Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 08:07

scellés-judiciaires

 

Voici un vieux dossier qu’il me tardait d’ouvrir, sans intérêt immédiat pour le Moyen-âge régional, mais riche en enseignements sur l’”Histoire parallèle”, celle qui se fait aux frontières, souvent dépassées, de la légalité, et qui nous échappe le plus souvent.
Depuis une quinzaine d’années dormaient dans les réserves du musée de Saint-Amand-Montrond des mystérieux sachets d’objets métalliques en vrac, scellés du cachet de cire de la Gendarmerie nationale. Par transparence, on reconnaissait par centaines des monnaies de toutes époques, des bijoux, des ferrailles de toutes sortes, inventoriés mais non identifiés. Leur tour étant venu de rentrer dans les bases de données des collections publiques, leur étude est l’occasion de revenir sur une vieille affaire de prospection clandestine dont les conséquences ont été assez exemplaires.
En 1997, la brigade de Gendarmerie de Saint-Amand a interpellé deux individus en flagrant délit de fouilles clandestines dans les cultures autour du prieuré d’Allichamps, près de Bruère, dans le Cher. Curieuse idée qu’avaient eu ces deux prospecteurs: le site, archi-pillé depuis les années 70, en particulier par une bande organisée presque de façon militaire, est visible de partout et surveillé. Les gendarmes n’ont d’ailleurs trouvé sur eux que des rebuts de métal. Les détecteurs ont été confisqués, et l’affaire (dont je ne connais pas les détails) s’est compliquée d’une perquisition au domicile des contrevenants. C’est là qu’ont été saisis toutes sortes d’objets archéologiques, supposés issus de fouilles clandestines. Le tout a été promptement emballé, mis sous scellés judiciaires et remis au musée le plus proche.
Tout dernièrement, le Procureur de la République a autorisé le bris des scellés -simple formalité mais qui a permis enfin de pouvoir étaler les objets à la lumière et de commencer leur identification et leur classement. Un premier examen confirmerait une des conclusion de l’enquête: ces prospecteurs ne travaillaient pas pour le plaisir de la collection, mais dans l’objectif d’arrondir leurs fins de mois. Sur les dizaines de monnaies romaines examinées, aucune n’a de valeur marchande et beaucoup sont de simples rondelles illisibles. Les monnaies médiévales et post médiévales sont moins nombreuses, mais beaucoup plus lisibles et souvent dans un état de restauration remarquable - les clandestins avaient une méthode de nettoyage des pièces d’argent que j’aimerais bien connaître - similaire à ce qu’on trouve sur les sites spécialisés en numismatique. Aucune fibule n’est intacte. De là à penser que les auteurs avaient vendus les plus beaux objets antiques et s’apprêtaient à se séparer des pièces médiévales, il n’y a qu’un pas.
Que vont devenir ces objets? Leur valeur scientifique est, pour l’heure, quasi nulle. Sortis de leur contexte archéologique, leur étude ne présente pas beaucoup d’intérêt. Ils vont donc être identifiés, dans les limites de leur lisibilité, inventoriés, puis intégrés aux collections publiques. Peut-être serviront-ils un jour à compléter des études sur l’origine des métaux employés pour les ateliers monétaires médiévaux, ou autre? Ils vont au moins permettre au médiéviste que je suis de se faire plaisir en parcourant des catalogues pour leur trouver une identité, occasion assez rare pour un historien non archéologue qui travaille presque toujours sur archives de manipuler autre chose que du parchemin.

Merci au lieutenant Desfougères, de la Gendarmerie nationale, ancien commandant du PSIG de Saint-Amand-Montrond, dont les souvenirs et les conseils ont été précieux pour nous aider à donner la place la plus juste dans les semaines à venir au mobilier à inventorier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article

commentaires

Olivier 15/04/2012 09:43


Aussi déplorable que puisse être la fouille sauvage, je pense que ce mobilier va rejoindre les réserves, inaccéssible au public, comme des milliers d'autres pièces.


Un musée c'est comme un iceberg, 10% est vivible au grand maximum.


 


Récément j'ai visité le musée de Berry à Bouges. Je voulais voir plus spécialement deux statues du XIIe, en photo sur leur site. Pas de statue. Après renseignements, un personnel de l'accueil,
fort gentil d'ailleurs, nous a dit qu'elles étaient des les réserves; ...dommage. Il nous a proposé de nous transmettre la photo et la notice par mail, ce qu'il a fait. En cela je l'en remercie
beaucoup.


Au mieux, toutes ces pièces invisible se retrouveront sur la base de donnée Joconde...

Olivier Trotignon 15/04/2012 20:13



C'est un sujet de débat. La médiocrité des moyens mis à disposition de la Culture, et une tendance actuelle bien ancrée à parier sur le ludique et le pédagogique appauvrit l'interface avec le
public. Je reviens d'une visite du musée de Moulins avec le sentiment de n'avoir presque rien vu.


Les réserves sont bien de vastes tombeaux que n'ose profaner qu'une minorité de chercheurs.



Sirius 15/04/2012 09:33


Je me suis toujours méfié de ces checheurs de trésors, dont la seule motivation est la cupidité. Il est effectivement bien regrettable que ces pièces, dont le lieu de récolte est perdu à jamais,
aient ainsi perdu toute valeur historique!

Olivier Trotignon 15/04/2012 20:18



J'ai eu l'honneur d'avoir la visite d'un d'entre eux chez moi, il y a quelques années. Le pauvre type s'est présenté comme historien et archéologue. Mauvais choix stratégique....



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.