Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 10:39

romain-Bourges

 

Il arrive, en visitant une église médiévale, qu’on remarque dans les maçonneries la présence d’éléments de sculpture ou d’architecture rapportés. Le plus fréquemment, ces blocs sculptés sont d’origine gallo-romaine. Un bref inventaire de quelques exemples choisis dans le département du Cher permet de comprendre les motifs qui ont été à l’origine de ces réemplois.

La récupération de matériaux

On l’observe très bien à Bourges. Outre la conservation de certaines sections de l’enceinte gallo-romaine dans les remparts conçus pour défendre la ville, les gens du Moyen-âge ont profité de la présence de ruines antiques pour prélever, peut-être dans l’urgence, des blocs taillés et parfois sculptés pour renforcer la sécurité dans leur cité. La partie du rempart qui est visible de la terrasse du parking souterrain situé sous la mairie de Bourges comprend plusieurs éléments architecturaux prélevés sur des temples ou bâtiments civils datant de l’Antiquité.
Dans l’église de la Celle, proche du grand site d’Allichamps, on retrouve quelques belles pierres portant des fragments d’inscriptions à l’intérieur et l’extérieur de la construction.


L’ornementation d’églises

Quelques églises romanes sont agrémentées de sculptures gallo-romaines. Sur l’église de Venesmes, c’est une stèle funéraire représentant un homme qui est  scellée sur la façade. Une stèle juvénile est visible sur la façade reconstruite du prieuré d’Allichamps, non loin de là.

romain-Venesmes

A Drevant, sur l’église Saint-Julien, c’est un acrotère antique identique à ceux trouvés dans le sanctuaire gallo-romain qui est scellé sur la façade.

romain-drevant

Ces exemples ont plusieurs points communs. Même si c’est presque une évidence, il faut que les églises concernées soient proches d’un site antique. Dans les trois cas, l’archéologie révèle des traces d’occupation importantes, avec présence de cimetières, villae et aires cultuelles. On remarque aussi la pauvreté ornementale des surfaces sur lesquelles sont réemployés ces éléments. Drevant et Venesmes n’ont presque pas de sculptures et la façade d’Allichamps, même si le reste du prieuré est richement orné par des chapiteaux et modillons de grande qualité, est presque nue.
Rien ne permet de dater l’époque de ces  réemplois. Contrairement à ce qu’ont pu prétendre sur le sujet certains passionnés d’ésotérisme, ces statues n’ont certainement rien à voir avec une survivance des cultes païens. Plus simplement, on peut imaginer que les paroissiens ont saisi l’ opportunité d’embellir la façade de leurs sanctuaires paroissiaux à l’occasion de découvertes fortuites de vieilles sculptures, et d’offrir ainsi à leurs églises des ornements que les bâtisseurs romans n’avaient pas eu le loisir d’ajouter lors de leur construction.

La figuration d’un chevalier du XIe siècle

Une très curieuse découverte fut faite en 1974 lors des fouilles de la nécropole médiévale du prieuré de Drevant.
Une stèle de grès, disparue depuis, se trouvait sur la dalle de couvercle d’un sarcophage contenant très probablement les restes d’un des chevaliers fondateurs du prieuré. Cette stèle funéraire taillée dans une roche locale et venant certainement du cimetière antique indigène (dont l’emplacement demeure inconnu) peut être une forme très primitive de représentation du défunt, comme on en trouve plus tard sur les gisants et plates-tombes dont la région a conservé quelques beaux exemplaires. Ce cas est à ma connaissance unique dans la région.

Stèle-Drevant

 

Les acrotères du château de Montrond

Je profite de cet article pour évoquer un souvenir de jeunesse d’une découverte non publiée, mais qui avait fait l’objet d’un article à l’époque dans un journal local. En 1981, déblayant la plate-forme de la tour dite “de l’émir”, à Montrond, et cassant pour l’occasion un vieux banc de pierre datant de l’ancien parc public, nous eûmes la surprise de trouver deux acrotères gallo-romains brisés, en guise de support de la dalle du banc. Identiques à ceux trouvés à Drevant, leur présence en ce lieu n’a jamais été élucidée et a été pratiquement oubliée.

romain-Montrond

Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour expliquer cette curiosité archéologique. La première soulignerait l’existence possible d’un temple gallo-romain sur la butte de Montrond, complètement bouleversée par les travaux médiévaux. Ces acrotères auraient fait partie des ornements de cette construction primitive. La situation privilégiée de la butte de Montrond dans le paysage, la proximité de Drevant, la présence de quelques monnaies isolées et d’un trésor monétaire romain sur place sont des arguments recevables, mais non décisifs.
La seconde, plus admissible car en accord avec les principes esthétiques de la Renaissance, nous conduirait vers la récupération d’éléments de décoration antique ramenés de Drevant, d’Allichamps ou de tout autre site cultuel local non identifié, pour agrémenter la vieille forteresse médiévale. Si la Renaissance a produit en Berry des chefs d’œuvre originaux comme le château de Meillant, il est possible qu’un des propriétaires de Montrond ait fait soustraire à des ruines gallo-romaines des sculptures authentiques pour adapter sa résidence aux canons de l’Art de son époque.
Il est curieux que ces deux acrotères aient été récupérés et retaillés au XIXe siècle pour entamer leur troisième existence de vulgaires pieds de banc public. L’un d’eux est visible dans la salle d’archéologie antique du musée saint Vic de Saint-Amand-Montrond.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article

commentaires

sirius 03/11/2010 07:58



Je connais bien les sous-sols de Bourges, et ai vu ces blocs gallo-romains de réemploi notamment dans une galerie creusée dans les fondations du rempart sous le Palais Jacques-Coeur, ainsi que
sous les caves du presbytère de la Cathédrale. A ce sujet, ces excavations ont paraît-il été pratiquées au Moye-Age pour récupérer à nouveau ces précieux blocs, mais où sont-ils alors partis?



Olivier Trotignon 09/11/2010 11:55



Peut-être ont-ils été retaillés et deviennent impossibles à distinguer dans les constructions?


Quand je travaillais sur le chantier de Montrond, nous avons trouvé des mètres-cubes de déchets de taille. Les gens du coin venaient chercher des pierres, les travaillaient sur place et
repartaient avec les blocs de pierre  de taille du château modifiés selon leurs besoins.



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.