Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 11:25

tresor-Souvigny

trésor de Souvigny

 

Je ne connais aucun collègue, historien ou archéologue, qui n’ait, à un moment ou à  un autre de sa carrière, été confronté à une histoire de trésor. Ayant débuté très tôt dans ma vie cette activité qui me permet aujourd’hui de tenir cette chronique de l’histoire et du patrimoine médiéval en Berry, j’ai eu à plusieurs reprises l’occasion de recueillir un certain nombre de récits, allant du plus fantasmagorique au témoignage avéré de découvertes de caches monétaires.
Les histoires les plus invraisemblables circulaient, dans les années soixante-dix, autour des souterrains de la forteresse de Montrond, à Saint-amand, dans le Cher. Peut-être encouragés par la mode pour l’ésotérisme, les civilisations mystérieuses et autres dimensions fantastiques, les saint-amandois qui venaient visiter notre chantier de fouilles d’alors débordaient d’imagination. Les quelques galeries souterraines que nous exhumions devenaient l’antre de trésors qui eussent fait paraître Toutankhamon pour un brocanteur du dimanche. Tour à tour le Veau d’Or ramené d’Orient par les croisés, un crucifix en or de plusieurs tonnes et une représentation de la Cène, coulée dans le même métal, composée du Christ, de ses douze apôtres et de la table, le tout grandeur nature, étaient autant de promesses de n’être qu’à quelques coups de pioche de la fortune.
On pouvait même alors encore visiter la galerie forée au début du siècle par un ancien carrier saint-amandois dans le massif calcaire soutenant la tour dite de l’Emir en quête d’une de ces fabuleuses œuvres d’art.
Beaucoup plus raisonnable fut ce récit que je recueillis en 1977 pendant que j’étais au collège et qui me fut rapporté par une personne qui me fit alors promettre le silence sur l’inventeur et le lieu exact de la découverte, serment que je respecterai ici en taisant l’identité de l’artisan et des propriétaires qu’il spolia par son indélicatesse. Les faits rapportés me paraissent tout à fait dignes de foi. Ayant beaucoup fréquenté le monde de la maçonnerie et des travaux publics, j’ai entendu parler à plusieurs reprises de petites cachettes retrouvées dans des vieux bâtiments, lors de rénovations ou de démolitions, dont le contenu allait de quelques pièces et vieux billets en passant par des armes de chasse ou de guerre, soustraites à la vigilance des autorités pendant l’Occupation.
Car c’est un artisan maçon qui est au centre de cette histoire. Embauché pour faire le ravalement d’une maison médiévale située dans le centre historique de Saint-Amand, son premier travail consista à marteler les anciens enduits (intérieurs ou extérieurs, je n’ai jamais su) pour mettre les murs à nu. Une des cloisons rendit à un endroit précis un son plus sourd, et le maçon vit qu’une pierre manquait et était remplacée par un bouchon de mortier, ce qui n’a rien d’étonnant dans des vieilles constructions souvent réaménagées au gré des générations. C’est là que la pointe de son outil creva une mince cloison de plâtre, et que des pièces d’argent se mirent à couler de la cavité sur le sol jonché de gravats. Devant le volume des monnaies mises à jour, l’artisan eut l’idée toute simple de vider sa caisse à outils de son contenu, d’y cacher le trésor, et de le ramener chez lui à la pause de midi. Travaillant sans ouvriers, donc sans témoins, et les propriétaires n’ayant aucune méfiance à son égard, il put quitter le chantier sans éveiller le moindre soupçon.
Je n’ai pas vu personnellement ce trésor, gros de quelques centaines de pièces et surtout n’ai aucune idée de ce qu’il est devenu depuis la mort du maçon. La seule certitude, c’est que la personne qui m’a raconté cette anecdote a reconnu, quand je le lui ai montré, le même modèle de monnaies qui composaient un trésor découvert dans le quartier de l’église, dont deux pièces m’avaient été données alors par le regretté R. Soulat, numismate amateur. Le trésor volé pouvait dater du XVe siècle, ce qui correspond à d’autres trouvailles locales.
Un fait curieux vint, quelques années plus tard, réveiller ce vieux souvenir. Croisant le propriétaire de la maison au trésor, celui ci, avec une pédanterie tout à fait désagréable pour le simple étudiant que j’étais alors, se mit à expliquer son métier au “petit historien” qu’il estimait avoir face à lui, et entreprit de me démontrer que ses connaissances sur l’histoire de Saint-Amand-Montrond dépassaient de très loin la médiocrité de son savoir. J’ai savouré intérieurement ma revanche lorsqu’il m’affirma qu’une légende rapportait qu’un trésor se trouvait quelque part caché dans les murs de sa maison. Que pouvais-je faire d’autre que de l’encourager à poursuivre ses recherches?
Cette histoire a au moins le mérite de confirmer, comme nous l’avions déjà remarqué pour d’autres caches monétaires, comme celle étudiée par R. Soulat, que Saint-amand a connu, à la fin de la Guerre de cent ans, un épisode de thésaurisation spontanée qui indique soit une menace extérieure contre la cité, qui a poussé les bourgeois à cacher leurs valeurs, soit un épisode de dévaluation de la monnaie qui a incité les commerçants de la ville à mettre à l’abri du fisc des réserves d’argent fortement titré. Il est curieux que les sommes ainsi protégées n’aient jamais été récupérées par leurs propriétaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans économie
commenter cet article

commentaires

fragments de rue 18/06/2010 13:15



Les trésors et les souterrains ont toujours alimenté l'imaginaire. Votre histoire de trésor est bien plaisante!



sirius 18/06/2010 08:04



Beaucoup de gens pensent que la seule motivation possible des passionnés d'histoire et d'archéologie est la découverte d'un trésor. "Pourquoi bon fouiller s'il n'y a rien à gagner?"


 


Il y a longtemps que ce genre de fantasme mercantile ne me fait plus rêver, tout comme les souterrains qui vont de Bourges à Sancerre où à Rome...


 


Ceci dit, la découverte effective d'un trésor (car il y en a) doit être un sacré moment d'exaltation, ne serait-ce que d'imaginer pourquoi ces pièces ont été cachées là, par qui, comment elles
avaient été gagnées, et à quoi elles étaient destinées...



Bernard Navaron 17/06/2010 13:39



Et le trésor de Randan ...le connaissez vous ? ah quelle jubilation de lire toutes ses merveilleuses histoires !



Olivier Trotignon 17/06/2010 19:58



Là, vous me posez une colle??? En tous cas, merci pour votre visite et à bientôt!



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.