Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 10:39

prostituée

 

Mes récentes recherches sur la maison close de Saint-Amand et la conférence qui les a conclues m'ont amené à m'interroger sur le phénomène de la prostitution en Berry à l'époque médiévale. Les lignes qui suivent n'ont pas la prétention de faire la somme des connaissances sur la question, juste de présenter quelques exemples qui échappent à l'anonymat documentaire.
Autant la pression réglementaire de la Troisième république avait codifié à l'extrême le commerce de la chair féminine, autant la prostitution médiévale semble générée par la mauvaise fortune des unes et des autres, selon les circonstances. Des filles sont livrées aux clients par leurs pères, des femmes par leurs conjoints, la misère, le passage d'hommes de troupe suscitent des vocations forcées. Les quelques exemples trouvés permettent tout de même d'ébaucher quelques grandes lignes directrices.
Je n'ai à ce jour trouvé aucune mention de maison de débauche organisée dans la région, ce qui ne signifie nullement qu'il n'en existait pas, juste que je n'ai pas ouvert les sources adéquates. De même ne semble t-il pas avoir eu en Berry d'hôpital des filles-Dieu, comme à Auxerre, établissement cité sur le testament de Renaud de Montfaucon et Charenton. Le métier s'exerçait sur les champs de foire, sur le bord des chemins, dans des auberges, dans les étuves des villes importantes, à domicile voire dans des églises, comme nous le verrons plus bas. Si elle n'est pas entendue comme une activité criminelle, la prostitution est criminogène, ce qui permet d'en identifier des occurrences dans des chroniques ou des actes judiciaires.
Les clients se reconnaissent dans trois catégories principales: manœuvriers et charretiers, hommes de guerre et ecclésiastiques.
Plusieurs cas de crimes commis sur les bords de route sont connus.
Jean  Coquerant, charretier, avec la complicité d'un ami, tue à Clémont, à la fête saint Hippolyte, un homme qui voulait l'empêcher d'enlever une prostituée qui tenait compagnie à un autre charretier. A la même époque, une rixe éclate chez Jean Guiot, tavernier à La Borne, au sujet d'une "femme de chemin". Durant, valet charretier, y perd la vie (avant 1486).
Les soudards, nombreux à la fin du Moyen-âge sont fréquemment impliqués dans les affaires criminelles concernant la fréquentation de filles de joie. Dès la fin du XIIe siècle, la bande des Brabançons, défaite vers Dun-sur-Auron, traînait dans son sillage des filles à soldats, vêtues de pièces de vêtements arrachées sur des ornements sacerdotaux. Avant 1443, Janac Carret, homme de guerre, en compagnie d'un complice, force de nuit la porte d'un habitant de Saint-Saturnin, dans le sud du Cher, pour lui reprendre une prostituée. Vers 1454, Gounin Le Bouc, homme d'arme du roi, est tué par deux valets de Menétréol-sous-Sancerre, pour avoir refusé de leur céder la prostituée qui était avec lui. Quelques années plus tard, le dit Gros Guillaume, archer de la compagnie du comte de Dammartin, tue un archer d'une autre compagnie, logé comme lui à Massay, dans une dispute à cause d'une femme de mauvaise vie. La vie d'errance, une solde permettant d'avoir sur soi de quoi s'offrir du bon temps, l'exercice des armes et de la violence favorisent les relations entre femmes vénales et hommes d'armes.
Moins conventionnels sont les rapports qu'entretiennent certains prêtres avec la sexualité en général et l'amour vénal en particulier. Le désordre spirituel qui règne dans certaines églises au début de la Renaissance franchit des seuils surprenants, même si des affaires plus anciennes sont connues, comme celle de cette proxénète bannie du Berry pour avoir tentée de livrer une fille à un chanoine, avant 1358. Juste un siècle plus tard, à Crevant, dans l'Indre, éclate une curieuse affaire. Sans doute lassé par l'immoralité de deux clercs de sa seigneurie, un écuyer, Jean de La Lande, organise l'assaut de la maison de deux prêtres de mauvaise vie et incorrigibles entretenant des prostituées chez eux. A Mehun-sur-Yèvre, c'est Thomas du Fo, dit Grosseteste, qui tue un prêtre en s'introduisant, de nuit et par ruse, chez lui, pour y enlever une prostituée (avant 1486). Plus circonstancié encore est le cas de Jean Melin, dit Le Pape, jeune fauconnier au service du seigneur de Bommiers, qui tue un cordonnier, frère d'un barbier d'Issoudun, qui refusait de lui laisser prendre la prostituée qu'il avait amenée à Issoudun pour un chanoine (avant 1490). A Bricy, un prêtre et sa concubine font "bourdeau", autrement dit bordel, dans l'église elle-même.
De simples clients à proxénètes, des hommes d'église dessinent de leur sacerdoce une image qui viendra, avec d'autres, ouvrir grandes les portes de la Réforme.
D'autres cas, plus banals, comme celui de ce meurtre au cours d'une dispute concernant une fille de joie à Sury-en-Vaux vers 1485 soulignent l'existence d'un commerce de la chair dans des bourgs ruraux éloignés des centres urbains dans lesquels la prostitution, peut-être mieux encadrée par les souteneurs qui en vivent, fait, au demeurant, un peu moins parler d'elle dans les archives judiciaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans vie quotidienne
commenter cet article

commentaires

dominique laurent 04/11/2013 12:09


Voilà un beau sujet d'actualité  !!!!


Nouvelle présidente de la société bourbonnaise des Etudes Locales, je cherche des conférenciers - et des auteurs pour notre revue sur des sujets novateurs comme celui-ci. Une partie du
département du Cher était du fief des ducs de Bourbonnais, notamment Saint-Amand Montrond si je ne m'abuse ? 

Nausea 02/09/2013 16:32


Félicitations pour ce travail. Il est agréable à lire et riche en informations, un régal pour le médiéviste que je suis ! Merci beaucoup et bonne continuation.


Nausea

Olivier Trotignon 04/09/2013 06:37



Merci pour votre appréciation!


Au plaisir,


O.T.



sirius 21/08/2013 12:49


Votre façon de raconter ces histoires nous ferait presque préférer cette époque à la nôtre, quand certains en arrivent à disposer des obstacles sur les voies ferrées pour dépouiller ensuite les
victimes de l'accident qu'ils ont causé...


Au fait, La Rue Joyeuse, à Bourges, tient-elle bien son nom de l'existence de "commerces de la chair féminine" au Moyen-Age?

Olivier Trotignon 29/08/2013 18:29



Là, vous me posez une colle. Les maisons bordelières étaient souvent près des églises, pour que les clients puissent aller à confesse, après avoir été à la ... enfin, bref. Pour Bourges, je ne
sais pas.



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.