Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 08:36



L'abbaye cistercienne Notre-Dame des Pierres est située sur la commune de Sidiailles, dans le département du Cher. Elle est propriété privée et à ce titre n'est accessible qu'avec l'accord des propriétaires.

Pour mémoire, nous signalons un vestige associé, bien qu'inaccessible au public. L'une des plus ancienne cloche de France, datée du XIIIe siècle, est déposée dans le clocher de l'église de Sidiailles. Cette cloche a certainement été prise sur le site des Pierres au moment de son abandon.


Le site

Contrairement à la Roche-Guillebaud, dont la fondation a été déterminée par une particularité géologique unique dans la région, le choix du site des Pierres s’est fait sur des critères plus abstraits. Isolés dans une nature hostile, loins des routes et des villages, les premiers habitants du lieu sont venus s'y installer parce qu'aucune présence humaine ne pouvait perturber leur recueillement. Toutefois l'abbaye des Pierres n'est pas totalement isolée. Les châteaux de Culan et de la Roche, le village fortifié de Sidiailles et certainement plusieurs fermes n’étaient qu’à quelques heures de marche. Cet environnement humain réduisait, sans l’abolir totalement, le risque d’exactions de bandes armées ou de pillards attirés par les réserves des moines et par la facilité de réduire à merci une communauté contemplative incapable d'assurer sa sécurité par la force.

Comme dans les autres monastères dépendant de Cîteaux, la vie des moines était consacrée à la prière et à la méditation dans des structures qu’on peine à reconnaître dans les quelques ruines encore visibles. On sait qu’aux traditionnels cloître, logements des moines et convers et église abbatiale avait été ajoutée une forte tour carrée à quatre niveaux abritant la bibliothèque, les archives, l’infirmerie et les cuisines du couvent. Une partie de ces bâtiments était encore visible au XIXe siècle. Le faible intérêt des moellons de schiste employés dans les constructions a limité les pillages de matériaux mais l’ensemble s’est très fortement dégradé au cours du XXe siècle.


Les premiers moines

On a coutume de considérer que l’abbaye des Pierres fut fondée en 1149 par filiation de l’abbaye creusoise d’Aubepierre, elle même fille de Clairvaux comme Noirlac, la Prée, et Fontmorigny. On possède même une liste très précise des laïcs ayant contribué, par leur générosité, à la constitution du domaine de l’abbaye, afin de lui permettre de vivre des revenus de ses propriétés. L’étude attentive des noms des donateurs montre que tous ne sont pas contemporains et que certains, parmi lesquels Amblard Guillebaud, vivaient presque un demi-siècle avant la fondation. Cette discordance des dates est appuyée par un acte rédigé vers 1200 par le jeune seigneur Guillaume de la Roche (-Guillebaud) qui confirme les donations antérieures consenties aux religieux des Pierres par son père Guillaume, son grand-père Guillebaud et par son bisaïeul Amblard. Manifestement, une communauté monastique existait dès la fin du XIe siècle au lieu-dit les Pierres, bien avant que les cisterciens d’Aubepierre ne viennent y fonder leur filiale. Ce cas n’est pas unique. Le nom ancien de Noirlac “la Maison-Dieu-sur-Cher” montre qu’une petite communauté de frères soignants d’un hôtel-Dieu local avait précédé les moines de Clairvaux. Plus proche, le couvent de Bussière existait avant qu’il change d’implantation et soit affilié à l’Ordre de  Cîteaux en 1189.

Qui pouvaient être les premiers cénobites à s’être retirés dans la vallée de la Joyeuse? Peut-être des ermites ayant rassemblé quelques disciples en une structure monastique primitive suffisamment solide pour attirer les bienfaits de la noblesse locale. On peut aussi valider l’hypothèse d’une fondation pré-cistercienne autonome, conçue sur le modèle des préceptes de Saint Bernard, rattachée à l’Ordre en 1149 après avoir été visitée, évaluée et approuvée par les moines d’Aubepierre.


L’abbaye et la société

Si le site des Pierres est propice à la quête de dépouillement et de solitude des premiers moines blancs, il présente l’inconvénient de ne permettre aucun espoir de développement ultérieur de la communauté. La région est sous-peuplée, les rendements du sol sont faibles et la noblesse locale a des revenus limités. L’abbaye des Pierres, jusqu’à la dispersion de ses  derniers frères, demeure un petit monastère. Son domaine foncier est constitué par les dons des féodaux des environs: Culan, Guillebaud, Courçais, Saint-Désiré, Saint-Vitte, Vallon, Domérat mais aussi Déols, qui est seigneur des terres à l’ouest de l’Arnon. Il se situe logiquement entre Culan, Préveranges et Saint-Saturnin. Quelques granges plus éloignées complètent ce patrimoine modeste. L’un des attraits de l’abbaye consiste à accueillir des sépultures laïques. Les dépouilles des nobles sont inhumées dans les murs même du couvent, au plus près des messes et prières dites pour le repos des âmes. On peut supposer que  abbaye est peuplée de fils cadets de ces mêmes nobles, devenus moines à leur majorité, lorsque tout espoir d’hériter du fief paternel s’était évanoui.

On note chez les abbés des Pierres une autorité morale qui révèle un réel rayonnement de la communauté. A plusieurs reprises, nous les trouvons témoins ou conseillers dans des affaires temporels ou spirituelles, associés à d’autres supérieurs cisterciens et augustins, tels les abbés de Puyferrant, la Prée ou Varenne. Noirlac, en comparaison, est plus riche mais moins influente que les Pierres.


Les vestiges

L'abbaye primitive a presque disparu du paysage. Quelques pans de murs et voûtes en partie effondrées témoignent encore du passé du lieu. Pour respecter la volonté des propriétaires du site, qui seraient responsables en cas d'accident survenu sur leur propriété, nous déconseillons fortement aux amateurs de vieilles pierres de pénétrer dans les ruines de l'ancien monastère, pour des questions de sécurité assez évidentes au vu de l'état des maçonneries, et pour leur éviter la déception de n'avoir pu contempler que l'ombre d'un monument autrefois prestigieux.


Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans monachisme-clergé régulier
commenter cet article

commentaires

diane debailleux 02/01/2010 17:46


Bien volontiers!


diane debailleux 02/01/2010 00:42


Découvrir votre blog fait partie de nos joies du nouvel An, vous nous transmettez l'atmosphère de lieux inconnus de nous, un peu comme si nous y étions allés à vos côtés. J'ai bien ri en lisant
votre article sur l'isolement supposé des abbayes cisterciennes, celle qui nous passionne, Trizay, en Vendée est en effet tout juste à côté d'un pont, que d'ailleurs les Protestants n'eurent qu'à
emprunter...
S'imprégner... oui, tant de bâtiments ont disparu, et pourtant la magie reste vivace.
A très bientôt, et merci de ce partage, de votre travail et de ce que vous permettez.


Olivier Trotignon 02/01/2010 14:02


Vos compliments m'honorent particulièrement, et je vous remercie de votre visite. Peut-être pourrions nous échanger les liens de nos blogs respectifs?
Cordiales salutations,
O. Trotignon 


JR 11/11/2008 17:15

Bonjour. Une question: quand les derniers moines sont-ils partis?

Olivier Trotignon 15/03/2009 19:46


A la Révolution, je suppose mais une chose est certaine, l'abbaye était encore occupée sous la Fronde car elle a été pillée par les troupes condéennes et il restait encore quelques moines à ce
moment là. (information colloque cistercien de Bourges, 1998).


Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.