sur quelques projets locaux intéressant le patrimoine médiéval, dont nous aurons peut-être l’occasion de reparler dans ces pages.
Le programme 2011 commence par quelques nouveautés, qui donneront lieu au moment voulu à une promotion sur le blog et dans la presse, qui ont déjà été annoncées aux abonnés à la “newletter”.
Les lecteurs de la revue trimestrielle Berry magazine vont pouvoir d’ici quelques jours retrouver une double page sur le château de la Roche-Guillebaud. Naturellement, cet article est exclusif et ne sera pas disponible sur Berry médiéval. D’autres thèmes seront traités dans les trimestres suivants. Je vous en ferai la réclame en temps voulu.
Je participerai le 26 janvier à l’initiative lancée par Marie-Christine Planchart, conservatrice du musée de Saint-Amand-Montrond, d’ ”une heure une œuvre”. L’évocation du gisant de Pierre Pèlerin et des rites de la Mort en Berry au Moyen-âge sera au centre du débat. Le compte-rendu de l’exposé sera disponible dans la rubrique “pages” du blog.
Sans se fossiliser dans une posture rigide, Berry médiéval continue sur sa lancée initiale: informer et aider le public à découvrir les vestiges de l’histoire d’une partie des pays du Centre. Ce blog ne relaie aucun courant de pensée, aucune école, mais n’est pas pour autant un espace neutre, propret et bien-pensant. Contrairement à ce que certains voudraient bien croire, ce n’est pas non plus une cage dans laquelle l’historien s’enferme derrière son clavier et l’écran de son appareil numérique. J’ai, grâce à ce canal, rencontré beaucoup de gens, par courrier et physiquement. Ces contacts sont, croyez moi, d’une grande richesse.
Bonne année 2011 à toutes et tous, et à bientôt pour de nouveaux sujets

 

 

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 14:43

chien-et-os

 

Je ne m’attendais pas, en entreprenant la rédaction de ce blog, à avoir à écrire un jour le billet qui suit. Je m’excuse à l’avance du peu d’intérêt de son contenu pour mes lectrices et lecteurs régulier(e)s ou occasionnel(le)s réparti(e)s un peu partout en France et dans le monde, qui ne trouveront ici aucune information sur l’histoire du Berry.
Mon blog Berry médiéval a été dernièrement au centre, ou l’un des centres, d’une tension entre l’équipe de la majorité municipale de la ville de Saint-Amand-Montrond, dans le centre de la France, et ses deux oppositions, de gauche et centriste.
L’objet de cette querelle est de couleur blanche, se trouve planté en plusieurs unités sur deux monuments médiévaux du centre-ville de Saint-Amand et sert de relais aux flux d’images pris par le réseau de vidéo-surveillance urbaine vers un poste central quelconque qui, lui, a au moins le mérite d’être invisible.
Je me suis exprimé, au cours de l’été, dans ces pages, sur cette situation. Mes arguments ont été lus et jugés recevables par plusieurs visiteurs de ce blog.

 

“Il est minuit, braves gens, dormez en paix...”

 

Il y a quelques semaines, un membre de l’opposition saint-amandoise m’a demandé, par écrit, l’autorisation de reproduire mes photographies et une partie de mon argumentaire dans un journal d’information local destiné aux habitants de la ville et édité par la municipalité (saint-amand-montrond INFOS n°16 - Octobre 2010).
Or, il apparaît que les photographies et les références à mes travaux ont été supprimées, sans autre forme de procès, par l’éditeur, à savoir la Ville de Saint-Amand. Ceci m’amène donc à mettre au point un certains nombre d’éléments, afin qu’aucune ambiguïté ne plane sur cette affaire dont je suis, somme toute, l’artisan indirect.
Le groupe d’opposition ne m’a ni volé ni emprunté d’informations. Il s’agit d’une citation de sources formulée selon les règles et respectant le droit d’auteur. J’étais libre de refuser. J’ai accepté de partager mon travail car je le produis pour la défense et la promotion du patrimoine régional, comme je l’ai fait pour d’autres communes et avec d’autres acteurs de la vie publique. Personne ne s’est jamais permis de me demander si j’étais de droite, de gauche, du centre, plantagenêt, capétien, armagnac ou bourguignon avant de faire appel à mes services.
Je sais que mes recherches ne sont pas du goût de certains saint-amandois qui se complaisent dans la récitation d’une histoire figée depuis le Second Empire et qui se sentent agressés par les nouvelles pistes de réflexion que j’explore pour ma thèse, comme si l’histoire du XIe ou du XIIIe siècle pouvait représenter un enjeu autre que culturel. Ces gens ne communiquent pas avec moi, ne viennent pas à mes conférences, maintiennent des informations complètement périmées sur leurs sites internet. Je ne les plains pas, ne les critique pas, n’attend d’eux ni reconnaissance, ni ruban, ni médaille mais qu’ils sachent au moins une chose: s’ils voient dans mes couleurs celles de leurs adversaires et non celles des sous-bois, des sables de la rivière, de la terre des champs et des nuages de cette région, c’est que leur vue est bien basse ou leur champ de vision bien étroit.
Merci en tous cas à mes lecteurs, auditeurs, interlocuteurs, correspondants pour leur confiance et leur fidélité, et à bientôt pour d’autres regards sur passé.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 18:50

