Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 11:35

Une des images les plus communément admises sur les cisterciens présente ces moines venant s'établir dans des lieux désolés qu'isolés, les défrichant et les mettant en culture. Si certaines études peuvent confirmer cette idée reçue, on s'aperçoit que parfois cette vision d'un ordre religieux industrieux et défricheur s'ajuste assez mal avec les situations observées dans le contenu des chartes médiévales. Parmi les 13 abbayes cisterciennes implantées sur le territoire de l'archevêché de Bourges, plusieurs établissements s'écartent du modèle idéal dans lequel, avec parfois quelques contorsions, certains érudits se sont ingénié à les faire tenir. Sans vouloir développer un thème qui mériterait une recherche approfondie dans un cadre universitaire, quelques éléments de réflexion me paraissent intéressants à ajouter à un dossier qui est loin d'être clos.

La pauvreté des cisterciens

On prête à ces moines un détachement des valeurs matérielles terrestres, et il est certain que d'origine nobiliaire pour la plupart d'entre eux, ces religieux ont dû accepter une vie très rude en rejoignant leurs monastères. Ceci ne signifie nullement que les conditions de vie dans leurs familles aient été beaucoup plus douces. On trouve parmi eux des cadets de famille privés d'héritage, et probablement incapables de vivre de leur épée, des filles nées de familles nombreuses que leur père était incapable de doter correctement, des orphelines placées dans les Ordres par leur tuteur, des veuves prenant le voile très tardivement dans l'espoir d'une fin de vie digne. S'il serait malhonnête de nier d'authentiques vocations pour le recueillement et le silence, il serait tout aussi anormal de fermer les yeux sur le rôle social du clergé régulier à cette époque.

La pauvreté collective est confirmée dans le cas de monastères comme Bussière, les Pierres, la Colombe et même Noirlac. La présence de grands bâtiments conventuels n'exprime souvent que la richesse des protecteurs laïcs des abbayes.

La mise en valeur du sol

Les miniatures bourguignonnes représentant des moines au travail au XIIe ont ébloui plus qu'elles ont éclairé les amateurs de Moyen-âge. Entre la vision idéale que les cisterciens entretenaient sur eux-mêmes et la réalité du terrain s'ouvre l'abîme qui sépare l'histoire théorique et celle issue du fruit de la recherche. S'il est impossible de nier certains travaux et certaines activités bien identifiées -forge de Fontmorigny et mines autour de Noirlac, en particulier-, force est de constater que l'essentiel des donations concerne des parts de dîmes, des rentes en grains, animaux ou argent, des exemptions de taxes, soit des prélèvements sur des biens déjà mis en valeur par l'économie féodale. 

L'isolement des abbayes.

Il est indiscutable pour plusieurs établissements: les Pierres s'inscrivent parfaitement dans la catégorie de ces lieux où nulle présence humaine ne pouvait troubler la prière, mais déjà Bussière peut voir les fumées du hameau de Penserolles à quelques centaines de mètres de son cloître. Beauvoir et Fontmorigny sont au milieu de la plaine, visibles de loin et en mesure de voir loin. Noirlac est fondée à portée de vue de Saint-Amand et de Nozières, juste au bord de la nouvelle route conduisant de Bourges vers le sud. Plusieurs auteurs, qui n'ont probablement jamais pris une paire de bottes pour aller vérifier sur place, admirent le courage de ces hommes vivant au milieu des marécages. En fait de marais, quelques anciens méandres du Cher captant le sommet de la nappe phréatique, au milieu de prés sableux. 

L'originalité des fondations.

C'est la l'un des points les plus inattendus du produit de la recherche sur les textes originaux, qui fournissent la preuve indiscutable que plusieurs fondations cisterciennes ne sont que les héritières de communautés plus anciennes, qui se sont réformées ou dont elles ont pris la place. Nous savons par exemple, grâce à une généalogie seigneuriale, que les Pierres existaient cinquante ans avant leur entrée officielle dans l'orbite cistercien. Y avait-il sur place une communauté monastique indépendante et spontanée, ou un groupe de religieux imitant les préceptes de Cîteaux? Nul saurait le dire, mais il y a des exemples plus précis. Varennes, dans l'Indre et Bellaigue, dans le Puy-de-Dôme, sont d'origine bénédictine et le Landais, toujours dans l'Indre, est réformée dans la première moitié du XIIe siècle. Le premier nom de Noirlac, l"Hôtel-Dieu-sur-Cher", évoque clairement une première communauté hospitalière réformée et déplacée, peut-être issue d'un hôtel-Dieu situé sur l'ancienne voie antique traversant le Cher à Allichamps, et tombé en désuétude à l'abandon de cette route au profit de la nouvelle passant par Bruère-Allichamps et Saint-Amand.

Comme on peut le constater, le dossier reste largement ouvert et l'histoire de l'Ordre de Cîteaux en Berry est loin d'être gravée dans le marbre.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans monachisme-clergé régulier
commenter cet article

commentaires

robin 04/06/2010 08:19



Je vous précise que je me suis occupé de la vente de l'abbaye de BELLAIGUE. Les propriétaires sont de nouveaux des moines benedictins. Il est possible de les rencontrer sur place. Je leur ai
donné toute la documentation que j'avais réuni pour cette abbaye. 1000ans aprés sa fondation ce retour reste pour moi un bien fait. Je pourrais mieux vous en parler prochainement sur ce blog



Olivier Trotignon 05/06/2010 12:48



Volontiers. Je suis entré à Bellaigue il y a plus de 20 ans, et j'aimerais vraiment pouvoir visiter le site à nouveau. Vous avez peut-être lu dans les billets les plus anciens que cette
communauté possédait une grange à Saulzais-le-Potier, au SW de Saint-Amand-Montrond.



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.