Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 18:12


A l’aube de la Chrétienté occidentale, alors que le monde romain fusionnait avec les peuple barbares qui avaient envahi l’Empire quelques décennies auparavant, deux grands courants monastiques rivalisèrent d’initiative pour fonder des monastères dans l’Ouest et le Sud de l’Europe. Le premier, parti du Mont Cassin, en Italie, propagea la pensée de son fondateur, saint Benoît, avec tant de conviction, que quinze siècles plus tard, la règle bénédictine est encore observée par des milliers de moines et moniales dans le monde. Le second, beaucoup plus mal connu, dispersa dans plusieurs régions d’Europe des missionnaires chargés de fonder de nouvelles communautés monastiques selon les préceptes d’un moine irlandais, saint Colomban, père spirituel d’une pratique cœnobitique austère et dépouillée, si exigeante auprès de ses adeptes que l’ordre colombaniste disparut lement. Or, quelques indices laissent croire qu’un tel couvent aurait pu voir le jour au nord du massif de Tronçais (03). Le dossier historique est mince, l’emploi du conditionnel nécessaire dans un cas aussi peu documenté, mais l’affaire mérite qu’on s’y attarde. L’histoire débute avec la découverte, sans doute au XIXe siècle, de la mention de l’existence, au VIIe siècle, d’un monastère colombaniste en Berry dans un lieu nommé par l’antique inventaire “Insula super Murmanda fluvium”, que nous traduirons par “Ile-sur-Marmande”. Très tôt, les érudits Saint-Amandois préemptèrent sur la localisation du site abbatial, pour le situer en plein cœur de la ville ancienne de Saint-Amand, conférant aux anciens irlandais l’honneur d’avoir fondé leur ville. Plus récemment, des historiens bourbonnais firent remarquer avec une certaine pertinence que le toponyme Ile-sur-MarmIle-et-Bardais. L’historien, pour sa part, ne peut que constater que le coté troublant de l’homonymie, qui donne à la thèse “bourbonnaise” une certaine faveur, et se doit de réunir les rares indices disponibles pour étayer l’hypothèse de l’existence d’une abbaye disparue au nord de l’actuel massif forestier de Tronçais. Il serait vain de chercher dans le paysage la moindre trace du monastère disparu. Trop de temps s’est écoulé entre sa fondation et notre époque, et ce genre d’édifice était probablement en bois. Ceci dit, l’archéologie est à même de repérer l’emplacement de constructions en matériaux perrissables, et il serait très intéressant d’être averti de l’imminence de travaux affectant le sous-sol des alentours d’Ile-et-Bardais, afin de veiller à ce qu’aucune destruction irrémédiable ne se produise. L’argument principal en faveur d’une localisation dans la petite paroisse bourbonnaise est fourni par le contenu des prospections archéologiques menées par plusieurs chercheurs régionaux, dont notre confrère Jacques Perchat, qui nous a communiqué amicalement une information qui pourrait se révéler déterminante pour la localisation de l’ancien couvent. Ce chercheur, lors d’une prospection à vue dans les parages de l’étang de Pirot, a identifié un important site d’occupation gallo-romain, livrant de la céramique très tardive. A première vue, ce détail est insignifiant pour l’affaire qui nous intéresse, mais accrédite la thèse de la permanence d’un habitat humain près de Pirot, probablement une grande villa, après la période des Invasions. De plus en plus, la démonstration est faite que, à l’aristocratie romaine propriétaire des grands domaines fonciers s’est substituée une nouvelle classe de possesseurs issus du métissage des deux civilisations, romaine et barbare. Il est donc tot à fait possible qu’il ait existé près de Pirot un grand domaine agricole de fondation gallo-romaine entretenu par des descendants des envahisseurs germaniques. Or, les historiens médiévistes relèvent que le prêche des disciples de saint Colomban s’adressait en priorité à l’aristocratie du haut Moyen-âge. Il n’est pas possible d’aller plus loin dans la démonstration sans basculer dans l’Histoire-fiction, mais la possibilité qu’il y ait eu dans ce terroir, dans l’Antiquité tardive, une forme ou une autre de pouvoir propice à la fondation d’une monastère irlandais, n’est pas démontrée mais existe. Il pourrait être à l’avenir très intéressant de dater avec précision la céramique signalée par M. Perchat et d’essayer de comparer l’environnement archéologique de l’ensemble du site Ile-et-Bardais/Pirot avec d’autres cas d’abbayes irlandaises repérées sur notre continent. L’Histoire de notre région aurait beaucoup à y gagner.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans monachisme-clergé régulier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Moyen-âge en Berry
  • Moyen-âge en Berry
  • : Rédigé et illustré par un chercheur en histoire médiévale, ce blog a pour ambition de mieux faire connaître l'histoire et le patrimoine médiéval du Berry, dans le centre de la France.
  • Contact

géographie des visiteurs




A ce jour, cette espace a été visité
180102 fois.

405350 pages ont été lues.

Merci de l'intérêt que vous portez à l'histoire de la région.




Visitor Map
Create your own visitor map!
" class="CtreTexte" height="150" width="300" />

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au M.A.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme...
- maisons-closes et la prostitution en Berry avant 1946 (animation réservée à un public majeur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr  (# = @  / pour éviter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

Histoire locale

Pour compléter votre information sur le petit patrimoine berrichon, je vous recommande "le livre de Meslon",  Blog dédié à un lieu-dit d'une richesse assez exceptionnelle. Toute la diversité d'un terroir presque anonyme.
A retrouver dans la rubrique "liens": archéologie et histoire d'un lieu-dit

L'âne du Berry


Présent sur le sol berrichon depuis un millénaire, l'âne méritait qu'un blog soit consacré à son histoire et à son élevage. Retrouvez le à l'adresse suivante:

Histoire et cartes postales anciennes

paysan-ruthène

 

Cartes postales, photos anciennes ou plus modernes pour illustrer l'Histoire des terroirs:

 

Cartes postales et Histoire

NON aux éoliennes géantes

Le rédacteur de ce blog s'oppose résolument aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles dans le paysage berrichon.
Argumentaire à retrouver sur le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

contacts avec l'auteur


J'observe depuis quelques mois la fâcheuse tendance qu'ont certains visiteurs à me contacter directement pour me poser des questions très précises, et à disparaître ensuite sans même un mot de remerciement. Désormais, ces demandes ne recevront plus de réponse privée. Ce blog est conçu pour apporter à un maximum de public des informations sur le Berry aux temps médiévaux. je prierai donc les personnes souhaitant disposer de renseignements sur le patrimoine ou l'histoire régionale à passer par la rubrique "commentaires" accessible au bas de chaque article, afin que tous puissent profiter des questions et des réponses.
Les demandes de renseignements sur mes activités annexes (conférences, contacts avec la presse, vente d'ânes Grand Noir du Berry...) seront donc les seules auxquelles je répondrai en privé.
Je profite de cette correction pour signaler qu'à l'exception des reproductions d'anciennes cartes postales, tombées dans le domaine public ou de quelques logos empruntés pour remercier certains médias de leur intérêt pour mes recherches, toutes les photos illustrant pages et articles ont été prises et retravaillées par mes soins et que tout emprunt pour illustrer un site ou un blog devra être au préalable justifié par une demande écrite.