antenne-carmes-1

Cela remonte à quelques décennies. Un de nos instituteurs, éduqué à la vieille école, frappait notre imagination de gamins de primaire en nous racontant le Moyen-âge en s’appuyant sur des images fortes, comme celle de ces guets nocturnes, armés de hallebardes et de flambeaux, clamant leur rassurante vigie dans les rues désertées de nos villes de naguère:
“Il est minuit, braves gens, dormez en paix...”
Les temps ont bien changé. Pour traquer le voleur et l’assassin, notre société moderne s’est équipée de caméras de vidéo surveillance. Leur œil noirâtre scrute sans relâche nos moindres déplacements.
Saint-Amand-Montrond, centre de la France et cité -auto proclamée- de l’Or est, sans conteste, une ville du XXIe siècle qui entend bien vivre avec son temps. Après un meurtre particulièrement ignoble et quelques attaques de bijouteries, elle a décidé de se doter d’un réseau imperméable de caméras censées rendre à la cité sa quiétude légendaire.
L’auteur de ces lignes préfère taire les sentiments que lui inspirent ces cyclopes globuleux juchés aux quatre coins de l’agglomération dans laquelle il n’habite pas, mais qu’il fréquente quotidiennement et est prêt à admettre qu’aux abords des collèges et lycées, lieux de vie d’une population jeune et fragile, le concept sécuritaire peut avoir un sens. Mais comment ne pas fustiger l’ inadmissible éclosion de paraboles sur les monuments historiques du cœur historique de la ville de Saint-Amand?
Cette ville possède deux édifices religieux médiévaux classés Monuments Historiques.
Son église paroissiale, datée du XIIe siècle, vient de voir son clocher crevé par une des antennes de transmission des images de vidéo surveillance. Remarquons que les toitures ont été rénovées il y a un an par une entreprise de couverture agréée par les M.H. pour éviter les fautes de goût.

antenne-eglise
Mais c’est sans aucun doute l’ancien couvent des Carmes, daté du XVe, qui a le plus souffert, même si tout est réversible, de l’offensive électronique contre l’insécurité urbaine. L’élégant clocheton de pierre qui domine l’édifice est défiguré par des paraboles de retransmission qui lui donnent depuis quelques semaines un aspect de mirador nord-coréen.

antennes-carmes2
Le rédacteur de ce blog s’étonne de l’apparente anarchie dont témoigne la prolifération de ces antennes. Comment les Monuments Historiques, pourtant d’une rigueur intraitable pour les simples particuliers dans la gestion du Plan d’Occupation des Sols, ont pu accepter de laisser balafrer un patrimoine historique tel que l’église romane et le couvent des Carmes? Quelle impression ces équipements anachroniques vont-ils laisser aux visiteurs profitant de la saison touristique ou de leur étape sur le chemin de Compostelle pour visiter le vieux quartier de Saint-Amand-Montrond?
J’ignore si ces lignes aideront à faire prendre conscience aux décideurs locaux qu’une solution alternative doit être trouvée sans délai, mais il est clair que le patrimoine historique de la ville mérite beaucoup mieux que ces ornements disgracieux.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 07:57

anniversaire-blog

Un récent article de la rue l’Histoire rappelait le désintérêt des hommes des temps médiévaux pour les dates anniversaires de naissance, qui leurs préféraient le souvenir du jour du trépas des individus.
Assumons donc notre modernité en évoquant les deux ans d’âge de ce blog et en dressant un rapide bilan de son fonctionnement.
Berry médiéval compte aujourd’hui des lecteurs, dont certains réguliers, sous toutes les latitudes et sur tous les continents. Outre l’ensemble de l’Europe jusqu’à la Russie (on me pardonnera mon incorrigible géocentrisme), le compteur de visites consultable au jour le jour sur le petit planisphère à droite de cette page montre que son contenu est affiché sur des écrans dans les départements et territoires d’Outre-mer, en Amérique du Nord avec une pensée particulière pour nos amis du Québec, en Amérique latine avec une fréquentation plus qu’anecdotique au sud de l’Equateur. Les pays du Golfe de Guinée et du Maghreb comptent des lecteurs fidèles, de même que ce monde asiatique qui fascinait tant les occidentaux d’avant la Renaissance, Chine, Japon, Vietnam, enregistre aussi quelques connexions régulières. 15 personnes se sont inscrites à la “newletter” et sont informées directement de la publication de chaque nouvelle contribution.
Au 23 juin 2010, ce blog a été ouvert plus de 23000 fois pour 63000 lectures d’articles.
285 commentaires, dont certains tout à fait passionnants et l’écrasante majorité très sympathiques, complètent le contenu des billets. Les lecteurs parviennent jusqu’ici en grande partie par le biais des moteurs de recherches mais aussi par des liens que certains d’entre vous m’ont fait l’amitié de bien vouloir inscrire sur leurs propres espaces internautes. Les recherches sont en général très ciblées -le château de Bois-Sir-Amé est le lieu qui mobilise le plus les érudits-, parfois déconcertantes -à quel ordre appartient l’abbaye cistercienne de Noirlac?, version “Berry médiéval” de la fameuse question sur la couleur du cheval blanc d’Henri IV- et quelquefois féroces -tel ce  ”Olivier Trotignon travestit l’histoire” qui m’a beaucoup amusé.
Merci donc à vous tous, amis, collègues, lectrices et lecteurs de tous les horizons pour votre soutien si fidèle. Un merci tout particulier à mon presque voisin du Haut-Berry, Sirius, dont le blog dédié au village de Veaugues est accessible en première place dans la rubrique “liens” à droite de cette page, pour la densité et la qualité de sa participation aux commentaires.
Je noublie pas l’aide précieuse des journalistes régionaux de la presse quotidienne, hebdomadaire et radiophonique à la promotion de ce site.
Berry médiéval poursuit sa route en compagnie de son blog associé “le livre de Meslon”, dont le lectorat est légèrement différent et est toujours accompagné par la cohorte d’ânes de mon troisième blog “Ânes Grand Noir du Berry”. Quelles que soient les thématiques abordées, votre visite est toujours fortement appréciée!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.