Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 09:10


Le regain d'intérêt pour le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle conduit, depuis plusieurs années, de nombreuses personnes à hanter les routes et sentes du sud du Département du Cher, modernisant l'ancien chemin de Vézelay. En marge de cet engouement, certains points de vue se sont exprimés sur la légitimité de faire passer les pèlerins par tel ou tel itinéraire pour inscrire leur voyage au plus près de la tradition médiévale. Certains arguments reposaient, comme à Saint-Amand-Montrond, sur l'existence dans le patrimoine bâti de motifs décoratifs figurant des coquilles saint-Jacques, censées signifier une relation entre le lieu et le chemin des pèlerinages.

Si on fait objectivement le bilan pour les premiers siècles de cette migration de croyants vers les terres d'Espagne, on constate, sans surprise, que les routes des pèlerins n'ont laissé aucune trace dans la documentation médiévale, inadaptée à la conservation du souvenir du passage éphémère de voyageurs franchissant plusieurs lieues par jour. Il aurait fallu qu'une de ces personnes décide de se dépouiller de ses biens au profit d'un monastère régional - on a le cas d'un chevalier du Berry qui fait une donation à l'abbaye de Saint-Sever, en Gascogne - pour trouver sa trace, mais les fonds abbatiaux sont muets sur le sujet.

Le recensement des coquilles saint-Jacques figurées sur les armoiries ou les façades n'amène pas plus à conclure que la route de Compostelle passait à proximité. la coquille est un élément héraldique associé au nom "Jacques" - comme sur le blason de Jacques Cœur -  et décoratif très commun à la période moderne.

L'observation du l'organisation du territoire peut cependant livrer quelques indices. On sait que le chemin de Vézelay coupait la Loire à Nevers avec deux itinéraires possibles, un prenant la direction de Bourges et l'autre s'orientant plus au sud-ouest. Ce deuxième axe est particulièrement intéressant à étudier, car un de ses tracés possible passe par la région de Charenton et la vallée de la Marmande, seul passage sécurisé par une forte présence féodale et assuré d'éviter les grands rideaux forestiers du flanc est de la vallée du Cher, à savoir les forêts de Tronçais et de Meillant-Arpheuilles. L'obstacle du Cher pouvait être franchi à deux endroits, matérialisés par des péages prouvant l'existence de gués aménagés sur la rivière ou de barges fluviales pouvant transporter les voyageurs d'une rive à l'autre. Deux de ces péages sont connus dans le Charentonnais. L'un était prélevé au passage du Cher entre Saint-Amand-Montrond et Orval, ouvrant aux voyageurs la route de Déols par Lignières et du Limousin par Le Châtelet. L'autre péage était situé à Meslon; entre Charenton et Ainay-le-Vieil, et révèle une autre route possible pour diriger les pèlerins vers le Limousin.

On n'oubliera pas de noter l'existence d'un troisième péage sur une axe naturel tout aussi plausible que les deux précédents. Une taxe était perçue sur le Cher à Vallon-en-Sully,  point de contact essentiel entre les terres de Bourbon et le Berry du Sud, à l'ombre des forteresses d'Hérisson et de Vallon.

En l'absence de toute référence à la région dans le Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, premier itinéraire rédigé au cours du XIIe siècle, l'observation des conditions de circulation à l'époque des Croisades peut aider les spécialistes à affiner la reconstitution des itinéraires primitifs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans histoire locale
commenter cet article

commentaires

Didier Chassot 28/09/2012 09:23


 Je possède ce qui reste d'une ancienne maison forte sur la commune de Pouligny-Saint-Pierre. Un linteau de porte en calcaire très dur, difficile à dater d'autant qu'il a été manifestement
réemployé, porte en son centre une coquille Saint-Jacques en relief, assez sommaire. Il est peu probable que Pouligny se trouvât sur l'un des chemins usuels de Compostelle. J'ai pensé que c'était
plutôt une façon pout le propriétaire de commémorer son pélérinage et de le proclamer.


D. Chassot

Olivier Trotignon 29/09/2012 10:06



Bonjour,


de plus en plus d'historiens doutent de la pertinence des chemins jacquaires et évoquent une nébuleuse de voies pouvant aider les pèlerins à atteindre leur but. Un tracé auxiliaire a peut-être
été emprunté à un moment dans votre secteur?


Votre hypothèse semble aussi pertinente. Une autre piste (c'est plus théorique que réaliste, vu l'état des archives) serait de vérifier si le nom "Jacques" n'a pas été porté par une ancienne
famille de propriétaires de votre bien?


Bien à vous,O. Trotignon



Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.