Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 19:47

 

petit-vicieux

 

Saint-Amand-Montrond, dans le centre de la France, est une ville où l’on a des goûts choisis. On y aime le Tour de France, le pâté aux pommes de terre, les bustes de gens illustres, le feu d’artifice du 14 juillet, la musique militaire, les fleurs en jardinière, le golf, les présidents de la République (enfin, surtout les deux d’avant), les caméras de vidéo surveillance (et leurs antennes), les canards sur le canal et les tableaux religieux.
Saint-Amand-Montrond est surtout un endroit où on aime les effets comiques. Dans une période aussi morose, ça fait du bien de rire, et nos, enfin, les élus, nous offrent pour les fêtes une copieuse tranche de bonne humeur.
Ce billet est bien le moins que je puisse faire pour les en remercier.

Alors que ce blog vient d’être retenu comme ressource documentaire à l’usage des étudiants en histoire de l’université Paris I - Sorbonne, la mairie de Saint-Amand vient, pour la deuxième fois cette année, de m’interdire de prendre la parole dans l’enceinte du musée municipal, dit musée Saint-Vic.
Pour saisir tout le sel de la situation, imaginez vous une sorte de pièce de boulevard, avec des gentils, des méchants, des cocus, enfin, tout l’attirail indispensable pour que le public passe une bonne soirée.
Les personnages:

a) les gentils. Des radoteurs, jeunes ou vieux, qui osent l’imposture juste parce qu’ils ont lu quelques livres d’histoire locale qu’ils s’appliquent à réciter sans omettre une virgule de peur de devoir un jour mettre un orteil hors du cercle étroit de leur frileuse médiocrité. J’imagine qu’il en existe de la sorte dans toutes les petites villes où la culture passerait presque pour un gros mot. Ils ont l’échine souple et se plient facilement. Leur aptitude à étaler le cirage est universellement reconnue

b) les méchants. J’en fait partie, et ça ne se soigne pas: les historiens. Enfin, les vrais historiens, ceux qui ont été jugés tels par leurs pairs à l’issue de leurs années d’études, qui prennent le risque de publier le résultat de leurs recherches et d’aller face au public soutenir leurs conclusions. Leur raideur et leur incapacité à faire fonctionner correctement les brosses à reluire les font repérer tout de suite par les pions et les aspirants de carrière.

c) les cocus. Il s’agit de la partie obscure du scénario. Ils se découvrent au fil de l’histoire.

Le scénario, justement. En trois actes:

ACTE I
Scène 1
septembre 2010. Je propose de soutenir une association d’artistes locaux en leur offrant une conférence. Ce sont les journées du Patrimoine, le théâtre (tient, ça tombe bien) de la Carrosserie Mesnier offre de nous accueillir et invite même le soir Guillaume Ledoux, chanteur de Blankass (qui me prête ses chansons pour sonoriser ce blog).
Scène 2
L’équipe municipale programme in-extremis une animation savante juste à l’heure de ma conférence, à 50 m de là. On appelle ça un coup de théâtre. Les méchants sont prévenus, ça ne se passera pas comme ça!

ACTE II
Scène 1
mai 2012. Je propose une conférence vespérale pour la Nuit des musées, autour d’une plaque votive gallo-romaine.
Scène 2
L’équipe municipale juge sans intérêt mon offre. Les méchants perdent encore une bataille sans l’avoir livrée. Les gentils ricanent. Les cocus s’interrogent.

ACTE III
Scène 1
été 2012. Je propose de venir présenter en janvier 2013, dans le cadre de la série de conférences “une heure, une œuvre”, une étude sur un sujet emblématique: le manoir du Vernet. Mû par de folles pensées, j’intitule imprudemment mon projet: “un château dans les nuages, la disparition du manoir du Vernet”. Mais voyons donc! Alors qu’il y a tant de choses à raconter sur le pâté aux pommes de terre, les fleurs en pots et les canards du canal...
Scène 2
fin novembre. Je viens d’apprendre que mon projet avait été rejeté, et remplacé par quelque chose de beaucoup plus sérieux: les tableaux religieux. Je respire malgré tout: j’échappe aux représailles et j’évite la corvée de récurage des commodités du musée.
Scène 3
Deux autres méchants sont montrés du doigt par les gentils: un collègue historien moderniste et ancien archéologue et une historienne de l’Art, spécialiste du patrimoine religieux, sont envoyés me rejoindre au piquet où je pleure le temps perdu à préparer une communication qui ne se tiendra peut-être jamais.
Les gentils ont encore gagné. Les cocus commencent à comprendre.

