Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 22:19

plaque

plaque muletière en tôle de bronze ornée de l’inscription: “Qui * bon * maistre * sert * bon * guerdon * attend * davoir “

(qui sert un bon maître aura une bonne récompense)

XVe siècle probable



Les lecteurs qui me connaissent bien savent combien j’affectionne les ânes noirs qui sont les compagnons de notre vie depuis déjà vingt ans. Sans vouloir m’appesantir sur des querelles de maquignons qui fleurissent sur nos champs de foire contemporains, j’aimerais faire le point sur un sujet qui me passionne: la présence de l’âne dans les campagnes berrichonnes médiévales.

Premier étonnement: personne ne sait au juste depuis quand l’âne vit sous nos latitudes. D’origines désertiques, dont il a conservé certains atavismes, cet équidé est si discret dans les rapports de fouilles et dans les travaux historiques qu’on ne peut être affirmatif sur l’ancienneté de sa présence sur notre sol. Peut-être présent dès le radoucissement climatique du mésolithique, il peut être arrivé avec les premiers agriculteurs du néolithique, avoir été ramené de Grèce par les mercenaires bituriges au service des souverains macédoniens, avoir été le compagnon des colons italiens au moment de la romanisation de la Gaule ou encore arrivé beaucoup plus tardivement à l’occasion des invasions. L’âne et ses hybrides, mulets et bardots, souffrent de leur parenté avec le cheval et le poney, et seules des analyses ostéologiques fines peuvent permettre de décider à quelle espèce attribuer telle ou telle pièce osseuse découverte en cours de fouille, si bien qu’il est probable que certains os attribués à des chevaux aient appartenu à un tout autre animal.

L’âne est en plus victime d’un manque de considération entretenu jusqu’à nos jours par un  certain monde du cheval, qui s’évertue à se considérer comme supérieur, selon des principes dont la péremption force le respect tant ils sont éculés, qui persiste à marquer l’inconscient collectif au point que notre animal est encore aujourd’hui victime de la risée des plus fervents adeptes de la “plus noble conquête de l’Homme”.

Ce préambule souligné, c’est sur le terrain de l’historien que l’ancienneté de la présence de l’âne sur le sol berrichon se discute. Les artistes médiévaux, qu’ils aient mis leur talent de sculpteurs au service de l’art roman ou des grands monuments élevés après cette période, placent l’âne dans une démarche créative qui le désincarne de son existence physique d’animal de somme. Âne à la lyre, ou à la rote ou harpe, comme dans le récit d’Apulée, il orne les façades et chevets des églises de Drevant, Saint-Amand-Montrond, Chambon, Lignières ou Dun. L’âne, maître d’école, professe sur le tympan de Saint-Ursin de Bourges. Monture du Christ ou de ses parents, ses grandes oreilles peuplent la cathédrale de Bourges, sur les vitraux ou les sculptures des entrées de l’édifice. Ces différents avatars ne prouvent en rien sa présence dans le quotidien des gens des villes et des campagnes, et c’est là que les chartes méritent d’être lues de près. 

L’âne est présent dès le début du XIe siècle au sein des troupes combattant à la bataille de Châteauneuf-sur-Cher. Ceci représente un indice précieux sur la taille de ces animaux à l’époque, assez grands pour servir de monture à des cavaliers espérant rivaliser avec leurs adversaires à cheval, dont les animaux ne devaient être guère plus hauts au garrot.

Quelques décennies auparavant, un certain Gaufridus, Asinus nomine (Geoffroy l’âne, nommé ainsi à cause de sa force) avait combattu sur les murailles de Saint-Benoît-du-Sault.

Avant 1189, la charte de franchise de La Perche note que  la vente d’un âne, d’un bœuf ou d’une vache rapportera un denier au seigneur de Charenton alors que la vente d’un cheval lui vaudra quatre fois plus. Ce détail semble prouver la rareté du cheval à l’époque, plus animal de guerre que de travail, par rapport à des espèces plus communes car plus rurales. La redevance est la même dans la charte de franchise de Saint-Amand, accordée elle aussi par le seigneur de Charenton.

En 1346, on signale dans la seigneurie de Graçay qu’on utilise chevaux, juments et ânes pour amener les grains au moulin. En 1399, c’est près du château de Saint-Augustin qu’est recensé le lieu-dit: “le Pré des ânes”.

Lors des travaux de restauration de l’abbaye de Noirlac, dans les années soixante-dix, un squelette âsin aurait été découvert sous le dallage du réfectoire des moines, mais cette observation n’a jamais vraiment été confirmée.

Contrairement au cheval, présent essentiellement dans l’environnement des gens de guerre, l’âne s’adapte, de par son alimentation et le rapport élevé de sa force par rapport à sa masse, à une petite économie rurale longtemps plus proche de la survie au quotidien que de la production de rendements élevés. Croisés avec des juments, les baudets produisent  les mulets utilisés, en signe d’humilité, par les pèlerins chevaleresques dans leur quête pénitentielle.

Il est probable qu’on ne démontrera jamais le lien de parenté vraisemblable entre les grands ânes noirs berrichons qui accompagnent le développement de l’industrie et des transports lors de la Révolution industrielle et leurs semblables médiévaux, mais il existe néanmoins de fortes probabilités que les souches que nous élevons aujourd’hui soient pour un part descendantes des bêtes qui se négociaient sur le foires du Boischaut au temps des Croisades.

ane-harpe

Meillers (03)
Photographie choisie pour illustrer l'ouvrage : Anthologie de la harpe, la harpe des Celtes, cosigné, entre autres, par Alan Stivell et le barde Myrdhin.
Copyright O. Trotignon 

Donkeys and mules in medieval everiday life 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans économie
commenter cet article

commentaires

fragments de rue 25/05/2010 21:14



Sur le chemin de saint -Jacques, j'ai traversé une partie du Berry avec une ânesse. C'était merveilleux, même si la gentille ânesse n'était pas berrichonne, nous nous sommes fait adopter dans
tous les villages traversés.


 



Olivier Trotignon 26/05/2010 06:28



J'ai aussi randonné sur de courtes distances avec une de mes ânesses. C'est sûr que les gens sont très accueillants quand on arrive sur la place du village avec une bête. J'avais besoin de passer
un coup de fil d'une cabine, plusieurs personnes se sont bousculées pour me tenir l'ânesse qui a fait 3 ou 4 fois le tour de la place avec des gosses sur le dos.



sirius 24/01/2010 10:02


Si toutefois quiconque pouvait encore en douter, cet article a le mérite de lever définitivement les derniers doutes concernant votre passion pour la gent asine! De mon côté, aux équins je préfère
les félins, mais ces derniers se sont toujours montrés rebelles à toute forme d'asservissement; probablement ce qui nous rapproche...


Olivier Trotignon 24/01/2010 12:43


Ah, mais nous possédons aussi une très belle collection de lapins de gouttière!


Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.