Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 11:36

Renaud

 

Alors que fleurissent dans notre région les manifestations misant leur succès auprès du public sur une vision folklorique et matérialiste du Moyen-âge, voire de l’Antiquité, il me plaît de prendre de la distance par rapport au bruit des combats à l’épée et au son des cornemuses pour approcher une dimension de la pensée médiévale qui laisse en général le grand public indifférent: la spiritualité féodale.
Je dis bien approcher, car l’étude d’un tel sujet demanderait, pour être complète, une vie entière de recherche. Quelques très beaux textes nous fournissent des indications sur les préoccupations spirituelles des maîtres du pouvoir régional au crépuscule de leur existence, en particulier leurs testaments, qui sont des mines de renseignements sur le sujet.
Celui de Renaud, seigneur de Montfaucon et Charenton, nous en fournit un très bel exemple.
Renaud fait coucher sur parchemin ses dernières volontés vers 1250. Vieux seigneur veuf et sans descendance, il décide de partager son héritage entre une multitude de bénéficiaires tant laïcs qu’ ecclésiastiques vivant pour la plupart dans le périmètre de sa seigneurie. Les legs sont de nature très variée. On remarque tout d’abord, après calcul, les presque 650 kilos d’argent fin divisés en livres et sous tournois promis aux divers légataires. Si on y ajoute les sommes promises par Mathilde de Charenton, l’épouse décédée de Renaud, sur son propre testament daté de 1243, c’est environ une tonne de métal précieux qui a été versée par les deux seigneuries de Montfaucon et Charenton en moins d’une décennie. Les points de comparaison, hélas, me manquent pour évaluer l’importance de cette somme pour l’économie locale de l’époque.
Aux dons habituels en rentes et en terres s’ajoutent des biens matériels plus faciles à se représenter comme le cheval de Renaud, donné à un certain Roubichon, des robes, une cuirasse, des mesures de grain. La vicairie de Montfaucon reçoit pour sa part le livre d’Heures et le missel du seigneur, ouvrages rendus précieux par leur rareté.
Les bénéficiaires individuels cités dans l’acte ont des statuts sociaux très divers. Curés, chevaliers, hommes et femmes de classe indéterminée, Renaud pense d’abord aux pauvres, jeunes filles sans dot, malades soignés à l’hôtel-Dieu de Montfaucon et étudiants, en particulier ceux qui s’instruisent à Paris. Des proches comme son barbier, ses vieux serviteurs, ses sergents, des militaires de son ost reçoivent des sommes diverses.
On relève deux détails curieux: la chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Montfaucon reçoit 10 livres pour sa reconstruction; l’église de Sancergues, elle, se voit dotée de 50 sous pour la pose d’un vitrail.
Si plusieurs églises de campagne figurent sur la liste des légataires de Renaud de Montfaucon, c’est au clergé régulier qu’est destiné l’essentiel de son héritage, et en premier lieu aux Cisterciens, majoritaires, il est vrai, sur l’étendue de ses possessions. La première abbaye à être inscrite sur la liste de ses largesses est Fontmorigny, qui reçoit aussi la plus forte somme. Son abbé partage avec Eudes Troussebois, un des chevaliers familiers de Renaud, la charge d’exécuteur testamentaire. Fondée à l’initiative de la seigneurie de Montfaucon, Fontmorigny assumait le rôle de nécropole familiale de ces féodaux. Renaud demande à y être enterré alors que Mathilde, sa femme et Renaud, leur fils aîné, reposent à Noirlac, deuxième monastère cistercien en ordre d’importance à être couché sur le testament, avec un legs de 50 livres tournois, inférieur aux 80 livres attribuées à Fontmorigny, mais dix fois supérieur à ce qui est promis aux moniales cisterciennes de Bussière. Toutes les autres maisons observant dans le diocèse de Bourges la règle de saint-Bernard  reçoivent une somme d'argent; les moines de Bourras, dans la Nièvre, ne sont pas oubliés. On note aussi ce legs de 10 livres d’argent consenti au chapitre général de Cîteaux, autre indice de l’importance qu’occupaient les cisterciens dans les préoccupations de la féodalité berrichonne.
Ce testament confirme l’évolution de la spiritualité régionale en faveur des pratiques monacales plus conformes aux aspirations de cette société du milieu du XIIIe siècle.
Si l’église de Bourges figure sur la liste des héritiers de Renaud, on note que le seul intérêt de cet homme pour les ordres monacaux traditionnels s’exprime par la dotation des prieurés ruraux fondés sur ses terres et de l’abbaye de Saint-Satur, dans le Sancerrois.
Plus proches des préoccupations d’une société de plus en plus urbaine s’inscrivent les legs aux hôtels-Dieu des terres de Montfaucon et Charenton, aux Templiers des alentours de Bruère-Allichamps et aux Ordres mendiants nouvellement implantés dans les grandes villes de la région. Les Franciscains de Nevers et Bourges, ainsi que les Dominicains de cette cité, sont cités dans le documents.
Renaud sent que la fin de ses jours est proche. Devant l’incertitude face à ce qui peut l’attendre dans l’ au-delà, il prend toutes les garanties, lui l’ancien Croisé, pour franchir victorieux les portes du Paradis. Tous les gens qu’il aurait pu léser sont dédommagés, ses créances couvertes, sa sépulture prévue et certains serviteurs de Dieu disposés à prier pour son âme profitent de ses bienfaits. Son testament nous permet de mesurer ceux de ces serviteurs qui paraissaient les plus aptes à combler ses attentes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans sources-littérature
commenter cet article

commentaires

Abellion 15/07/2010 22:43



L'angoisse de la mort que semble connaître la société actuelle a-t-elle pris la place de l'angoisse du salut qui était celle de nos ancêtres ? J'aimerais bien connaître votre point de vue
d'historien sur le sujet.


J'ai lu quelque part que certains des seigneurs préposés par Saint-Louis à la surveillance des forteresses de Lastours (Aude actuelle), quoique catholiques, se faisaient parfois administrer le
consolament par les "parfaits" cathares. A cette époque, deux assurances valaient sans doute mieux qu'une...



sirius 06/07/2010 07:25



Vous vous êtes encore une fois livré à un passionnant travail de recherche, qui restitue sa dimension à ce personnage qui fut à la tête de cette Seigneurie de Montfaucon (aujourd'hui le village
assoupi de Villequiers)!


 


Cela nous montre encore une fois, si cela est nécessaire, l'importance que le passage dans l'au-delà avait pour ces gens.



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.