Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 18:45

sain-Vit
La période des Fêtes m’a semblé propice à l’évocation de certains cultes ruraux pratiqués dans les campagnes du Berry jusqu’à des périodes très récentes, et dont les racines semblent plonger jusqu’à un substrat initial antérieur à la christianisation.

Comme partout, l’Église a proposé à l’adoration des foules de reliques qui assuraient une médiation entre l’espace terrestre et la sphère divine. Beaucoup de ces reliques étaient réputées avoir été des objets ou des pièces osseuses ayant appartenu à des saints parfaitement identifiés jusque dans les récents bréviaires. Le pouvoir de ces reliques était censé s’étendre à plusieurs domaines de la vie quotidienne, de la protection des récoltes et des biens à celle des individus. L’univers spirituel des berrichons laissait aussi une large place à des personnalités plus ambiguës, dont la genèse échappait le plus souvent à la mémoire écrite, et qui frappent par leurs similitudes avec des divinités antiques antérieures à l’empereur Constantin.

Parmi ces saints invoqués dans les campagnes les plus isolées du sud de la région se distingue saint Vit, qui agissait dans le domaine spécifique de la virilité. Gens simples et surtout pratiques, les berrichons attribuaient à certains saints des vertus homonymes de leur nom. Ainsi saint Lactensin était-il prié pour aider les jeunes mères à allaiter leurs nouveau-nés, saint Genou pour des problèmes articulaires de la jambe et saint Aignan pour combattre la teigne, grâce à la liaison. Saint Vit, comme son nom l’indique, était réputé rendre quelques services aux hommes qui avaient, comme le dit cette jolie formule médiévale, l”aiguillette nouée”. Pudiquement confondu avec saint Guy, actif pour des symptômes d’agitation et de fébrilité, saint Vit se décline en saint Vic (nom porté par la grange de l’abbaye de Noirlac située près de l’ancienne ville de Saint-Amand-Montrond, et en saint Vitte, éponyme d’une paroisse proche d’Epineuil, autrefois nommée Fleuriel, d’où le toponyme d’”Epineuil-le (près de)-Fleuriel. Il est permis de supposer qu’une relique du saint était déposée dans l’église de cette petite bourgade rurale et que le prestige de ce micro-pélerinage a effacé l’ancienne appellation du lieu.

Le saint Vit berrichon ressemble étrangement à son homologue bourbonnais, saint Greluchon (prononcer Guerluchon) dont une statue était naguère visible dans l’église de Bourbon-l’Archambault. L’objet de culte, aux dires des folkloristes, était muni d’un vit de bois que les femmes désireuses d’avoir des enfants venaient peler au couteau pour en tirer des copeaux qui, mélangés à des vin, auraient eu la propriété de restaurer leur fécondité.

Ces curiosités pratiquées par nos ancêtres rappellent le culte que les romains vouaient au dieu Priape et permettent de mesurer la distance qui séparait le culte romain des rites religieux en usages dans nos campagnes, et combien était fragile le vernis de la christianisation de la Gaule, associant à des personnages bibliques tout un panthéon de petites divinités d’origine antique dans un métissage spirituel d’une richesse dont on ne soupçonne qu’une faible part aujourd’hui.


Saint Greluchon est aujourd’hui détenu par un collectionneur anonyme, ayant été dérobé dans sa niche et il n’ existe à ma connaissance aucune icône de saint Vit aussi ai-je été chercher dans l’église Lorris, à l’est d’Orléans, l’illustration de cet article.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article

commentaires

cassiel 06/01/2010 16:16


Bonjours a tous, je découvre ce site savoureux avec plaisir ,merci mr Trotignon ,outre le coté humour de la sculpture de st Vit? yat il une explication quant a ça posture originale!!et a la cagoule
avec des oreilles d ânes ou de boeuf ?
En bretagne il y a encore quelques rochers bien lustrez par  les fonds de culottes de dames, désireuses d avoir de la descendance ,quant a chez mois en normandie il existe encore des petites
chapelles, avec des vierges en plâtre ou en bois consacrées a la fertilité, elles sont couvertes de centaines d aiguilles rouillées ,hélas la majorité de c'est chapelles sont fermées a cause des
vols ..


