Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 10:17

philippe-1

A la fin du XIe siècle, le Berry, comme d’autres espaces du royaume de France, était plongé dans un état de semi-autonomie. La présence royale, bien que géographiquement proche en Orléanais, ne se manifestait plus autrement que par des raids armés punitifs, destinés à ramener à la raison certains seigneurs belliqueux. Après avoir ferraillé quelque temps dans les campagnes, incendié des châteaux et extorqué la contrition publique de rares féodaux contraints par les armes à la soumission, le souverain repartait sans avoir sensiblement modifié la situation sur le terrain. Même si cette politique “de la canonnière” reste efficiente jusqu’à Philippe Auguste, un de ses ancêtres, Philippe Ier, su saisir plusieurs occasions pour rapprocher le Berry du pouvoir capétien. L’évolution la plus connue est l’acquisition par la royauté, à la fin du XIe, du domaine vicomtal de Bourges et de Dun. Vieil héritage des temps carolingiens, les possessions du dernier vicomte de Bourges, Eudes Arpin, sont difficiles à évaluer avec précision. Guy Devailly admet que la ville de Dun, bientôt désignée sous la dénomination de Dun-le-Roi, faisait partie des propriétés mises en vente par le vicomte Eudes afin d’assurer ses frais de départ en croisade et, probablement, de réinstallation en Terre Sainte. Philippe Ier se saisit de l’occasion et ajouta à son domaine privé un bien de grande valeur spirituelle et stratégique. Siège d’un pouvoir archiépiscopal qui s’étendait, au moins en théorie, jusqu’aux Pyrénées, Bourges était aussi le cœur d’une région dominée par une petite féodalité aux attitudes princières mais totalement désunie, incapable de concurrencer le pouvoir capétien dans son entreprise d’expansion au sud de la vallée de la Loire. A part quelques crises ponctuelles d’essence plus criminelle que féodale, les successeurs de Philippe Ier n’eurent que peu de problèmes avec la chevalerie régionale. Plus symbolique et moins connue est cette réception organisée par le roi Philippe dans son palais parisien à l’occasion de la restitution des biens du prieuré de la Chapelaude à l’abbaye royale de Saint-Denis-en-France, datée de 1068. Convaincu par les arguments de la réforme grégorienne, un chevalier de la haute vallée du Cher, Jean de Saint-Caprais, craignant pour le salut de son âme, décida de rendre à Saint-Denis des terres qu’il possédait qui avaient naguère appartenues aux moines d’Île-de-France. Le très ancien prieuré de la Chapelaude, abandonné à la fin de la période carolingienne, était sur le point de renaître mais il fallait tout d’abord que l’acte de restitution des terres spoliées soit avalisé par la hiérarchie féodale souveraine dans la région de la Chapelaude. Les deux suzerains de Jean de Saint-Caprais, Humbaud d’Huriel et Archambaud de Bourbon, confirmèrent l’acte de leur vassal et entreprirent un long voyage pour Paris afin de remettre solennellement à l’abbé de Saint-Denis la charte scellant le renouveau de son ancien prieuré en Berry du Sud. Les deux chevaliers furent, arrivés sur place, les témoins et acteurs d’une cérémonie somptueuse organisée non pas dans l’abbatiale de Saint-Denis mais dans le palais royal où, en présence de Philippe Ier en personne et sous le regard d’ ”une multitude de personnes nobles, tant évêques, qu’abbés, que comtes” -selon l’avœu même d’Humbaud d’Huriel, visiblement impressionné par la pompe royale déployée pour marquer l’ événement. Cette intervention directe du roi dans les affaires temporelles d’une abbaye, fût-elle royale, montre l’intérêt qu’avait le pouvoir capétien à s’affirmer et à se faire reconnaître d’une chevalerie rurale et lointaine, presque étrangère -la langue d’Oc était couramment en usage en Berry du Sud à cette époque - comme son seul souverain. De symbolique en 1068, l’autorité royale sur le Berry devint effective trois décennies plus tard avec l’achat des terres du vicomte Eudes Arpin.

philippe2

Gisant du roi Philippe Ier - abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire


Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans politique-société civile
commenter cet article

commentaires

Uline 27/05/2010 11:40



savez-vous qu'il existe un petit opuscule de 50 pages sur Philippe 1er, ouvrage publié à l'occasion du millénaire capétien, avec description de ce qu'on trouva dans sa tombe lorsqu'on
l'ouvrit dans les  années 1980,  tombe placée sous le maître-autel actuel de l'abbatiale ? Il y a quelques photos et c'est très émouvant


 



Olivier Trotignon 02/06/2010 18:54



Je ne connais pas cette publication, et je vous remercie d'en signaler l'existence. Peut-être cet opuscule est-il disponible à la boutique monastique de Saint-Benoît, fermée lors de mes deux
visites hivernales?



sirius 13/04/2010 08:52



Je connaissais l'histoire d'Eudes Arpin, qui avait vendu sa vicomté de Bourges au roi afin de financer son départ en croisade en 1099. Une autre date que j'ai en tête, et qui constitue pour moi
un des rares solides repères que j'arrive à retenir, est 1234, quand le Berry fut définitvement rattaché à la Couronne. Les circonstances en sont plus floues, voire totalement incertaines...


Je vois qu'encore une fois, c'est l'inquiétude ressentie pour le salut de son âme par un personnage qui n'avait peut-être pas la conscience tout à fait tranquille, qui a été le moteur de
l'évènement que vous traitez!



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.