Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 21:38

grosse-tour-gravure

 

Ajoutée au domaine royal par le roi Philippe Ier à la fin du XIe siècle, Bourges devint, un siècle plus tard, à l’initiative du souverain Philippe Auguste, un immense chantier. En plus des travaux de construction de la cathédrale fut entreprise l’édification d’un énorme donjon, achevé vers 1189, dominant la ville de ses presque quarante mètres. Par cette tour, complétée par un système défensif autonome la distinguant tout en l’incorporant aux remparts défendant la cité, le roi de France affirmait sa suzeraineté sur la plaine de Bourges et surpassait, par l’ampleur de la bâtisse, tous les autres seigneurs berrichons.
Même s’il a presque complètement disparu et qu’on ne peut plus en vérifier l’élévation, le donjon royal de Bourges a longtemps été un élément majeur du paysage urbain et de l’histoire de la capitale du Berry. Plusieurs auteurs ont relevé ses cotes et des dessinateurs l’ont croqué, surtout à partir de la Renaissance et des troubles des Guerres de religion. Nous disposons donc, en plus des traces archéologiques, d’un matériel cohérent sur lequel s’appuyer pour évoquer le souvenir du plus gros monument militaire médiéval de ce type en Berry.

grosse-tour-coté-mairie

En convertissant les anciennes unités de mesure et on se basant sur le reste des fondations observées par les services d’archéologie, on admet en général que la grosse tour mesurait environ trente-huit mètres pour un diamètre de vingt-cinq. D’une construction très soignée, une partie du parement extérieur était garni de blocs de pierre taillés en pointe de diamant. Cet ornement apparaît clairement sur les gravures anciennes. On parvenait à son sommet par un escalier de 164 marches qui permettaient d’atteindre trois étages voûtés qui accueillaient des chambres, réserves et certainement communs. Ces pièces servirent par la suite de logement, prison, poudrière et autres usages permis par la fonction militaire de la place.
Plusieurs historiens se sont attachés à souligner l’importance de cette petite forteresse royale dans la défense d’une ville qui pouvait devenir la proie des adversaires anglais des rois capétiens. Si on élargit le point de vue sur la question, on constate que la grosse tour de Bourges s’inscrit dans un vaste mouvement amorcé au XIIe siècle qui voit la féodalité du Berry, comme celle d’autres régions du royaume, affirmer sa domination sur les campagnes par l’érection de grands donjons châtelains de base rectangulaire pour les premiers puis circulaire pour les plus récents, héritiers de l’époque des châteaux à donjons de bois. Vèvre, Le Châtelet-en-Berry, Lignières, Issoudun, Montrond et quelques autres, presque tous aujourd’hui abattus, dominent la campagne et rappellent l’indépendance dont tant de féodaux font preuve vis-à-vis de l’autorité de leur suzerain francilien. Avec l’édification de sa tour de Bourges et de son homologue, de plus petites dimensions, mais tout aussi symbolique, de Dun-sur-Auron, Philippe Auguste matérialise son pouvoir de seigneur et roi à l’aide de ces éléments architecturaux on ne peut plus concrets.
Le donjon royal demeura intact jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Le Berry subit alors la guerre de la Fronde. En 1651, l’entrée des troupes royales dans la ville de Bourges évacuée par l’armée condéenne précipita la destruction de la tour médiévale. Que la décision de la faire raser fut motivée, ce qui est le plus vraisemblable, par des impératifs stratégiques ou que son éradication fut le gage de la fidélité des berruyers au pouvoir royal, ce qui n’est pas incompatible avec la précédente proposition, ses jours étaient comptés.
En novembre 1651, l’explosion d’une première mine ne put que fendre en deux l’édifice. Les stigmates de la torsion qui s’opéra alors sur les fondations sont encore visibles sur les vestiges du pied de la tour, conservés dans le deuxième sous-sol du parking souterrain situé sous la mairie de Bourges. Les pierres de parement ont été bousculées et arrachées de leur lit de maçonnerie.

grosse-tour-fente

Une nouvelle tentative eut lieu en décembre de la même année. L’artificier provoqua une explosion mieux calculée que la précédente, si forte que la moitié du donjon s’effondra en tuant et blessant plusieurs dizaines de témoins, écrasés par les blocs de pierre propulsés par la mise à feu de la poudre. Les derniers vestiges du donjon furent prudemment laissés en état, et disparurent ultérieurement.
Outre les quelques gravures disponibles sur le sujet, rarement à l’échelle, il est possible de se faire une idée de la masse de la forteresse disparue grâce aux vestiges exhumés lors des fouilles exécutées sur le site au moment de la construction du nouvel hôtel de ville. On soulignera l’intérêt de cet aménagement spécialement dédié à l’ancien donjon: un marquage au sol permet de visualiser l’emplacement de la muraille de l’ancien édifice.

