Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 09:42

Hongrois

 

 

La période carolingienne a laissé peu de traces narratives dans la région. Néanmoins, comme tous leurs frères en Occident, les moines berrichons se sont attachés à conserver la mémoire d’ événements exceptionnels qui ont bouleversé les esprits de leur temps. C’est ainsi que la Chronique de Déols note, pour l’année 935, le décès d’Ebbe, seigneur de Déols, tué en combattant les Hongrois.
Pour un moine berrichon, un tel événement avait une incidence plurielle dans son rapport au monde. Ces envahisseurs, qu’il n’avait sans doute jamais vu, représentaient une perturbation temporelle et spirituelle majeure.
Ces envahisseurs avaient tué le protecteur de son monastère, et probablement occis ou blessé d’autres laïcs importants de la région. Les domaines extérieurs d’où sa communauté tirait une partie de ses bénéfices avaient pu être atteints.
Les Hongrois étaient, comme les Vikings, des païens dont l’incursion menaçaient physiquement les religieux, généralement prêts au martyr si aucun repli n’était permis, et plus encore les reliques protectrices de l’abbaye. On comprend que le passage de ces cavaliers venus des steppes orientales ait trouvé sa place dans la chronique berrichonne.
On sait en fait peu de chose sur ces intrus, ni l’importance de leur troupe, ni l’itinéraire qu’ils ont suivi. Ebbe est mort à Orléans, alors qu’il les forçait à traverser la Loire. On remarque que c’est dans cette même cité que les Huns d’Attila avaient été arrêtés dans leur progression vers la Gaule du sud. Comme tous les cavaliers pillards de l’époque, les Hongrois suivaient les routes. Il est peu probable qu’ils se soient aventurés dans les grands secteurs forestiers du sud de la région.
Guy Devailly, par un recoupement de sources, évalue comme plus probable l’année 937 que la date de 935 pour situer l’événement.
A ma connaissance, mais j’aimerais avoir l’avis de mes correspondants archéologues sur la question, les Hongrois n’ont pas laissé de trace matérielle de leur passage, comme des sépultures ou des objets typiques de leur culture qui auraient pu être récupérés sur des prisonniers ou des cadavres, et réemployés localement.
Quand à la dépouille d’Ebbe de Déols, c’est l’église Saint-Aignan d’Orléans qui accueillit sa sépulture, signe que la bataille qui fut livrée dans les environs fut peut-être aussi salvatrice pour l’Orléanais que pour le Berry.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article

commentaires

JB Luron 24/12/2012 08:30


Je me suis laissé dire que ces "envahisseurs", descendant des huns avaient laissé quelques traces dans notre vocabulaire (les orges) et dans l'anthroponymie (Niogret très présent dans l'est de la
France). Est-ce exact ?

Olivier Trotignon 26/12/2012 11:58



Je ne connais pas assez l'éthymologie pour vous donner un avis. Pour ce qui est des noms de familles, il n'existaient pas sous la forme que nous connaissons au temps des invasions. Si ce nom a
une ascendance hongroise, il faut la chercher plus près de nous, peut être par l'intermédiaire des dictionnaires de langages régionaux, qui peuvent être très instructifs en ce domaine.



sirius 22/12/2012 14:17


Pardonnez-moi mon ignorance, mais sont-ce ces Hongrois qu'on nomme Vandales?

Olivier Trotignon 22/12/2012 18:33



Les Vandales étaient des envahisseurs plus anciens, qui nous ont fait quelques visites à la fin de l'antiquité tardive, mais c'est une époque que je connais mal.



Matthieu Munos 22/12/2012 11:25


Merci à vous pour ce petit rappel qui met en lumière la richesse de l'histoire du Berry et des berrichons. A ma connaissance (qui est loin d'être exhaustive) il n'y a pas de preuves
archéologiques du passage des cavaliers magyars. Mais les batailles médiévales ont plus souvent marqué les esprits et les chroniques que les paysages. Continuez à éclairer le passé berrichon !


Bonnes fêtes.


 


Matthieu

Olivier Trotignon 22/12/2012 18:38



C'est gentil de nous apporter votre expérience, car il n'est pas toujours facile de se tenir au courrant des publications qui concernent la région.


Au plaisir de vous croiser sur le terrain dans l'année à venir,


cordialement,


O. Trotignon



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.