Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 11:33

or

 

 

L’économie française connut une petite révolution lorsque que le roi Saint Louis, dès son avènement, en 1266, ordonna de lancer la frappe d’un écu d’or, première monnaie de métal précieux à sortir depuis des siècles des ateliers monétaires royaux. Loin de supplanter l’argent dans la majorité des échanges, le métal jaune reconquiert lentement un espace dont il était presque totalement absent.
Réservé à l’orfèvrerie religieuse ou civile, l’or était très rare dans les régions du Centre de la France. Parfois, seul un placage sur une âme d’argent donnait un aspect précieux aux objets liturgiques.
Exceptionnellement, ce n’est pas en Berry que j’ai été puiser mes informations, mais dans la région voisine du Nivernais. La porosité tant politique que religieuse entre ces deux espaces laisse penser que la situation économique de la région de Nevers ne devait être guère différente de celle de Bourges, Châteauroux ou Bourbon. L’inventaire des titres de Nevers, publié au XIXe siècle, contient quelques évocations très précise de la circulation du métal jaune dans l’espace ligérien.
Un acte de 1194 retient tout de suite l’attention. Yolande, comtesse de Nevers, accorde à l’église Notre-Dame de La Charité une rente annuelle et perpétuelle de deux besants d’or. La présence de cette unité monétaire, bien qu’exotique -le besant est une pièce d’or byzantine- n’a rien d’anormal en pleine période d’échanges, par le truchement des Croisades, entre l’Orient et l’Occident. Chevaliers et marchands chrétiens ont ramené avec eux les métaux précieux acquis ou dérobés au contact des musulmans et de Constantinople. Ceci dit, les grands testaments berrichons que nous connaissons dans la première moitié du XIIIe siècle ne font aucune référence au métal jaune. Les besants nivernais sont des exceptions.
L’or reste longtemps une matière rare, car il faut attendre 1374 pour voir un bourgeois nivernais acheter à un hôtelier la moitié de la terre de Marzy pour neuf vingt douze (sic) livres d’or. Une faute du copiste nous empêche d’évaluer la quantité de métal que représente le prix de la vente, mais il est évident que les ateliers royaux alimentent désormais l’économie en monnaies nobles. En 1456, le comte de Nevers compose avec l’abbé du monastère cistercien des Roches: en échange d’une série assez disparate de droits et de rentes, il promet de verser aux moines blancs une somme de 20 écus d’or chaque année.
Les bijoux et ornements corporels sont aussi plus nombreux grâce à la mise en circulation du produit des mines, mais la région ne semble pas disposer de grands ateliers de joaillerie. C’est en effet à Paris qu’en 1320 Louis, comte de Nevers, fait réaliser par un orfèvre local, pour la somme de 1000 livres parisis, une couronne et un capel (casque d’apparat) d’or. C’est encore à Paris qu’un autre comte, Philippe, vend à un changeur d’or pour 200 écus une chaîne d’or garnie de lettres d’or et de 29 perles, peut-être un gage ou le produit d’une rançon.
La vaisselle précieuse n’est évoquée par les documents qu’au 16e siècle. En 1566, deux orfèvres sont chargés d’inventorier toutes les choses précieuses contenues dans le château de Nevers. Les hommes d’art y recensent, pour la somme très précise de 13.180 livres, 17 sols et 7 deniers des bagues, pierreries, vaisselle d’or et d’argent (et autre choses précieuses).
Le renouveau de l’économie permis par la fin des troubles de la Guerre de 100 ans et par le début de la Renaissance ne s’observe pas que dans le patrimoine bâti. Les nobles de l’époque se parent de richesses qu’on aurait bien été en peine de concevoir quelques siècles plus tôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans économie
commenter cet article

commentaires

Vedrenne 29/03/2015 21:46

Sur le lampier d'Estivareilles,il est mentionné que la plupart des Lanternes des Morts seraient dans les pépartements des Charentes.J'ajoute que ces édicules sont encore plus nombreux dans la Hte-Vienne,la Creuse & la Corrèze (limousin) la Dordogne aussi."L' épicentre de ce phénomène est vraiment le Limousin.

Olivier Trotignon 30/03/2015 08:46

C'est exact.

kowalyszin 27/01/2011 21:01



Bonsoir,


Pour ce qui est de la "mesure" de la livre, c'est un peu compliqué. En 1203, Philippe II met en place la livre tournois pour remplacer la livre parisis (laquelle tiendra pourtant, ici ou là,
jusqu'au XVIIe siècle). Il faudra attendre St Louis (1262) pour qu'une parité soit fixée, au cours légal de 8,271 g d'or fin pour une livre. Ce cours "légal" ne valant que pour les régions du
royaume bien en mains du monarque. Les autres régions ayant leurs propres systèmes monétaires et de mesures. Ainsi, boisseaux, setiers, perches, cordes, brasses, coudées et autres varieront
parfois même d'un village à l'autre jusqu'à l'avènement du système métrique, et encore certains endroits garderont-ils souvent les deux systèmes jusqu'au vingtième siècle.


8,271 g ; on peut admirer la précision (au milligramme !) des trébuchets de cette époque.


Quant au "pesant d'or", il est plaisant de penser que ça pourrait être un gauchissement de "valoir son besant d'or". Sans garantie…


Cordialement vôtre,


R.K.



Jean-Maxime MIALOT 26/01/2011 17:38



J'avais en mémoire cette histoire de terrain donné par le bon Roi  ...mais l'autre explication est la bonne .Je devrais toujours vérifier mes sources .Quoiqu'il en soit il s'agit
bien du système à base vingt .Il faudrait maintenant connaitre la mesure de la livre dans la coutume de Nivernais ...pour  avoir le poids  de l'or .



Jean-Maxime MIALOT 26/01/2011 10:28



Petite question :est-ce une erreur de copiste ou sommes-nous dans le système vicésimal qui sera supplanté par le système décimal à la fin du moyen-âge . Louis IX que vous évoquez
n'a-t-il pas donné cette superficie de terrain pour l'hopital qui porte toujours le nom de Quinze vingt ?



kowalyszin 26/01/2011 07:45



"neuf vingt douze livres d'or". Cette manière de compter peut surprendre, mais elle n'est pas fautive. Le comptage en base vingt a perduré longtemps, et il en reste des traces actuellement. On
dit encore "quatre-vingts" aujourd'hui ; et à Paris, l'hôpital des quinze-vingts (15X20) annonçait tout simplement le nombre de patients (300) qu'il pouvait accueillir.


Cordialement,


R.K.



Olivier Trotignon 26/01/2011 15:44



Merci pour cette précision, je n'avais encore jamais vu ça écrit en toutes lettres.


Bien à vous,


O.T.



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.