Olivier Trotignon 06/01/2010 20:04



Bonsoir,
la sculpture n'est qu'une illustration du sujet, et pas une représentation de saint Vit.
Je vous remercie beaucoup pour votre témoignage, qui m'a fait prendre conscience d'une situation que je n'avait jamais vue sous cet angle. Il existe près de chez moi une ancienne fontaine dans
laquelle les femmes venaient jeter des épingles pour "trouver un mari", selon la légende. Il s'agit peut-être d'un rite de fécondité déguisé derrière un paravent matrimonial. Votre contribution
est vraiment la bienvenue.
N'hésitez pas à intervenir quand vous le souhaitez,
meilleurs sentiments,
O. Trotignon 



Jean-Maxime MIALOT 05/01/2010 18:41


J'avais le souvenir d'un écrit de George Sand sur le Saint Guerluchon de Gargilesse :  il s'agit de" Promenades autour d'un village". 
Je l'ai retrouvé grace à un article de la revue Berry de Gérard Coulon ( n° 14 été 1990) article de Michel Maupois "Sur les pas de George Sand : l'église de Gargilesse " il y est  reproduit le
passage sur le saint et il est illustré  entre autre d'un croquis ancien du gisant.


Olivier Trotignon 06/01/2010 19:52


Saint Guerluchon semble avoir plus inspiré les auteurs que son synonyme saint Vit. Peut-être le patronyme était-il moins évocateur des turpitudes terrestres qu'un Guerluchon au vocable plus
pittoresque mais moins impliquant?
Merci de vos contributions, et au plaisir de faire votre connaissance,
bonne soirée,
O. Trotignon 


jean-maxime mialot 03/01/2010 09:35


Un labsus calami m'a fait écrire gueurlichon il s'agit de gueurluchon (tel que je l'ai entendu dire ) Lapaire écrit Greluchon, la statue de Guillaume de Naillac est  bien sûr un gisant .


Olivier Trotignon 03/01/2010 09:45


Je fais la correction de suite.


jean-maxime mialot 02/01/2010 18:58


Je vous souhaite ainsi qu'à vos lecteurs une heureuse année 2010.
Je connais un autre St Gueurlichon qui se trouve  dans la crypte de l'église de Gargillesse dans l'Indre : le tombeau de Guillaume de Naillac décédé en 1266.
Il est représenté en armure et a fait l'objet d'un culte dont le poli d'un endroit précis ne laisse aucun doute sur la nature , la fréquence et qui sait la survivance du
rite.
En 1908 Hugues Lapaire dans " le Pays Berrichon " rapporte que le curé avait , en vain , mis cet écriteau "Il n'y a pas , il n'y a jamais eu dans l'église N-D de Gargilesse
de statue ni de pèlerinage d'un saint au nom grotesque . Le tombeau que l'on remarque est celui de Guillaume de Naillac". 


Abellion 01/01/2010 10:31


Un article fort intéressant, qui me rappelle le fameux "Saint Foutin" (ou Foutain), assimilé à saint Pothin, doté lui aussi d'attributs priapiques conséquents. Dans les Pyrénées et le
Languedoc, ce sont les statues de Saint-Pierre et les clés de chapelles qui jouent aussi le rôle d'amulette priapiques, sans doute parce que leur forme est -très approximativement- phallique.
Je profite de ce passage pour vous souhaiter une excellente année 2010.


Olivier Trotignon 01/01/2010 17:28


Meilleurs vœux à vous et à vos proches, et que cette année soit prospère en belles observations!
Le saint que vous citez est inconnu dans les régions du Centre. Le cas des clés de saint Pierre est tout à fait symptomatique des compromis entre les cultes populaires et le dogme romain.
Bien, à vous,
O. T. 


Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.