Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 14:55

tombeau

Il est une dimension ancienne de l’abbaye de Noirlac que l’on peine aujourd’hui à apprécier: la vocation funéraire de son abbatiale. Désormais dépouillée de toutes les tombes qui en mobilisaient une partie de l’espace, la nef abbatiale se présente à la vue du visiteur ainsi qu’elle fut pendant le peu d’années qui suivirent la fin du chantier initial.

Rapidement, et malgré tous les savants discours faisant l’éloge du dépouillement de son ornementation, des gisants et plates-tombes firent leur apparition sous les voûtes de l’édifice. Depuis l’abandon de sa vocation monastique à la Révolution, tous les monuments funéraires que contenait l’église ont été retirés et c’est grâce aux observations d’un savant latiniste, dom Estiennot, visitant l’abbaye au XVIII° siècle et notant toutes les inscriptions funéraires qui y étaient alors lisibles, que leurs traces historiques n’ont pas été perdues.

Les plus anciennes tombes se trouvaient près de l’entrée du monument et contenaient, ce qui est normal, les dépouilles du fondateur de l’abbaye et de son épouse. Ornée d’une effigie? du défunt (gisant en haut-relief ou simple gravure sur dalle), la sépulture d’Ebbe, seigneur de Charenton, était proche de celle de sa femme Agnes, elle aussi figurée sur la pierre tombale.

Proche du couple seigneurial se trouvait le corps de leur petit-fils Ebe le jeune (Ebo junior) fils d’Ebe de Charenton sous une pierre le représentant sous les traits d’un adolescent. Ce garçon, héritier désigné du fief de Charenton, s’était noyé alors que son père était aux Croisades où il mourut, ce qui explique l’absence de sa tombe aux cotés de celles de ses parents et de son fils. 

Sa fille, Mathilde de Charenton, dame de Charenton, reposait aussi parmi les siens. Décédée vers 1250 après avoir été mariée à Renaud de Montfaucon, il semble qu’elle ait fait le choix d’être inhumée près de ses parents mais loin de son mari alors que le fils aîné du couple, le noble homme Renaud de Montfaucon le jeune, dont la pierre tombale portait encore des restes d’armoiries, reposait avec les Charenton. Très liée à l’abbaye de Fontmorigny, les Montfaucon l’avaient choisi comme nécropole seigneuriale, comme l’indique bien le testament du seigneur Renaud, époux de Mathilde, qui demande à y être enterré. On ne sait rien des sépultures des autres enfants du couple, morts en bas-âge, dont au moins un avait été baptisé.

A ce groupe de cinq tombes contenant les restes de la famille fondatrices peuvent être ajoutées huit sépultures chevaleresques datées entre 1300 et 1461 plus un cénotaphe contenant le cœur d’une bienfaitrice de l’abbaye. On pouvait y lire les noms de plusieurs seigneurs de Bigny ainsi que du château du Vernet, dont nous cherchons toujours la trace quelque part aux États-Unis. Ces tombeaux étaient ornés de gisants ou de simples dalles ornées de diverses figures et blasons.

Si les moines avaient leur propre cimetière au nord de l’abbatiale, une douzaine d’abbés s’étaient fait inhumer dans le sol de l’église, ce qui laisse supposer que les autres avaient soit souhaité de pas être séparés de leurs frères et avaient choisi le cimetière extérieur comme lieu de sépulture, soit reposaient de manière plus humble dans l’abbatiale.

Dom Estiennot note enfin la présence de la dépouille d’un archevêque de Bourges, Henri d’Avaugour, mort le 13 octobre 1446, gisant sous un monument dont il resterait un fragment conservé dans les collections du musée du Berry à Bourges.

Hormis ce vestige, il n’existe plus aucune trace des importants monuments funéraires et des dalles plus sobres que comptait Noirlac à la fin du Moyen-âge. Ceux ci ont probablement été déposés, entiers ou brisés, quelque part aux alentours de l’abbaye. On peut donc espérer qu’un jour, au hasard de travaux, certaines pierres voient à nouveau le jour.

Si d’aventure l’une des personnes lisant cet article avait des informations, même anonymes, sur des traces de sculptures ou d’inscriptions détenues dans des collections privées, je lui serais reconnaissant d’en signaler l’existence.

 

The lost graves of the cistercian abbey, Noirlac

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans art funéraire
commenter cet article

commentaires

Christophe AUFAUVRE 06/07/2011 09:59



Bonjour et merci.


Pour information : Mémoires de la Société des antiquaires du Centre - Série 2 - Tome X - Vol. 40 - 1921 - à
l'adresse : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57493330.r=dom+estiennot.langFR



Olivier Trotignon 26/08/2011 11:38



Merci pour ce lien, et pour votre visite,


cordialement,


O.T.



Christophe AUFAUVRE 28/06/2011 12:54



Bonjour,


La Thaumassière cite dans son Histoire de Berry, la sépulture de Raoul de la Châtre, chevalier, seigneur de la Châtre et de son épouse Ode :


""" .... il est inhumé dans le Cloître de l'Abbaye de Noirlac, & sur leur Tombe se lit encore aujourd'huy cet Epitaphe :


Hic jacent Nobiles Personae Radulphus de Castra Miles Senior, & Domina Oda ejus Uxor ; Animae eorum requiescant in pace. 


Et quoique le tems de leur decez ne soit pas marqué dans cette Inscription, j'apprens d'anciens Memoires tirez du Necrologe de cette Abbaye, qu'ils mourrurent l'an 1171. .... """.


Et concernant un fils de ce dernier, Raoul de la Châtre II du nom :



 


""" .... Raoul S. de la Châtre II. du nom, est enterré dans le Chapitre de l'Abbaye de Noirlac proche le Tombeau de son Pere & de sa Mere, & son Epitaphe nous apprend qu'il mourut
l'an mil deux cens.


Hic jacet Nobilis Radulphus de Castra Junior, qui obiit anno Domini 1200. Anima ejus requiescat in pace. .... """.



Les relevés de Dom Estiennot ont-ils fait l'objet d'une publication ? 


Cordialement



Olivier Trotignon 28/06/2011 13:51



Bonjour et merci pour ces précisions. En cherchant dans la base Gallica, vous devriez trouver un article de la Société des antiquaires du Centre (de mémoire, je n'ai pas de bibliographie sous les
yeux) consacré à ce sujet.


Je l'avais consulté il y a assez longtemps aux A.D. du Cher, et c'est une bonne surprise de le retrouver numérisé.


Bien à vous,


O.T.



sirius 04/04/2010 09:07



Une affaire de spécialistes qui me dépasse un peu, j'avoue humblement...



Luberne Alexis 02/04/2010 07:26



Le développement de mon commentaire serait trop long pour l'indiquer ici, d'autant qu'il appelle à contradiction, notamment pour ce qui concerne la localisation des sépultures. Il serait donc
assez intéressant que nous puissions nous rencontrer (je suis à Bourges), peut-être via un courriel ? Respectueusement



Olivier Trotignon 02/04/2010 14:11


Volontiers. Vous pouvez me joindre par: olivier.trotignon@laposte.net au plaisir, O. Trotignon


Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.