Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 10:19

signature-ebe3.gif

Il reste pour nous autres historiens bien des forteresses à prendre et bien des batailles à gagner à en juger par la désarmante habitude qu’ont certains de nos contemporains à, tels de mauvais écoliers n’apprenant jamais leurs leçons, copier des bêtises par dessus le coude de leur voisin.

Mes lecteurs fidèles me pardonneront cet accès de mauvaise humeur matinal, mais je viens d’aller me “promener” sur le web autour de Charenton et de son histoire et j’en reviens avec l’impression cafardeuse que mes recherches demeurent, malgré vingt années de publications, de conférences publiques et l’existence de ce blog, illisibles ou transparentes aux yeux des professionnels de la Culture.

En  cause, cette incompréhensible série de notices dont les auteurs puisent leurs informations dans des sources qu’ils ne prennent pas la peine de vérifier, pratique déjà classique dans l’édition traditionnelle, mais qui prend une dimension nouvelle avec la multiplication des liens accessibles par internet.

Qu’il me soit donc permis d’ouvrir pour la xième fois le dossier de la seigneurie de Charenton et de rappeler quelques points fondamentaux qui s’appuient sur plus de deux siècles de documentation.

signature-ebe.gif 


La numérotation des seigneurs de Charenton

Il s’agit d’un anachronisme. La société féodale n’a jamais numéroté ses élites. Il s’agit de plus d’un contresens. Tous les seigneurs de Charenton sont nommés Ebe, comme leurs voisins et alliés de Bourbon sont connus par le nom Archambaud. Rien ne doit distinguer un père de son fils, ce qui est une manière de pérenniser ces micro-dynasties locales. Donner des numéros aux Charenton aurait été à l’opposé des usages du temps. Comme nous le soupçonnons pour Bourbon, où la généalogie des Archambaud suit un ordre de primogéniture suspect tellement il est parfait, les Charenton ont peut-être déplacé le nom de leurs héritiers sur la personne de leurs fils cadets en cas de mort de l’aîné. Ainsi, un Ebe succédait à un autre Ebe, sans garantie qu’il s’agisse à l’origine  de son nom de baptême.


Les Charenton ne sont pas des cadets de la famille de Déols, ni leurs vassaux

Observant au XIXe siècle que le nom Ebe était un nom rare, les anciens érudits ont proposé un rapprochement avec la famille de Déols. Dans cette dynastie, les seigneurs se nomment Raoul, Ebbe ou Eudes, selon leur ordre de naissance. Un Ebbe de Déols signifie que son frère aîné Raoul, auquel était destinée la succession de leur père, est décédé. C’est le survivant le mieux placé de la fratrie qui hérite donc du fief, et qui baptise lui même ses propres enfants Raoul, Ebbe et Eudes. Ce fonctionnement se transmet aux branches cadettes.

Nous n’en avons aucune trace à Charenton.

Par contre, une famille nivernaise, issue de la seigneurie de Champallement, franchit la Loire au XIe siècle et s’implante à la Guerche, puis à Charenton. Les seigneurs de Champallement se nomment Ebe de père en fils. Nos seigneurs de Charenton adoptent ce marqueur familial aisément reconnaissable.

Une fille d’un seigneur de Charenton se marie à la fin du XIIe siècle avec un seigneur de Déols. On peine à admettre qu’un mariage avec un si fort taux de consanguinité entre époux ait pu se conclure.

Les Charenton rendent hommage au comte de Nevers, au seigneur de Bourbon mais pas une seule fois au seigneur de Déols. Aucun acte n’exprime la moindre affinité politique entre les deux seigneuries. 

Au contraire, les Charenton fortifient le glacis occidental de leur domaine, c’est à dire la partie des terres qui font face à Déols, le long de la vallée du Cher. Le château de Montrond en est la plus belle et ultime illustration. Il n’y a pas de schéma comparable aux contacts avec le Nivernais et les domaines de Bourbon.

Inversement, Déols élève et entretient de grandes places-fortes (Châteaumeillant, le Châtelet-en-Berry) et chase des vassaux sur l’Arnon (Lignières, Culan, la Roche-Guillebaud) face à Bourbon et Charenton.

Difficile de reconnaître dans ces éléments concrets des signes de liens familiaux entre les deux maisons.


Les Charenton n’ont pas été pires que les autres

On stigmatise à l’envie les misères endurées par les moines du secteur lorsque l’un ou l’autre Ebe se déchaînait contre leurs intérêts.

Il serait plus utile de chercher qui n’a pas brutalisé de religieux!