Le rideau retombe et les braves gens s’endorment en paix, à l’abri derrière les cyclopes globuleux de vidéo surveillance urbaine.

Que faire?
Continuer, sans hésitation.
Qu’il y-a-t’il d’inacceptable dans des sujets tels la féodalité régionale, le fait religieux dans l’antiquité ou la dispersion des éléments architecturaux d’un manoir du XVe siècle, à part l’auteur même de ces sujets?
De telles tartufferies sont les plus belles invitations qu’on puisse me faire à poursuivre mon investissement pour la promotion d’une culture de qualité et populaire, en médiéviste indépendant. J’appelle de mes vœux le jour prochain où j’aurai enfin la chance de pouvoir travailler localement avec une équipe d’élus compétents et de bonne volonté sur des projets à la hauteur de la richesse culturelle et patrimoniale qu’offre cette région.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article

commentaires

anatole 02/12/2012 14:45


Rassurez-vous j'ai bien peur que l'on se bouscule aux portes de l'enfer car moi aussi j'ai cette réputation d'emmerdeur et de ronchonneur.


En tous les cas ne croyez pas que saint amand soit une exception.


Je voulais vous demander par la même occasion si vous aviez quelques informations sur "st martin" qui trône sur la facade ouest de l'église d'argenvières (idée venant de sirius).


Cordialement.

Olivier Trotignon 26/12/2012 11:53



Merci de votre soutien! Je ne connais pas du tout cette statue, qui se trouve assez loin de ma zone d'enquête habituelle. Peut-être dans les fiches de l'inventaire du patrimoine, aux Archives
départementales?



sirius 02/12/2012 08:21


Allez, j'en rajoute une couche en disant combien je regrette que des sites patrimoniaux deviennent l'enjeu des ambitions de certains, qu'elles soient personnelles, politiques ou "carriéristes",
au détriment de leur mise en valeur et de la recherche. Et vous avez aussi fait preuve de charité envers St-Amand en évitant de rappeler que leurs élus n'ont pas tous brillé par leur
honorabilité...

JJT 01/12/2012 17:58


Allez ! Dans 20 ans, vous serez toujours historien ; pas sûr qu'eux, soient toujours élus... Bon courage et à bientôt pour de nouvelles et passionnantes études !

Olivier Trotignon 01/12/2012 18:54



Merci de votre soutien! Notre force est, comme vous le soulignez, d'inscrire notre action dans des temps très longs, loin de toutes les turqueries électoralistes qui sont à la racine de cette
censure.


Bien à vous,


O. Trotignon



sirius 01/12/2012 10:08


Rassurez-vous, car vous ne serez pas seul en Enfer! Depuis plus de 20 ans, je mène seul mon combat pour la protection de l'environnement local et passe pour un emmerdeur alors que je demande
seulement que soit appliquée la loi. Celle qui, par exemple, interdit la pratique des "loisirs motorisés" dans les espaces naturels, et qui est bafouée au su et au vu de toutes les autorités
chargées de la faire respecter. Ainsi, un biotope à la flore exceptionnellement riche sert de... terrain de motocross!


Oui, il y a bien quelques personnes qui soutiennent mon combat, mais du bout des lèvres et uniquement "en privé", car elles ne veulent pas "avoir d'histoires"...


Pour le patrimoine architectural de Veaugues, je suis tranquille: il n'y en a pas!


Ma mère appelle ce comportement "la culture de la médiocrité". Brassens avait fait sur un thème voisin une chanson: "La Mauvaise Réputation"...


 


Bon courage dans votre entreprise!

Olivier Trotignon 01/12/2012 19:03



En enfer, j'aurais craint de bien pires compagnons! Je me suis depuis longtemps résolu à la minorité, c'est ainsi qu'on mêne les plus belles luttes, et qu'on a le plus d'orgueil à les gagner.
Nous avons été une poignée à nous battre contre un sivecte d'enfouissement de déchets ultimes dans le Charentonnais, il y a une quinzaine d'années, et la victoire que nous avons remportée, seuls
contre tous, et la plus belle médaille qu'un républicain puisse espérer.


Comme le disent les anarchistes: "mieux vaut avoir tort tout seul qu'avoir raison avec tout le monde".



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.