Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

pelerin-ensemble

 

Texte diffusé à l'occasion d'une journée de formation des professeurs des écoles, organisée par l'Inspection académique du Cher et le musée saint-Vic de Saint-Amand-Montrond. Mercredi 8 décembre 2010

 

Daté de la fin du XVe siècle, ce gisant provient de la chapelle du couvent des Carmes de Saint-Amand. Taillé dans un calcaire local au grain très fin, ce monument funéraire a été partiellement dégradé à la Révolution. L’effigie du défunt a été peu altérée par ce saccage et demeure une excellente source d’informations sur la société urbaine locale du début de la Renaissance.

Le contexte économique

Si aucune étude détaillée sur l’économie locale à la fin du Moyen-âge n’est disponible, nous savons, par l’intermédiaire des archives régionales (Berry et Nivernais) et des observations monumentales et archéologiques, que Saint-Amand est sorti en cette fin de XVe siècle du marasme consécutif aux troubles climatiques, sanitaires et militaires de la Guerre de 100 ans. Les comtes de Nevers agrandissent et embellissent la forteresse locale, Montrond. Les routes voient circuler à nouveau des marchandises. Des trésors monétaires contemporains sont découverts lors de travaux. Une nouvelle abbaye, de l’Ordre des Carmes, est fondée au cœur du tissu urbain.

Pierre Pèlerin

On connaît peu cet homme. Nul ne sait où se trouvait son hôtel particulier, ni le commerce auquel il se livrait. Pourtant, la sculpture qui le représente sur sa pierre tombale livre plusieurs pistes permettant de mieux cerner sa personnalité.

Les attributs du pèlerin.
Pierre est figuré en tenue de pèlerinage, long manteau et chemise, bourdon et besace portant ses armoiries, trois coquilles saint Jacques percées de dagues. Si les références au pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle sont explicites, nul ne peut affirmer, même si c’est probable, que le marchand saint-amandois s’est rendu en Espagne. L’héraldique choisit beaucoup d’images évoquant le patronyme, et les coquilles sur l’écusson peuvent seulement illustrer le nom de “Pèlerin”. Le costume peut aussi représenter une recherche d’humilité devant la Mort.

Le manteau de fourrure.
Très soigneusement exécuté par le sculpteur, le revers du manteau de Pierre Pèlerin est en fourrure. Il est possible d’y voir une allusion à la profession du défunt. Le commerce de la fourrure enrichit toute une classe marchande de l’époque. Elle est à l’origine de la fortune de la famille Cœur, à Bourges. La présence épisodique de la cour des comtes de Nevers au château de Montrond à l’époque de Pierre Pèlerin a sans doute drainé vers le Saint-Amandois des liquidités importantes, qui peuvent avoir suffi à enrichir l’économie locale.

Les symboles de noblesse
Pierre Pèlerin revendique par son gisant son appartenance à la noblesse, par mariage ou par achat d’une terre donnant droit à des quartiers de noblesse. Si ses armoiries sont un indice et non une preuve - des artisans et même des paysans aisés se font dessiner leurs propres armes -, Pierre a les deux pieds posés sur des chiens, ce qui est un symbole emprunté à l’aristocratie féodale. On observe que les révolutionnaires, connaisseurs des anciens codes, s’en sont plus pris aux chiens qu’aux anges qui encadrent le buste du défunt.
Dans un contexte identique, Jacques Cœur, marchand de Bourges, dont les armes portent une coquille, comme celles de Pierre Pèlerin, achète une seigneurie au nord de Bourges pour se faire anoblir.

Un homme  de son temps

La lecture du gisant du musée Saint Vic nous éclaire sur une société à cheval entre deux mondes, celui d’une Renaissance qui s’implante et d’un Moyen-âge qui marque encore les esprits.
Pierre Pèlerin est un homme des temps modernes, riche, vivant dans une ville dont le décolage économique favorise une bourgeoisie d’affaires qui marque sa réussite en permettant à un ordre religieux de s’implanter dans les murs de la cité et qui s’élève par l’argent dans la plus haute couche de la société, imitant les usages de la chevalerie.
Il demeure imprégné de culture médiévale en cherchant le salut de son âme par le don d’une partie de ses biens à un ordre religieux, et en se faisant inhumer dans le sanctuaire même.

Olivier Trotignon - novembre 2010

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.