grosse-tour-surface

Le contraste sur le trottoir est suffisant pour que le diamètre soit perceptible sur les photographies aériennes verticales, ce qui donne une bonne mesure des proportions de l’ancien donjon royal de Bourges.

grosse-tour-aerien


Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans patrimoine militaire
commenter cet article

commentaires

risselin 08/05/2011 10:53



Bien entendu


Je pense que mon adresse s'affiche automatiquement sur le mail...Si ce n'est pas le cas je vous la ferai parvenir. Je n'aimerais pasbeeaucoup que celle-ci soit éditée sur le blog.


à bientôt



Olivier Trotignon 08/05/2011 19:35



Tout à fait. La confidentialité est bien respectée et seul l'administrateur du blog a affaire à ce genre d'information. J'ignore même presque tout des abonnés, à part leurs pseudonymes. Je vous
contacte en cours de semaine.



risselin 06/05/2011 20:00



Bonjour


Je possède un exemplaire de mon mémoire. Un autre est consultable aux archives départementales du Cher, un autre à la Sorbonne à la bibliothèque Doucet de l'institut d'art rue Michelet ...


Reprenant aujourd'hui mes études sur le sujet et une estension de celui ci sur la grosse tour de Dun sur Auron, auriez vous quelques infos ?


Cordialement


C R-N



Olivier Trotignon 07/05/2011 18:35



Puis-je vous répondre en message privé?



risselin claudine 04/05/2011 11:02



bonjour


J'ai visité votre blog. Bravo.


En ce qui concerne l'antériorité de la Grosse Tour de Bourges sur celle du Louvre, je vous renvoie à mon mémoire de maîtrise (1986, Paris 1 Pathéon Sorbonne qui du reste a été publié de afin
d'être plus disgeste à la lecture). La date de 1189 a été proposé eu égard à l'obtenton d'une autorisation aux chanoines de Notre Dame de Sales à célébrer les offices dans la chapelle située
vraissemblablement à l'étage supérieur de la Tour de Philippe Auguste.


Cordialement



Olivier Trotignon 05/05/2011 18:47



Merci beaucoup pour cette précision!


Pouvez vous nous indiquer comment consulter votre étude?


Bien à vous,


O. Trotignon



Sandrine 26/10/2010 18:52



Bonsoir,


Je visite votre blog très régulièrement. Je me tourne vers vous pour un renseignement. Je recherche (ou plutôt ma tante) des informations sur une usine de mineraie ou un haut fourneau situé au
Pondy au lieu dit les Fourneaux. On ne trouve rien aux archives. Il existe encore la maison de maître et la barre de maison des ouvriers. On pensait trouver une carte postale et des infos mais
rien. En avez-vous  entendu parlé ? Savez-vous où on pourrait se renseigner ?


De plus, aux archives, j'ai voulu chercher sur les anciennes carrières de grès rose de Saulzais. Mais là aussi, aucune info. Pourtant, elles ont bien existé. Sauriez-vous où pourrait-on faire des
recherches ?


Merci d'avoir pris le temps de me lire. Continuez comme ça pour votre blog.


Cordialement


Bonne soirée



Olivier Trotignon 27/10/2010 09:44



Bonjour et merci de votre confiance. Je suis incapable de vous aider, les sujets évoqués étant trop récents pour que je dispose d'informations sur la question. A part l'emplacement de la grande
carrière à meules gallo-romaines et médiévales de St-Christophe-le-Chaudry, je n'ai rien de précis sur la question.


Beaucoup de petits phénomènes pré-industriels comme une forge n'ont laissé aucune archive, sauf au moment de leur disparition, quand les bâtiments ont été vendus (là, il faut se tourner vers les
notaires). Allez visiter le cimetière du Pondy. Il s'y trouve certainement des tombes de qualité qui vous donneront des noms. De là, vous pouvez vous orienter vers les cercles généalogistes qui
peuvent avoir des informations sur les maîtres de forges.


Pour les ouvriers, souvent payés à la pièce ou à la journée, c'est souvent sans espoir, ces gens ne laissent presque pas de traces hors celles dans l'état-civil.


En vous souhaitant bon courage,


O.T.



olivier du berry 25/10/2010 11:44



Nous avons donc notre grosse tour du Louvre à nous...



Olivier Trotignon 25/10/2010 14:21



Exact, mais celle de Bourges serait (selon certaines sources que je n'ai pas pris le temps de vérifier) plus ancienne d'un an que celle de Paris, et ceci dit sans chauvinisme!



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.