Sancerre, Culan, Huriel, Bourbon, Sully...de quelque coté qu’on se tourne, partout les mêmes plaintes d’abbés et de frères molestés par une chevalerie brutale et probablement souvent fortement avinée.


Noirlac ne tire pas son nom de la noyade d’un Ebe

Jolie légende venue tout droit de la période romantique. On sait, par une tradition orale reproduite par les moines de Noirlac, qu’un jeune Ebe, fils et héritier naturel du seigneur de Charenton parti en Croisade, est décédé de manière accidentelle près de l’abbaye, où son épitaphe était encore lisible avant la Révolution. Endeuillés par cette tragédie, les gens de l’époque auraient nommé le lieu de la noyade du garçon le “Lac Noir”, devenu Noirlac. Cette étymologie est plus que suspecte. Le toponyme est probablement plus ancien que la fondation du monastère, et s’est substitué avec le temps, par facilité lexicale, au nom de la communauté: “Maison-Dieu (ou Hôtel-Dieu)-sur-Cher” en latin Domus Dei super Carum.


Cet argumentaire, qui n’a pour autre but que de dépoussiérer une question d’histoire locale sur laquelle pèse une paresse intellectuelle incompatible avec une communication historique de qualité, est extrait d’une de mes conférences, dédiée à la seigneurie de Charenton du XIe au XIIIe siècle et programmable selon les conditions habituelles.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans politique-société civile
commenter cet article

commentaires

Vincent Roblin 07/03/2010 19:41


Bonjour et merci pour ces réflexions intéressantes. Concernant les noms de baptême, j'ai rencontré dans le cadre d'une recherche sur les vicomtes de Limoges un cas qui va dans votre sens. Le fils
aîné du vicomte Adémar IV (1139-1148) reçut comme nom de baptême Boson car on le destinait à l'origine à succéder à son oncle Boson, vicomte de Turenne, dont la descendance n'était pas assurée.
Mais le vicomte de Turenne eut finalement un fils, qui pouvait assurer la perpétuation de la lignée. Le jeune fils du vicomte de Limoges, Boson, reçut donc unnouveau nom, Adémar, nom marqueur du
pouvoir vicomtal à Limoges, car il était desormais destiné à gouverner la vicomté de Limoges. Peut-être que les seigneurs de Charenton et de Bourbon ont eu eux-aussi recours à cette technique
anthroponymique qui permettait de garantir une certaine légitimité aux détenteurs du nom marqueur du pouvoir.

Concernant la numérotation, il faut quand même admettre qu'elle est bien pratique et qu'elle permet de se retrouver quand on a huit générations qui portent le même nom sur deux ou trois siècles


Bien cordialement,

VR


Olivier Trotignon 09/03/2010 08:42


Cher monsieur,
le cas que vous évoquez est passionnant. A-t-on une idée si ce garçon était destiné à succéder à son oncle et à son père, en rassemblant en une seule entité les deux fiefs, ou si sa famille avait
pris des disposition pour pousser un de ses cadets à la succession parentale?
Dans ce cas, il s'agirait encore d'un autre modèle de dévolution patronymique comparés au trois ou quatre modèles que j'observe en Berry.
Je suis pleinement d'accord sur l'utilité de conserver une numérotation, même anachronique, pour distinguer les grands féodaux d'une même lignée. Je ne peux m'y résoudre dans la région sur laquelle
je travaille car les généalogies sont incomplètes et ont parfois été "arrangées" par les érudits du XIXe siècle. Ce modèle ne peut être valable que dans le cas de micro-dynastie comtales, comme à
Nevers, par exemple, où l'on est certain que les archives ne vont plus révéler de nouvelles générations intermédiaires.
Merci de votre intervention,
cordialement,
O. Trotignon 


sirius 07/03/2010 09:05


Effectivement, il y a des mises au point qui méritent d'être faites.

Dans mon Sancerrois, il y a la légende du "souterrain Bourges-Sancerre", qui a la vie dure, mais seulement au sein des conversations de piliers de bar aujourd'hui...


Olivier Trotignon 07/03/2010 12:15



Aïe! Les souterrains sont le sujet à ne pas aborder. J'ai chez moi quelque part l'entrée d'une galerie conduisant de Meslon à Ainay-le-Vieil, passant sous le Cher sans infiltration.
Quand je travaillais à Montrond, nous sommes passés à coté du Veau d'Or, de statues du Christ et des ses apôtres en or grandeur nature, et de souterrains allant jusqu'à Meillant (10 kms) et
jusqu'à la cathédrale de Bourges (45 kms bien tassés), assez hauts pour qu'un cavalier puisse y passer au galop.
A coté de ça, le métro parisien, c'est du petit lait!  



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.