Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 16:40

le cloître de Noirlac vers 1900

Il n’est pas toujours simple, pour un historien indépendant, de faire valoir son point de vue sur certaines institutions médiévales, surtout quand sa vision du passé de monuments - dans tous les sens du terme - de sa région s’écarte des chemins tout tracés d’une histoire en apparence immuable et acceptée par un public très large. Il y a même parfois une certaine saveur d’hérésie à diriger ses recherches vers ce qui apparaître comme des anomalies dans l’histoire officielle, ou du moins largement admise, de lieux aussi emblématiques que peut l’être l’abbaye de Noirlac.
A l’origine de cette perspective, une longue enquête sur les rapports entre la féodalité berrichonne et les moines qui peuplaient les monastères régionaux. Le principe initial était de s’intéresser plus aux hommes qu’aux bâtiments qui les avaient accueillis, laissant cette tâche aux bons soins de mes confrères historiens de l’Art, afin de replacer chaque acteur dans son contexte culturel et social dans l’espoir de retrouver la place de chacun dans la genèse des mouvements monastiques berrichons.
Dans le cas de Noirlac, il semble que l’image communément répandue d’une communauté exemplaire dans la tradition cistercienne tienne plus aux somptueux travaux effectués dans les années soixante-dix par le Conseil Général du Cher pour rénover l’abbaye qu’au mode de vie de ses premiers occupants. Ainsi, la truelle du restaurateur semble être parvenue à superposer deux images, celle de l’idéal cistercien et celle d’un monastère censé avoir été représentatif de cet idéal. Le quotidien du Moyen-âge semble assez éloigné de ces aspirations, et le sens du travail du médiéviste est de chercher à s’approcher au plus près de l’homme médiéval, au risque de mécontenter certains de ses contemporains.
Quel rayonnement avait exactement Noirlac dans les premiers siècles qui ont suivi sa fondation? La réalité nous éloigne bien loin des idées reçues. Noirlac ne fonde aucune filiale, ne développe aucune grange éloignée à plus de quelques heures de marche de son cloître et aucun de ses abbés ne semble briller par sa personnalité. A titre d’exemple, l’abbé des Pierres, monastère cistercien presque oublié et disparu du paysage, était assez souvent cité comme témoin dans des affaires civiles et religieuses, pour authentifier de son autorité morale des chartes souscrites en sa présence. Seul Francon supérieur de Noirlac, apparaît fin XIIe dans les mêmes circonstances.
Que dire de cet abbé Elie qui en appelle en 1228 à son supérieur Guillaume de Cîteaux, parce que, fait inédit peut-être dans tout le monde cistercien, il s’est heurté à la résistance de l’abbesse de la petite abbaye de femmes de Bussière, soutenue par sa propre supérieure, l’abbesse de l’Eclache, en Auvergne, quand on sait que Noirlac avait imposé le paiement d’un cens annuel au couvent de Bussière et lui avait interdit de fonder des granges près des siennes, ce qu’aucun autre établissement n’avait cherché à imposer? L’affaire de Bussière semble mettre en lumière une présence jugée insupportable des frères de Noirlac auprès de leurs sœurs lors de leur visite annuelle de correction.
Tout aussi étonnant est ce meurtre en 1307 du curé de Saint-Germain-des-Bois, tué par des moines et des convers de Noirlac en présence de l’abbé de l’époque, qui laisse se dérouler les faits et qui assiste consentant à l’agression du sergent du bailli de Berry, que les moines essaient de désarçonner.
On le voit, ces faits avérés et clairement documentés laissent planer un doute sur l’authenticité de la ferveur spirituelle qui est censée avoir animé les premiers moines présents sur place et contribuent à faire de Noirlac une exception moins brillante que ce qu’on peut parfois imaginer qu’elle ait pu être. Jusqu’aux bâtiments qui peuvent, dans le contexte de l’époque, sembler déplacés. Noirlac est une abbaye aux revenus médiocres, comme le mettent très bien en lumière les travaux de mon ancien maître Françoise Michaud-Fréjaville pour la période XIVe-XVe siècles. L’étude du chartrier ancien de l’abbaye montre qu’au moment de la construction de l’édifice les revenus du monastère étaient beaucoup trop faibles pour assurer le paiement d’un pareil monument. Seuls les sacrifices financiers de la chevalerie locale, en particulier la famille de Charenton, peuvent expliquer la grandeur de l’édifice. Bien peu des inconditionnels de la spiritualité cistercienne qui viennent se ressourcer dans l’abbatiale et dans le cloître accordent d’intérêt à ce détail...

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans patrimoine religieux
commenter cet article

commentaires

Tarambana 07/01/2009 07:47

Un rajustement des sentiments tel que votre article y incite, n'est pas sans chavirer qui voyait, dans la lumière des arcades du cloître, un signe de la haute spiritualité des moines de Noirlac...

Olivier Trotignon 07/03/2009 08:26


Des moines, non, mais de certains d'entre eux, bien entendu. Noirlac n'a pas été une caserne pour cadets de familles nobles ni une maison de retraite pour leurs aînés, simplement un lieu de vie
spirituelle qui a connu des hauts et des bas qu'un discours parfois simplificateur aurait tendance à gommer de la mémoire collective.
Il est évident que Noirlac a été bâti sur un principe architectural destiné à élever l'âme de ceux qui la peuplaient vers le recueillement et la méditation, et ce principe fait encore sont office
aujourd'hui, grâce entre autres aux très belles restaurations de cet édifice. Il est tout aussi évident que des moines ont aspiré à un détachement des contraintes temporelles en entrant en religion
dans ce cloître. L'historien est là simplement pour rappeler que la vrai richesse de notre passé vient d'une multitude d'entorses aux principes initiaux de toute société organisée.
Bien à vous,
O.Trotignon
 


Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.